Chants de Bernartz Ib (AP)

I : Ab joi mou lo vers e-l comens - Avec Joi je remue le Vers et le commence - Vers: A01 L03 B39 PC70, 1 AP70, 1

A4 pc70 2

 

A4 pc70 1fin 1

Ab joi mou lo vers e.l comens

I

Ab joi mou lo vers e.l comens 

Et ab joi reman e fenis 
E sol que bona fos la fis 
Bos teing qu'er lo comensamens 
Per la bona comensansa 
Me ve jois et alegransa 
E per so dei la bona fi grazir 
Car totz bos faichz vei lauzar al fenir

II

Si m'apodera jois e.m vens 
Meravill' es com o sofris 
Car no dic e non esbruïs 
Per cui sui tan gais e jauzens
Mas greu veiretz fin' amansa 
Ses paor e ses doptansa 
C'ades tem om vas so c'ama faillir 

Per qu'eu no.m aus de parlar enardir

III 

D'una re m'aonda mos sens 
Qu'anc nuills om mo joi no.m enquis 
Qu'eu volonters no l'en mentis 
Car no.m par bos esseignamens 
Ans es foli' et efansa 
Qui d'amor a benanansa 
Ni.n vol so cor ad autre descobrir 
Si no l'en pot o valer o servir

IV

Non es enois ni faillimens 
Ni vilania so m'es vis 
Mas d'ome can se fai devis 
D'autrui amor ni conoissens 
Enoyos e que.us enansa 
Si.m faitz enoi ni pesansa 
Chascus se vol de so mestier formir 
Me cofondetz e vos no.n vei jauzir 

 

V

Ben estai a domn' ardimens 
Entr' avols gens e mals vezis 

E s'arditz cors no l'afortis 
Greu pot esser pros ni valens 
Per qu'eu prec n'aya membransa 
La bel'en cui ai fiansa 
Que no.s chamje per paraulas ni.s vir 
Qu'enemics c'ai fatz d'enveya morir

VI

Anc sa bela bocha rizens 

Non cuidei baizan me traïs 
Car ab un doutz baizar m'aucis 
Si ab autre no m'es guirens 
C'atretal m'es per semblansa 
Com de Pelaüs la lansa 
Que del seu colp no podi' om garir 
Si autra vetz no s'en fezes ferir

VII

Bela domna.l vostre cors gens 
E.ill vostre bel huoill m'an conquis 
E.l doutz esgartz e lo clars vis 
E.l vostre bels esseignamens 
Que can be m'en pren esmansa 
De beutat no.us trob egansa 
La genser etz c'om posch' el mon chauzir 
O no.i vei clar dels oills ab que.us remir

T1

Ben dei aver alegransa 
Qu'en tal domn' ai m'esperansa 
Que qui.n ditz mal no pot plus lag mentir 
E qui.n ditz be no pot plus bel ver dir

T2

Bels Vezers senes doptansa 
Sai que vostre pretz enansa 
Que tantz sabetz de plazers far e dir 
De vos amar no.s pot nuls om sofrir

Avec Joi je remue le Vers et le commence

I

Avec Joy je remue le vers et le commence

Et avec Joy il continue et finit

Et seulement si bonne était la fin

Pour bon tiendrai-je le commencement

Par le bon début

Me viennent Joy et allégresse

Aussi dois-je glorifier la bonne fin

Car je vois louer toutes les bonnes actions selon leur fin

II

Ainsi me domine Joy et me vainc

Il est étonnant que je le souffre

Sans dire et sans ébruiter

la raison de ma gaieté et de mon bonheur

Mais difficilement verrez-vous noble amour

Sans crainte et sans doute

Car toujours craint-on de faillir envers ce qu'on aime

Et pour cela je n'ose pas m'enhardir pour en parler

III

D'une chose m'aide mon bon sens

Jamais quelqu'un ne s'enquit de mon Joi

Sans que volontiers je ne lui mente

Car il ne me paraît guère raisonnable

Mais au contraire insensé et enfantin

Celui qui en amour est heureux

Et veut découvrir son coeur à autrui

Alors que cela ne lui peut ni valoir ni servir

IV

Il n'est pas ennui ni faute plus grands

Ni vilenie à mon avis

Que ceux de l'homme qui cherche à deviner

Et à connaître l'amour d'autrui

Ennuyeux à quoi cela vous avance-t-il

Si vous me faîtes ennui et souffrance

Chacun veut s'occuper de ses affaires

Vous m'abattez mais je ne vous vois pas en tirer profit

 

 

 

V

Bien sied à dame la hardiesse

Parmi les gens vils et les méchants voisins

Et si un coeur hardi ne la fortifie pas

Difficilement sera-t-elle noble et valeureuse

C'est pourquoi j'implore pour qu'elle s'en souvienne

La belle en qui j'ai confiance

Et qu'elle ne se laisse changer ni dévier par des rumeurs

Afin que mes ennemis je les fasse mourir d'envie

VI

Jamais en baisant sa belle bouche rieuse

Je n'ai pensé qu'elle me trahisse

Car avec un doux baiser elle m'occit

Si avec un autre elle ne me ranime

Elle me semble pareille

A la lance de Pélée

De son coup personne ne pouvait guérir

Si une autre fois il ne s'en laissait frapper

VII

Belle dame votre noble corps

Et vos beaux yeux m'ont conquis

Et le doux regard et le clair visage

Et vos belles manières aussi

Si bien que lorsque je réfléchis

Sur la beauté je ne vous trouve pas d'égale

Vous êtes la plus noble qu'on puisse choisir dans le monde

Ou bien je ne vois pas clair des yeux avec lesquels je vous contemple

T1

Bien dois-je avoir allégresse

Puisqu'en telle dame j'ai mis mon espérance

Celui qui en dit du mal ne peut pas mentir plus laidement

Et celui qui en dit du bien ne peut pas plus belle vérité dire

T2

Beau-Voir sans nul doute

Je sais que votre prix (valeur) s'accroît

Car ce qui plaît vous savez tant le faire et le dire

De vous aimer personne ne peut se retenir

II : Amors enquera-us preyara - Amour encore je vous supplie - Vers: A03 L12 B04 PC70, 3 AP70, 3

ce chant ne possède plus sa partition

Amors enquera.us preyara

I

Amors enquera.us preyara 
Que.m fossetz plus amoroza 
C'us paucs bes desadolora 
Gran re de mal  e paregra 
S'era n'aguessetz merce 
Car de me no.us en sove 
Mas e.m pes qu'enaissi.m preigna 
Com fetz al comensamen 
Can me mis al cor la flama 
De leis que.m fetz estar len 
C'anc no m'en detz jauzimen

II

Mout viu a gran aliscara 
Et ab dolor angoissoza 
Seill cui totz tems asseignora 
Mala domna  qu'eu m'estegra 
Jauzens mas aissi m'ave 
Que leis cui dezir no cre 
Qu'eu l'am tan c'a mi coveigna 
L'onors ni.l bes qu'eu n'aten 
Et a.n tort c'als no reclama 
Mos cors mas leis solamen 
E so c'a leis es plazen

III

Totz tems de leis me lauzara 
S'era.m fos plus volontoza 

C'Amors qui.l cor enamora 
M'en det mais no.m n'escazegra 
Non plazers mas sabetz que 
Envey' e dezir ancse 
E s'a leis platz que.m reteigna 
Far pot de me so talen 
Meills no fa.l vens de la rama 
Qu'enaissi vau leis seguen 
Com la fuoilla sec lo ven 

 

IV

Tant es fresch' e bel' e clara 
Qu'Amors n'es vas me doptoza 
Car sa beutatz alugora 
Bel jorn e clarzis noich negra 

Tuit sei fait on mielz cove 
Son fin e de beutatz ple 
No.n dic laus mas mortz mi veigna 

S'eu no l'am de tot mo sen  
Mas domn' Amors m'enliama 
Que.m fai dir soven e gen 
De vos maint vers avinen

V

Doussa res coind' et avara 
Umils franch' et orgoilloza 
Bel' e genser c'ops no fora 
Domna per merce.us queregra 
Car vos am mais c'autra re 
Que.us prezes merces de me 
Car tem que mortz me destreigna 
Si pietatz no.us en pren 
E s'eu mor car mos cors ama 
Vos vas cui res no.m defen 
Tem que.i fassatz faillimen

VI

Soven plor tan que la chara 
N'ai destrech' e vergoignoza 
E.l vis s'en dezacolora 
Car vos don jauzir me degra 
Pert que de me no.us sove  

E no.m don Deus de vos be 
S'eu sai ses vos co.m chapteigna 
C'aitan doloirozamen 
Viu com cel que mor en flama  
E si tot no.m fatz parven 
Nuills om meins de joi no sen

 Amour encore  je vous supplie

I

Amour encore je vous supplie

D'être pour moi plus amoureuse

Car un peu de bien apaise la douleur

Des grands maux et cela apparaîtrait

Si à présent vous m'eussiez pris en pitié

Pourquoi ne vous souvient-il pas de moi

Mais je pense qu'il m'arrive ainsi

Comme il en était au commencement

Quand je mis en mon coeur la flamme

De celle qui me laissa languissant

Car jamais elle ne m'en donna jouissance aucune

II

Il vit beaucoup en grande peine

Et avec douleur angoissante

Celui que toujours domine

Mauvaise dame car moi j'aurais été

Joyeux mais ainsi m'advient

Que celle que je désire ne croit guère

Que je l'aime tant que je mérite

L'honneur et le bien que j'en attends

Et elle a tort car rien d'autre ne réclame

Mon coeur qu'elle seulement

Et ce qui lui est plaisant

III

Toujours je me louerais d'elle

Si à présent elle était plus empressée

Car Amour qui enamoure le coeur

M'en donna mais il ne m'en aurait échu

Non pas du plaisir mais savez-vous quoi

Langueur et désir constant

Et s'il lui plaît de me retenir

Elle peut disposer de moi à son gré

Mieux que ne le fait le vent avec la ramée

Car tout pareil je vais en la suivant

Comme la feuille suit le vent

 

 

 

IV

Elle est si fraîche et si belle et radieuse

Qu'Amour en est craintive envers moi

Car sa beauté illumine le beau jour et éclaircit la nuit noire

Tous ses faits au mieux appropriés

Sont nobles et pleins de beauté

Je n'en dis pas des louanges mais que la mort me vienne

Si je ne l'aime pas de toute ma raison

Mais dame Amour m'enchaîne

Qui me fait dire souvent et gentiment

Sur vous maints Vers gracieux

V

Douce créature charmante et avare

Humble noble et orgueilleuse

Plus belle et plus gracieuse qu'il ne serait nécessaire

Dame par pitié je vous aurais prié

Parce que je vous aime plus que toute autre créature

De prendre pitié de moi

Car je crains que la mort ne m'étreigne

Si vous n'éprouvez de la compassion

Et si je meurs parce que mon coeur vous aime

Vous contre qui rien ne me défend

Je crains que vous ne commettiez une faute

VI

Souvent je pleure tant que ma face

En est contractée et couverte de honte

Et mon visage s'en décolore

Car vous dont j'aurais dû avoir du plaisir

Je vous perds puisque vous ne vous souvenez plus de moi

Et que Dieu ne m'octroie aucun bien de vous

Si je sais comment me conduire sans vous

Alors qu'aussi douloureusement

Je vis comme celui qui se meurt parmi la flamme

Et quoique je ne le laisse pas paraître

Personne ne ressent moins de Joy 

III: Amors e que-us es veyaire - Amour que vous en semble-t-il - Chanso: A04 L27 B17 PC70, 4 AP70, 4

A4 pc70 4

A4 pc70 4 fin

Amors e que·us es veyaire

I

Amors e que·us es veyaire
Trobatz mais fol mas can me 
Cuidatz vos qu'eu si' amaire 
E que ja no trop merce 
Que que.m comandetz a faire 
Farai o c'aissi.s cove 
Mas vos non estai ges be 
Que.m fassatz tostems mal traire

II

Qu'ieu am la plus de bon aire 
Del mon mais que nula re
Et ela no m'ama gaire
No sai cossi.s esdeve 
E can plus m'en cuit estraire 
Ieu no posc c'Amors me te 
Trahitz sui per bona fe 
Amors be.us o posc retraire

III

Ab Amor m'er a contendre
Que no m'en posc estener 
Qu'en tal loc me fai entendre 
Don ieu nul joi non esper 
Anceis me fari' a pendre 
Car anc n'aic cor ni voler
Mas ieu non ai ges poder 
Que.m posca d'Amor defendre

IV

Pero Amors sap dissendre 
Lai on li ven a plazer 
E sap gen guizardo rendre 
Del maltraich e del doler
Tan no.m pot mertsar ni vendre 
Que mais no.m poscha valer 
Sol ma domna.m deing vezer 
E mas paraulas entendre

V

Qu'ieu sai be razon e chauza 
Que posc' a midons mostrar 
Que nuls om no pot ni auza 
Enves Amor contrastar 
Car Amors vens tota chauza 
E forsa.m de leis amar 
Atretal se pot leis far 
En una petita pauza 

VI

Grans enois es e grans nauza

De tostems merce clamar 
Mas l'amor qu'es en me clauza 
No posc cobrir ni celar 
Las mos cors no dorm ni pauza 
Ni pot en un loc estar 
Ni icfeu no posc plus durar 
Si.ll dolors no.m asoauza

VII

Domna res no vos pot dire 
Lo bo cor ni.l fin talan 
Qu'eu ai can de vos cossire 
C'anc re mais non amei tan 
Tost m'agran mort li sospire 
Domna passat a un an
No.m fos per un bel semblan 
Don si doblan mei dezire

T1

No.n fatz mas gabar e rire 
Domna can re vos deman 

 Mas si vos amassetz tan 
Alres vos n'avengr' a dire

T2

Ma chanson apren a dire 
Alegret e tu Ferran 
Porta la.m a mo Tristan 
Que sap be gabar e rire

Amour que vous en semble-t-il

I

Amour que vous en semble-t-il

Trouvez-vous plus fou que moi

Pensez-vous que je sois si amoureux

Que je ne puisse jamais trouver Merci 

Tout ce que vous me demandez de faire

Je le ferai comme il se convient

Mais il ne vous est pas du tout bienséant

De me faire toujours mal traiter

II

Car j'aime celle qui a la plus belle allure

Du monde plus que nulle autre créature

Et elle ne m'aime guère

Je ne sais comment cela peut arriver

Et plus je pense à m'en extraire

Moins je le puis car Amour me retient

Trahi suis-je par bonne foi

Amour bien puis-je vous en blâmer

III

Avec Amour je serai en conflit

Je ne puis m'en abstenir

Car il me fait prétendre en tel lieu

Dont je n'espère nul Joi 

Plutôt devrais-je me laisser pendre

D'en avoir toujours eu désir au coeur

Mais je n'ai guère de pouvoir

Qui contre Amour puisse me défendre

IV

Cependant Amour sait descendre

Là où il lui plaît

Et il sait gentiment dédommager

Du mauvais traitement et de la douleur

Il ne pourra pas tant marchander avec moi

Que cela ne me puisse plus valoir

Si seulement ma dame daigne me voir

Et mes paroles entendre

V

Je sais bien la raison et la cause

Que je puis présenter à mon-seigneur

Que nul homme ne peut ni n'ose

S'opposer à Amour

Car Amour vainc toute chose

Et m'a convaincu de l'aimer

De même Amour peut faire avec elle

En un petit instant

VI

C'est un grand chagrin et une grande contrariété

Que d'implorer Merci tout le temps

Mais l'amour qui est enclos en moi

Je ne le puis voiler ni celer

Hélas mon coeur ne dort ni ne repose

Ni ne peut en un seul lieu demeurer

Moi-même je ne peux plus l'endurer

Si la douleur ne s'adoucit pas

VII

Dame rien ne peut vous dire

Le bon coeur et le noble désir

Que j'ai quand je songe à vous

Car jamais personne n'ai-je autant aimé

Déjà m'auraient tué les soupirs

Dame il y a plus d'un an

N'eût été votre belle apparence

Qui redouble mes désirs

T1

Vous ne faites que rire et plaisanter

Dame quand je vous implore

Mais si vous aimiez autant

Autrement vous en parleriez

T2

Apprends à dire ma chanson

Alegret et toi Ferran

Porte-la à mon Tristan

Qui sait si bien rire et plaisanter

IV: Anc no gardei sazo ni mes - Jamais je ne pris garde à la saison ni au mois - Chanso: A05 L14 B45 PC70, 5 AP70, 5

ce chant ne possède plus sa partition

Anc no gardei sazo ni mes 

I

Anc no gardei sazo ni mes 

Ni can flors par ni can s'escon 

Ni l'erba nais delonc la fon 
Mas en cal c'oras m'avengues 
D'amor us rics esjauzimens 
Tan me fo bels comensamens 
Qu'eu cre c'aquel tems seignorei

II

Be l'agra per fol qui.m disses 

Tro aras qu'en sui tan prion 
Que ja.m tengues tan deziron 
Amors qu'eu morir en pogues 

Mas aras sen e sui sabens 
Que totz autres mals es niens 
Vas lo dezir ab pauc d'esplei

III

A tan doussetamen me pres 
La bela qui.m te jauzion 
Qued eu no.m posc saber vas on 
Re mais tan ben amar pogues 

Car on plus l'esgar plus me vens 
S'amors e.m dobla mos talens 
On eu mais d'autras domnas vei

IV

Depus anc la vi m'a conques 
Per que no l'er gen si.m cofon 
Car vuoill mais perdre.ls oills del fron 
Qu'eu ja re fassa c'a leis pes 
D'aitan com poira'n essiens 
No vuoill que.m si' adiramens 
Que Deus aya faich de mi rei

V

Tota gens ditz que Vianes 
Es la meiller terra del mon 
E las meillors domnas i son 
Doncs sabon tuich c' aisso vers es 
C'aicestas son las plus valens 
E midons que totas las vens 
Es la meiller qued el mon sei

Jamais je ne pris garde à la saison ni au mois

I

Jamais je ne pris garde à la saison ni au mois

Ni au temps où les fleurs paraissent ou se cachent

Ni à l'herbe naissante au bord de la source

mais à quelque heure que m'arrivât

D'amour une riche joie

Ce me fut un si beau commencement

Que je crois dominer ce temps

II

Je l'aurais bien tenu pour fou celui qui m'aurait dit

Jusqu'à présent avant que je ne sois si profondément engagé

Que jamais me tiendrait si passionné

Amour que je pourrais en mourir

mais maintenant je sens et je sais

Que tout autre mal n'est rien

Comparé au désir peu satisfait

III

Ah si doucement m'a saisi

La belle qui me tient joyeux

Que je ne puis savoir où

J'aurais pu aimer mieux quelqu'un

Car plus je la contemple plus me vainc

Son amour qui redouble mes désirs

Quand je vois d'autres dames

IV

Dès que je la vis elle m'a conquis

C'est pourquoi elle ne sera pas gentille si elle me détruit

Car je préfère perdre les yeux de la tête

Que de faire quoi que ce soit qui lui déplaise

Autant que possible sciemment

je ne veux pas qu'elle se mette en colère contre moi

Même si Dieu m'avait fait roi

V

Tout le monde dit que le Viennois

Est la meilleure terre du monde

Et que les meilleures dames s'y trouvent

Que tous sachent donc que c'est vrai

Que ces dames sont les plus prisées

Et que mon-seigneur (ma dame) qui les surpasse toutes

Est la meilleure qui soit au monde

V: Ara-m cosseillatz seignor - Maintenant conseillez-moi seigneurs - Chanso: A06 L25 B21 PC70, 6 AP70, 6

A4 pc70 6

A4 pc70 6 fin 1

Ara.m cosseillatz seignor 

I

Ara.m cosseillatz seignor 
Vos c'avetz saber e sen 
Una domna.m det s'amor
C'ai amada lonjamen 
Mas eras sai de vertat 
Qu'ill a autr' amic privat 
Ni anc de nul compaigno 
Compaigna tan greus no.m fo

II

D'una re sui en error 
E.n estau en pensamen 
Que m'alonje ma dolor 
S'eu aquest plaich li cossen 
E s'aissi.l dic mon pessat 
Vei mo damnatge doblat 
Cal que.n fassa o cal que no 
Res no m'en pot esser bo

III

E s'eu l'am a dezonor 
Esquerns er a tota gen 
E tenran m'en li pluzor 
Per cornut e per sofren 
E s'aissi pert s'amistat 
Be.m teing per dezeretat 
D'amor e ja Deus no.m do 
Mais faire vers ni chanso

                              IV

Pois voutz sui en la folor 
Be serai fols s'eu no pren 
D'aquestz dos mals lo menor 
Que mais val mon essien 
Qu'eu ay' en leis la meitat 
Que.l tot perda per foldat 
Car anc a nul drut felo 
D'amor no vi far son pro 

V

E pois vol autr'amador 
Ma domn'eu no lo.ill defen 
E lais m'en mais per paor 
Que per autre chauzimen 
E s'anc om dec aver grat 
De nul servizi forsat 
Be dei aver guizerdo 
Eu que tan gran tort perdo

VI

Li seu beill oill trahidor 
Que m'esgardavon tan gen 
S'atressi gardon aillor 
Mout i fan gran faillimen 
Mas d'aitan m'an mout onrat 
Que s'eron mil ajostat 
Plus gardon lai on eu so 
C'a totz aicels d'eviro

VII

De l'aigua que dels oills plor 
Escriu salutz mais de cen 
Que tramet a la gensor 
Et a la plus avinen 
Maintas vetz m'es pois membrat 
De so que.m fetz al comjat 
Que.ill vi cobrir sa faisso 
C'anc no.m poc dir oc ni no

T1

Domna a prezen amat 
Autrui e me a celat 
Si qu'eu n'aya tot lo pro 
Et el la bela razo

T2

Garsïo ara.m chantat 
Ma chanso e la.m portat 
A mo Messager qu'i fo 
Qu'e.ill quer cosseill qu'el me do

Maintenant conseillez-moi seigneurs

I

Maintenant conseillez-moi seigneurs

Vous qui avez savoir et sagesse

Me donna son amour une dame

Que j'ai longuement aimée

Mais maintenant je sais en vérité

Qu'elle a un autre ami intime

Et jamais de nul compagnon

Compagnie ne me fut  si difficile

II

Une chose m'inquiète

Et j'en reste pensif

Parce que je prolonge ma douleur

Si cette plaidoirie je lui consens

Et si ainsi je lui dis ma pensée

Je vois mon dommage doublé

Quoi que je fasse ou ne fasse pas

Il ne m'en peut advenir rien de bon

III

Et si je l'aime dans le déshonneur

Je serai la risée de toutes les gens

Et la plupart d'entre elles me tiendra

Pour cornu et patient

Et si ainsi je perds son amitié

Bien me tiens pour déshérité

D'amour et alors que Dieu ne me permette plus

De faire Vers ni Chanson

IV

Puisque je suis entré dans la folie

Bien fou serai-je si je ne prends

De ces deux maux le moindre

Car mieux vaut à mon avis

Avoir d'elle une moitié

Plutôt que tout perdre par folie

Car jamais je ne vis un amant félon

Trouver son profit en amour

 

V

Et puisqu'elle veut un autre amoureux

Ma dame je ne le lui défends pas

Et j'y consens plus par crainte

Que pour une autre raison

Et si jamais homme dût avoir gré

Pour un service forcé

Je devrais bien obtenir récompense

Moi qui un si grand tort pardonne

VI

Ses beaux yeux traîtres

Qui me regardaient si gentiment

S'ils observent pareillement ailleurs

Ils font une faute très grave

Mais ils m'ont aussi très honoré

Lorsque mille personnes étant assemblées

Ils regardaient plus vers là où j'étais

Que vers tous les autres à l'entour

VII

Avec l'eau de mes yeux en pleurs

J'écris saluts plus de cent

Que je transmets à la plus noble

Et à la plus gracieuse

Maintes fois il m'est depuis souvenu

De ce qu'elle me fit au congé

Je la vis se couvrir la face

Si bien que jamais elle ne put me dire oui ou non

T1

Dame à présent aimez

Autrui et moi en secret

Si bien que j'en aie tout le profit

Et lui les belles paroles

T2

Garsio maintenant chante-moi

Ma Chanson et porte-la

A mon Messager qui était là-bas

Auquel je demande quel conseil il me donne

 

VI : Ara no vei luzir soleil - Maintenant je ne vois pas luire le soleil - Vers: A07 LO5 B11 PC70, 7 AP70, 7

A4 pc70 7

A4 pc70 7 fin

Ara no vei luzir soleil

I

Ara no vei luzir soleil 
Tan me son escurzit li rai 
E ges per aisso no.m esmai 
C'una clardatz me soleilla 
D'amor qu'ins el cor me raya 
E can autra gens s'esmaya 
Ieu meillur enans que sordei 
Per que mos chans no sordeya

II

Prat me semblon vert e vermeil 
Aissi com el doutz tems de mai 
Si.m te fin' amors coind' e gai 
Neus m'es flors blanch' e vermeilla

Et iverns calenda maya
Que.l genser e la plus gaya 
M'a promes que s'amor m'autrei 
S'anquer no la.m desautreya

III

Paor mi fan malvatz cosseil 
Per que.l segles mor e dechai 
C'aras s'ajoston li savai 
E l'us ab l'autre cosseilla 
Cossi fin' amors dechaya 
A mauvaza gens savaya 
Qui vos ni vostre cosseill crei 

Domnideu perd'e descreya

IV

D'aquestz mi rancur e.m coreil

Qu'ira me fan dol et esglai 
E pesa lor del joi qu'eu ai 
E pois chascus s'en coreilla 
De l'autrui joi ni s'esglaya 
Ja ieu meillor dreich no.n aya 
C'ab sol deport venz' e guerrei 
Cel que plus fort me guerreya 

 

V

Noich e jorn pes cossir e veil 
Plaing e sospir e pois m'apai 
On meills m'estai et eu peichz trai 
Mas us bos respeichz m'esveilla 
Don mos cossirers s'apaya 
Fols per que dic que mal traya 
Car aitan rich' amor envei 
Pro n'ai de sola l'enveya 

VI 

Ja ma domna no.s meraveil 
Si.ll quer que.m do s'amor ni.m bai 

Contra la foudat qu'eu retrai 
Fara genta meraveilla 
S'ill ja m'acola ni.m baya 
Dieus s'er ja c'om me retraya 
A cal vos vi e cal vos vei
Per benanansa que.m veya

VII

Fin' Amor ab vos m'apareil 
Pero no.s cove ni s'eschai 

Mas car per vostra merce.us plai 
Dieus cuit que m'o apareilla 
C'aitan fin' amors m'eschaya 
Ai domna per merce.us playa 
C'ayatz de vostr' amic mercei 
Pus aitan gen vos merceya 

T1

Bernartz clama sidons mercei 
Vas cui tan gen se merceya

T2

E si.n breu d'ora no la vei 
Non crei que lonjas la veya

Maintenant je ne vois pas luire le soleil

I

Maintenant je ne vois pas luire le soleil

Tant me sont obscurcis les rayons

Et pour autant point ne m'en émeus

Parce qu'une clarté m'ensoleille

D'amour qui dedans mon coeur rayonne

Et quand les autres gens s'émeuvent

Je m'améliore au lieu de décliner

C'est pourquoi mon chant point ne décline

II

Les prés me semblent verts et vermeils

Ainsi comme au doux temps de mai

Le noble amour me tient si gracieux et gai

Que la neige m'est fleur blanche et vermeille

Et l'hiver calendes de mai

Puisque la plus noble et la plus gaie

A promis de m'octroyer son amour

Encore qu'elle ne me le desoctroie pas

III

Peur me font les mauvais conseils

Par eux le monde se meurt et déchoit

Car maintenant s'assemblent les méchants

Et l'un à l'autre conseille

Pour que noble amour déchoie

Ah gent mauvaise et méchante

Que celui qui à vos conseils prête foi

Perde le seigneur Dieu et la foi

IV

De ceux-là je me plains et me lamente

Car ils me causent colère douleur et crainte

Et à eux pèse le Joy que j'ai

Et puisque chacun d'eux se lamente

Du Joy d'autrui et s'en craint

Que jamais n'ai-je de meilleur droit

Que de combattre et vaincre à l'aide de mon seul bonheur

Celui qui plus fort me guerroie

V

Nuit et jour je pense je réfléchis et veille

Je me plains et soupire et puis je m'apaise

Mieux me vont les choses pire je me sens

Mais une bonne attente m'éveille

Et apaise mes angoisses

Fou pourquoi ai-je dit que je souffre

Puisque je désire un si riche amour

Profit en ai-je d'en avoir juste le désir

VI

Que jamais ma dame ne s'émerveille

Si je lui demande qu'elle me donne son amour et ses baisers

Contre la folie que je dépeins

Elle ferait une belle merveille

Si jamais elle m'étreignait et me baisait

Dieu arrivera-t-il que de moi on raconte

Ah comment vous vis-je et comment je vous vois

A cause du bonheur qu'on me voit

VII

Noble Amour avec vous je me lie

Non que cela se convienne ou s'échoît

Mais parce qu'à votre grâce cela plaît

Et Dieu je pense qu'il y pourvoit

Qu'un si noble amour m'échoie

Ah dame de grâce qu'il vous plaise

D'avoir pitié de votre ami

Puisqu'il implore si gentiment votre pitié

T1

Bernartz à son-seigneur (sa dame) demande grâce

Auprès de celle qu'il implore si gentiment

T2

Et si bientôt je ne la vois

Je ne crois pas que de si tôt je la voie 

VII: A tantas bonas chansos - Ah tant de bonnes chansons - Chanso: A08 L16 B44 PC70, 8 AP70, 8

A4 pc70 8

A4 pc70 8 fin

A tantas bonas chansos

I

A tantas bonas chansos 
E tanz bos vers aurai faich 
Don ja no.m mezer' en plaich 

Domna s'ieu saubes de vos 
Que fossetz vas me tan dura 
Aras sai qu'e.us ai perduda 
Mas sivals no m'etz tolguda 
En la mia forfachura

II

Vers es que maintas sazos 
M'era be dich e retraich 
Que m'estara mal e laich 
C'ames et amatz no fos 
Mas lai on Amors s'atura 
Er greu forsa defenduda 
Si so coratge no muda 
Si c'aillors meta sa cura

III

Mas era sui tan joyos 
Que no.m sove del maltraich 
D'ira e d'esmai m'a traich 
Ab sos bels oills amoros 
De que.m poizon' e.m fachura 
Cill que m'a joya renduda 
C'anc pois qu'eu l'agui veguda 
Non agui sen ni mezura

IV

Mout i fetz Amors que pros 
Car tan ric joi m'a pertraich 
Tot can m'avia forfaich 
Val ben aquest guizerdos 
Aissi.l fenis ma rancura 
Que sa valors e s'ayuda 
M'es a tal cocha venguda  
Totz sos tortz i adrechura

V

Qui ve sas belas faissos 
Ab que m'a vas se atraich 
Pot be saber atrazaich 
Que sos cors es bels e bos 
E blancs sotz la vestidura 
Eu non o dic mas per cuda 
Que la neus can ill es nuda 
Par vas lei brun' et escura

VI

Domna si' st fals enveyos 
Que maint bo jorn m'an estraich
S'i metïon en agaich 
Per saber com es de nos 
Per dich d'avol gen tafura 
Non estetz ges esperduda 
Ja per me non er saubuda 
L'amors be.n siatz segura

T1

Bels Vezers un'aventura 
Avetz et es ben saubuda 
Qued om que.us aya veguda 
De vos no fara rancura

T2

Chanso vai t'en a La Mura 
Mo Bel Vezer me saluda 
Qui c'aya valor perduda 
La sua creis e meillura

 Ah tant de bonnes Chansons

I

Ah tant de bonnes Chansons

Et tant de bons Vers j'aurai fait

Dont jamais je ne me serais mis en peine

Dame si j'avais su à votre sujet

Que vous seriez envers moi si dure

Maintenant je sais que je vous ai perdue

Mais au moins vous ne m'êtes pas dérobée

Par ma propre forfaiture

II

Il est vrai qu'à maintes occasions

On m'avait bien dit et répété

Qu'il serait pour moi mal et laid

D'aimer et de ne pas être aimé

Mais là où Amour s'obstine

La forteresse sera difficilement défendue

Sauf si Amour change son coeur

Et porte ailleurs ses soins

III

Mais maintenant je suis si joyeux

Que je ne me souviens plus du mauvais traitement

De l'ire et de l'émoi elle m'a tiré

Avec ses beaux yeux amoureux

Qui m'enchantent et m'ensorcèlent

Car après que je l'eusse vue

Je n'eus plus jamais sens ni mesure

IV

Amour y fit grand avantage

Car elle (Amour) m'a octroyé si riche Joy

Tout le tort qu'Amour m'avait fait

Vaut bien cette récompense

Ainsi finit ma rancoeur

Puisque sa force et son aide

Me sont si vite venues

Elle y répare ainsi tous ses torts

 

 

V

Celui qui voit ses beaux traits

Avec lesquels elle m'attira à elle

Peut bien savoir sûrement

Que son corps est beau et bon

Et blanc sous les vêtements

Je ne le dis que par supposition

Si bien que la neige quand ce corps est nu

Paraît à côté de lui brune et obscure

VI

Dame même si ces perfides envieux

Qui maint beau jour m'ont volé

Se mettaient aux aguets

Pour savoir comme il va de nous

Par les dires de cette vile gent friponne

Ne soyez guère éperdue

Jamais par moi ne sera divulgué

Notre amour soyez-en bien certaine

T1

Beau-Voir un sort 

Vous suit et cela se sait bien

Tout homme qui vous a vu

De vous ne gardera pas rancoeur

T2

Chanson va-t-en à La Mure

A mon Beau-Voir transmets mon salut

Peu importe qui a perdu sa valeur

La sienne croît et s'améliore

 

VIII: Bel m'es can eu vei la bruoilla - Il me plaît bien de voir la feuillée - Chanso: A09 L39 B07 PC70, 9 AP70, 9

A4 pc70 9

A4 pc70 9 fin

Bel m'es can eu vei la bruoilla

I

Bel m'es can eu vei la bruoilla 
Reverdir per mei lo bruoill 
E.ill ram son cubert de fuoilla 
E.l rossignols sotz lo fuoill 
Chanta d'amor don me duoill 
E platz me qued eu m'en duoilla 
Ab sol qued amar me vuoilla 
Cela qu'eu dezir e vuoill

II

Eu la vuoill can plus s'orguoilla 
Vas me mas oncas orguoill 
N'ac vas lei per so m'acuoilla 
Ma domna pois tan l'acuoilla 
C'a totas autras me tuoill 
Per lei cui Deus no me tuoilla 
Ans li do cor qu'en grat cuoilla 

So que totz jorns s'amor cuoill

III

S'amor cuoill qui m'enpreizona 
Per lei que mala preizo 
Me fai c'ades m'ochaizona 
D'aisso don ai ochaizo 
Tort n'a mas eu lo.ill perdo 
E mos cors li reperdona 
Car tan la sai bel' e bona 
Que tuich li mal m'en son bo 

IV

Bo son tuich li mal que.m dona
Mas per Deu li quer un do 
Que ma bocha que jëona 
D'un douz baizar dejëo 
Mas trop quer gran guizardo 
Celei que tan guizardona 
E can eu l'en arazona 
Ill me chamja ma razo

V

Ma razo chamja e vira 
Mas eu ges de lei no.m vir 
Mo fi cor que la dezira 
Aitan que tuich mei dezir 
Son de lei per cui sospir 
E car ela no sospira 
Sai qu'en lei ma mortz se mira 
Can sa gran beutat remir

Tornada

Ma mort remir que jauzir 
No.n posc ni no.n sui jauzire 
Mas eu sui tan bos sofrire 
C'atendre cuit per sofrir

IL me plaît bien de voir la feuillée

I

Il me plaît bien de voir la feuillée

Reverdir parmi le bosquet

Et quand les rameaux sont couverts de feuilles

Et que le rossignol sous le feuillage

Chante d'amour ce dont je me plains

Et il me plaît que je m'en plaigne

A condition que m'aimer veuille

Celle que je désire et veux

II

Je la veux alors qu'elle est plus orgueilleuse

Envers moi mais jamais orgueilleux

Je ne fus envers elle pour cela que m'accueille

Ma dame puisque je l'accueille

Si bien qu'à toutes les autres je me dérobe

A cause d'elle pourvu que Dieu ne me la dérobe

Plutôt lui donne-t-il le désir qu'en grâce elle accueille

Le fait que chaque jour son amour j'accueille

III

J'accueille son amour qui m'emprisonne

Pour celle qui méchante prison

Me fait car toujours elle me reproche

Des choses dont moi je devrais lui faire reproche

Elle a tort mais je le lui pardonne

Et mon coeur lui pardonne

Car je la sais si belle et bonne

Que tous les maux m'en sont bons

IV

Bons sont tous les maux qu'elle me donne

Mais par Dieu je lui demande un don

Que ma bouche qui jeûne

D'un doux baiser puisse déjeuner

Mais je demande trop grande récompense

De celle qui tant récompense

Et quand je la raisonne

Elle me bouleverse la raison

V

Elle bouleverse ma raison et la dévie

Mais d'elle moi je ne dévie pas

Mon coeur fidèle qui la désire

Tellement que tous mes désirs

Vont vers elle pour qui je soupire

Et puisqu'elle ne soupire

Je sais qu'en elle ma mort se contemple

Quand sa grande beauté je contemple

Tornada

Ma mort je contemple puisque jouir d'elle

Je ne peux ni n'en suis réjoui

Mais je suis si bien fait à la patience

Que je pense atteindre mon but en patientant  

IX: Bel m'es qu'eu chan en aquel mes - Il me plaît de chanter en ce mois - Chanso: A10 L41 B50 PC70,10 AP70,10

ce chant ne possède plus sa partition

Bel m'es qu'eu chan en aquel mes

I

Bel m'es qu'eu chan en aquel mes  
Can flor e fuoilla vei parer 
Et au lo chan doutz pel defes 
Del rossignol matin e ser 
Adoncs s'eschai   qu'eu aya jauzimen 
D'un joi verai   en que mos cors s'aten 
Car eu sai be que per amor morrai

II

Amors e cals onors vos es 
Ni cals pros vo.n pot eschazer 
S'aucizetz celui c'avetz pres 
Qu'enves vos no s'auza mover 
Mal vos estai   car dols de me no.us pren 
C'amat aurai   en perdos lonjamen 
Celei on ja merce no trobarai

III

Pois vei que preyars ni merces 
Ni servirs no.m pot pro tener

Per amor de Deu me fezes 
Ma domna cal que bo saber
Que gran be fai   us paucs de jauzimen 
A cel que trai   tan gran mal com eu sen
E s'aissi mor requisitz li serai

IV

Garit m'agra si m'aucizes 
C'adoncs n'agra faich so voler 
Mas eu no cre qu'ela fezes 
Re c'a me tornes a plazer 
Agra.n esglai   e penedera s'en

Ja no creirai   no m'am cobertamen 

Mas cela s'en vas me per plan essai

V

Del major tort qu'eu anc ll'agues 
Vos dirai si.us voletz lo ver 
Amara la s'a leis plagues 
E servira.ill de mo poder 
Mas no s'eschai   qu'ill am tan paubraman 
Pero be sai   c'assatz for' avinen 
Que ges amors segon ricor no vai

VI

Gran mal m'a faich ma bona fes 
Que.m degra vas midons valer 
E s'eu ai faillit ni mespres 
Per trop amar ni per temer 
Doncs que farai   ai las chaitiu dolen

C'a totz es mai   de bel acuillimen 
Mas me tot sol azira e dechai

VII

El mon non es mas una res 
Per qu'eu joya pogues aver 
E d'aquela no.n aurai ges 
Ni d'autra no.n posc ges voler 
Pero si ai   per leis valor e sen 

E.n sui plus gai   e.n teing mo cors plus gen
Car s'ill no fos ja no m'en meir' en plai 

Tornada

Messatger vai   e porta me corren 
Ma chanso lai   Mo Frances part Mauren 
E digas li.m que breumen lo verai

Il me plaît de chanter en ce mois

I

Il me plaît de chanter en ce mois

Quand je vois paraître feuille et fleur

Et que j'entends à travers la garenne le doux chant

Du rossignol soir et matin

Il convient alors que j'aie de la joie

D'un Joy véritable en lequel mon coeur aspire

Car je sais bien que je mourrai d'amour

II

Amour quel honneur est-ce pour vous

Et quel avantage peut vous en échoir

Si vous tuez celui que vous avez pris

Et qui n'ose s'éloigner de vous

Mal vous sied de ne pas éprouver de peine pour moi

Car j'aurai longtemps aimé en pure perte

Celle en qui je ne trouverai jamais merci

III

Puisque je vois que prières ni pitié

Ni service ne me sont d'aucun profit

Pour l'amour de Dieu faites-moi

Ma dame quelque bon plaisir

Car une petite joie fait grand bien

A celui qui souffre comme moi d'un mal si grand

Et si j'en meurs je lui serai réclamé en justice

IV

Elle m'aurait guéri si elle m'avait tué

Et elle aurait alors accompli son désir

Mais je ne crois pas qu'elle ferait

Chose qui pût m'être agréable

En aurait-elle eu tristesse et s'en repentirait-elle

Je ne croirai jamais qu'elle ne m'aime en secret

mais elle s'en cache simplement pour m'éprouver

 

 

V

Du plus grand tort que j'ai eu à son endroit

Je vous dirai si vous voulez la vérité

Je l'aimerais si ça lui plaisait

Et je la servirais de tout mon pouvoir

Mais il ne convient pas qu'elle aime en si bas lieu

Pourtant je sais bien que cela serait assez convenable

Car l'amour ne va guère selon la richesse

VI

Grand mal m'a causé ma bonne foi

Qui aurait dû me servir auprès de mon-seigneur (ma dame)

Et si j'ai failli ou commis une méprise

Par excès d'amour ou par crainte

Que ferai-je donc hélas malheureux pitoyable

Car à tous elle fait le plus bel accueil

Mais je suis le seul qu'elle haïsse et rabaisse

VII

Il n'est au monde qu'un seul être

Dont j'aurais pu obtenir de la joie

Et de celle-là je n'en aurai pas du tout

Et d'une autre je n'en puis guère vouloir

Pourtant si par elle j'ai valeur et sens

Et j'en suis plus gai et mon coeur en est plus noble

Car si elle n'existait pas jamais je ne m'en serais occupé

Tornada

Messager va et porte en courant

Ma chanson là-bas à Mon-Français par-delà Moirans

Et dis-lui que bientôt je le verrai 

X: Be m'an perdu lai envers Ventadorn - Bien m'ont perdu là-bas vers Ventadour - Vers: A12 L09 B41 PC70,12 AP70,12

A4 pc70 12

A4 pc70 12 fin

Be m'an perdut lai enves Ventadorn

I

Be m'an perdut lai enves Ventadorn 

Tuich mei amic pois ma domna no m'ama 
Et es be dreichz que ja mais lai no torn 

C'ades estai vas me sauvatj' e grama 
Ve.us per que.m fai semblan irat e morn 
Car en s'amor me deleich e.m sojorn 
Ni de ren als no.s rancura ni.s clama

II 

Aissi co.l peis qui s'eslaiss' el cadorn 
E no.n sap mot tro que s'es pres en l'ama 
M'eslaissei eu vas trop amar un jorn 
C'anc no.m gardei tro fui en mei la flama 
Que m'art plus fort no.m feira focs de forn 
E ges per so no.m posc partir un dorn 
Aissi.m te pres d'amors e m'aliama

III

No.m meravill si s'amors me te pres 

Que genser cors no crei qu'el mon se mire 
Bels e blancs es e frescs e gais e les 
E totz aitals com eu vuoill e dezire 
No posc dir mal de leis que non i es 
Qu'e.l n'agra dich de joi s'eu li saubes 
Mas no li sai per so m'en lais de dire

IV

Totz tems volrai sa onor e sos bes 
E.ill serai om et amics e servire 
E l'amarai be li plass' o be.ill pes 
C'om no pot cor destreigner ses aucire 

No sai domna volgues o no volgues 
Si.m volia c'amar no la pogues 
Mas totas res pot om en mal escrire

V

A las autras sui aissi eschazutz 
La cals se vol me pot vas se atraire 
Per tal cove que no.m sia vendutz 

L'onors ni.l bes que m'a en cor a faire 
Qu'enoyos es preyars pos er perdutz 
Per me.us o dic que mals m'en es vengutz 
Qu'enganat m'a la bela de mal aire

VI

En Proensa tramet jois e salutz 
E mais de bes c'om no lor sap retraire 
E fatz esfortz miracles e vertutz 
Car eu lor man de so don non ai gaire 
Quan non ai joi mas tan can m'en adutz 
Mos Bels Vezers e'n Fachura sos drutz 
E'n Alvergnatz lo seigner de Belcaire

Tornada

Mos Bels Vezers per vos fai Deus vertutz 
Tals c'om no.us ve que no si' ereubutz 
Dels bels plazers que sabetz dir e faire

Bien m'ont perdu là-bas vers Ventadour

I

Bien m'ont perdu là-bas vers Ventadour

Tous mes amis puisque ma dame ne m'aime pas

Et il est juste que jamais là-bas je ne retourne

Car toujours elle m'est sauvage et dure

Voyez pourquoi elle me montre un visage morne et courroucé

Parce qu'en son amour je me délecte et séjourne

Et de rien d'autre elle ne se fâche ni se plaint

II

Ainsi comme le poisson qui s'élance vers l'appât

Et n'en sait rien jusqu'à ce qu'il soit pris à l'hameçon

Je me suis élancé un jour vers un amour excessif

Sans y prendre garde avant que je ne sois au milieu de la flamme

Qui me consume plus fortement que ne me ferait un feu de four

Et malgré cela je ne puis m'en éloigner d'un doigt (largeur de la main)

Tellement son amour me tient prisonnier et m'enchaîne

III

Je ne m'étonne pas si son amour me tient prisonnier

Car plus noble corps ne peut se voir au monde je crois

Il est bel et blanc et frais et gai et lisse

Et tout à fait comme je veux et désire

Je ne puis dire nul mal d'elle car il n'y en a pas

J'en aurais parlé avec Joy si j'en connaissais

Mais n'en connaissant pas je m'abstiens d'en parler

 

 

 

IV

Toujours je voudrai son honneur et son bien

Et je lui serai homme-lige et ami et serviteur

Et je l'aimerai que bien lui plaise ou que bien lui pèse

Car on ne peut pas contraindre un coeur sans l'occire

Je ne connais pas de dame qu'elle le veuille ou non

Que si je le voulais je ne puisse aimer

Mais toute chose peut être méchamment interprétée

V

Ainsi suis-je échu aux autres dames

Celle qui le veut peut m'attirer vers elle

A condition qu'elle ne me vende pas

 L'honneur et le bien qu'elle envisage de me faire

Car il est fâcheux de prier en pure perte

Je puis vous en parler parce que grand mal m'en est venu

Car m'a trompé la belle de mauvaise nature

VI

En Provence je transmets Jois et saluts

Et plus de bien qu'on ne leur sache dire

Et je fais efforts miracles et vertus

Car je leur envoie ce dont je n'ai guère

Quand moi-même je n'ai pas de Joy sinon celui que m'apporte

Mon Beau-Voir et Sire-Enchanteur son confident

Et Sire-Auvergnat le seigneur de Beaucaire

Tornada

Mon Beau-Voir pour vous Dieu fait tel prodige

Que nul ne vous voit sans être ravi

Des belles choses agréables que vous savez dire et faire

 

XI: Be-m cuidei de chantar sofrir - Je pensais bien m'abstenir de chanter - Vers: A13 L13 B14 PC70,13 AP70,13

ce chant ne possède plus sa partition

Be.m cuidei de chantar sofrir

I

Be.m cuidei de chantar sofrir 
Entro lai el doutz tems suau  
Eras pus negus no s'esjau 
E pretz e donar vei morir 
No posc mudar no preigna cura 

D'un vers novel a la frejura 

Que conortz er als autres entre lor 
E cove.m be pois tan be.m vai d'amor 
C'aya meillor solatz a tota gen

II

Domna vas cal que part que.m vir 
Ab vos remaing et ab vos vau
E sapchatz que de vos me lau 
Assatz mais que no sai grazir 
Be conosc que mos pretz meillura 
Per la vostra bon' aventura 
E car vos plac que.m fezetz tan d'onor 
Lo jorn que.m detz en baizan vostr'amor 
Del plus si.us platz prendetz esgardamen  

III

Amors aissi.m faitz trassaillir 
Del joi qu'eu ai no vei ni au 
Ni no sai que.m dic ni que.m fau 
Cen vetz trobi can m'o cossir 
Qu'eu degr' aver sen e mezura 
Si m'ai adoncs mas pauc me dura  
C'al reduire.m torna.l jois en error 
Pero be sai c'uzatges es d'amor 
C'om c'ama be non a gaire de sen  

IV

Greu en sabrai mo meills chauzir
Si sas belas faissos mentau 
Que res mas lauzars no.m abau 
E sas grans beutatz essernir 
Res mais no m'en dezasegura 
Pois tant es douss' e fin' e pura 
Gran paor ai qu'azesme sa valor 
E lauzenger volon mo dan d'amor 
E diran l'en be leu adiramen

V

Doncs lor deuri'eu be servir 
Pois vei que re guerra no.m vau 

Que s'ab lauzengers estau mau 
Greu.m poiria d'amor jauzir
Per leis es razos e mezura 
Qu'eu serva tota creatura 
Neis l'enemic dei apelar seignor 
C'ab gen parlar conquer om meills d'amor 
Tot lo pejor ad ops de be volen

VI

Amors cil que.us volon delir 
Son enoyos e desliau 
E si.us deschanton  me qu'en cau 
No.s podon meills envilanir 
Be conosc a lor parladura 
Qu'ill reignon mal contra natura 
Cist an perdut vergoigna e paor
Partit de Deu tot per sordeg d'amor 

Et eu sui fols si mais ab lor conten

Tornada

Ventadorn er greu mais ses chantador 
Que.l plus cortes e que mais sap d'amor 
M'en esseignet aitan com eu n'apren

Je pensais bien m'abstenir de chanter

I

Je pensais bien m'abstenir de chanter

Jusqu'à la saison douce et suave

Maintenant puisque personne ne se réjouit

Et que je vois mourir mérite et générosité

Je ne puis m'empêcher de m'occuper

D'un Vers nouvel à la froidure

Qui réconfortera tous les autres

Et il est bien à propos puisque l'amour me réussit si bien

Que j'aie la meilleure distraction pour tout le monde

II

Dame de quel côté que je me tourne

Avec vous je demeure et avec vous je vais

Et sachez que de vous je me loue

Bien plus que je ne sais remercier

Je reconnais bien que ma valeur s'améliore

Sous votre heureuse influence

Et puisqu'il vous a plu de me faire tant d'honneur

Le jour où vous m'avez donné en un baiser votre amour

Du reste s'il vous plaît prenez donc soin

III

Amour vous me faites ainsi tressaillir

Du Joy que j'ai je ne vois ni n'entends

Ni ne sais ce que je dis ou ce que je fais

Cent fois je trouve quand j'y pense

Que je devrais avoir bon sens et mesure

Mais si alors j'en ai cela me dure peu

A la fin le Joy est tout troublé

Pourtant je sais bien que c'est la règle en amour

Qui aime bien n'a guère de bon sens

 

IV

Difficilement saurais-je mieux choisir

Si j'évoque ses belles manières

Qu'il ne me convient rien sauf chanter ses louanges

Et reconnaître sa grande beauté

Rien ne me décontenance davantage

Puisqu'elle est si douce et noble et pure

J'ai grand peur qu'elle ne prenne conscience de sa valeur

Les médisants veulent nuire à mon amour

Et pourront bien facilement inciter son courroux

V

Je devrais donc bien les servir

Puisque je vois que la guerre ne me vaut rien

Et si je suis mal avec les médisants

Difficilement pourrais-je jouir d'amour

Pour elle il est raisonnable et prudent

Que je serve toute créature

Même l'ennemi je dois l'appeler seigneur

Car avec un noble langage on convertit mieux

Le pire adversaire de l'amour à vouloir le bien

VI

Amour ceux qui veulent vous anéantir

Sont perfides et déloyaux

Et s'ils se moquent de vous que m'importe

Ils ne peuvent mieux s'avilir

Je reconnais à leur discours

Qu'ils se conduisent mal contre nature

Ils ont perdu pudeur et crainte

Ces exilés de Dieu pour tout le pire de l'amour

Et je suis fou si davantage avec eux je lutte

Tornada

Ventadour ne sera guère désormais sans chanteur

Car le plus courtois et qui sait le plus d'amour

M'en a enseigné autant que j'en apprends

XII: Chantars no pot gaire valer - Le chanter ne peut guère valoir - Vers: A15 L02 B01 PC70,15 AP70,15

ce chant ne possède plus sa partition

Chantars no pot gaire valer

I

Chantars no pot gaire valer 
Si d'ins dal cor no mou lo chans 
Ni chans no pot dal cor mover
Si no i es fin' amors coraus 
Per so es mos chantars chabaus 
Qu'en joi d'amor ai et enten

La boch' e.ls oills e.l cor e.l sen

II

Ja Deus no.m don aquel poder 
Que d'amor no.m prenda talans 
Si ja re no.n sabi' aver
Mas chascun jorn m'en vengues maus
Totz tems n'aurai bo cor sivaus
E n'ai mout mais de jauzimen
Car n'ai bo cor e m'i aten 

III

Amor blasmen per no-saber 
Fola gens mas leis no.n es dans 

C'amors no.n pot ges dechazer 
Si non es amors comunaus  
Aisso non es amors aitaus 
No.n a mas lo nom e.l parven 
Que re non ama si no pren

IV

S'eu en volgues dire lo ver 
Eu sai be de cui mou l'enjans  
D'aquelas c'amon per aver 
E son merchadandas venaus 
Messongers en fos eu e faus 
Vertat en dic vilanamen 
E peza me car eu no.n men 

V

En agradar et en voler 
Es l'amors de dos fis amans 
Nula res no.i pot pro tener 
Si.ll voluntatz non es egaus 
E cel es be fols naturaus 
Que de so que vol la repren 
E.ill lauza so que no. ill es gen

VI

Mout ai be mes mo bon esper 
Cant cela.m mostra bels semblans 
Qu'eu plus dezir e vuoill vezer 

Francha doussa fin' e leiaus 
En cui lo reis seria saus  
Bel' e coind' ab cors covinen 
M'a faich ric ome de nien

VII

Re mais no.n am ni sai temer 
Ni ja res no.m seri' afans 
Sol midons vengues a plazer 
C'aicel jorns me sembla nadaus 
C'ab sos bels oills espiritaus 
M'esgarda mas so fai tan len 

C'us sols dias me dura cen

T1

Lo vers es fis e naturaus 
E bos celui qui be l'enten  
E meiller es qui.l joi aten  

T

Bernartz de Ventadorn l'enten 
E.l di e.l fai e.l joi n'aten 

Le chanter ne peut guère valoir

I

Le chanter ne peut guère valoir

Si du fond du coeur ne vient le chant

Et le chant ne peut venir du coeur

S'il n'y a en lui un noble amour cordial

Pour cela mon chanter est parfait

Parce qu'en Joy d'amour j'ai et j'engage

La bouche et les yeux et le coeur et la raison

II

Que Dieu ne me donne jamais ce pouvoir

De ne plus éprouver le désir d'amour

Même si je savais ne plus rien en avoir

Et que chaque jour m'en viendrait du mal

Toujours j'aurai du moins un coeur bon

Et j'en ai beaucoup plus de joie

Car j'en ai bon coeur et je m'y conforme

III

Blâment l'amour par ignorance

Les folles gens mais il n'en souffre nul dommage

Car l'amour ne peut guère déchoir

A moins d'être un amour commun

Cela n'est pas l'amour et de celui-ci

Il n'en a que le nom et l'apparence

Car il n'aime rien sans recevoir

IV

Si je voulais en dire la vérité

Je sais bien d'où vient la tromperie

De celles qui aiment pour de l'argent

Et sont des marchandes vénales

En fussé-je menteur et fourbe

La vérité je la dis vilainement

Et cela m'est pénible car je ne mens pas

 

V

Dans l'agrément et le désir

Est l'amour de deux vrais amants

Aucune chose ne peut y être utile

Si les volontés ne sont pas identiques

Et il est bien fou de naissance

Celui qui censure ce que veut la dame

Et lui vante ce qui ne lui plaît pas

VI

J'ai très bien placé mon bon espoir

Quand elle me montre une belle mine

Celle que je désire le plus et que je veux voir

Sincère douce noble et loyale

En qui le roi aurait son salut

Belle et gracieuse au corps avenant

Elle a fait de moi un homme distingué sorti du néant

VII

Il n'est rien que j'aime ou craigne plus

Et jamais rien ne me serait un fardeau

Si seulement mon-seigneur (ma dame) y prenait du plaisir

Ce jour me semble Noël

Quand avec ses beaux yeux spirituels

Elle me regarde mais elle le fait si lentement

Qu'un seul jour me dure comme cent

T1

Le Vers est parfait et sincère

Et bon pour celui qui l'entend bien

Et il est meilleur pour celui qui attend le Joy

T2

Bernard de Ventadour l'entend

Et le dit et le fait et en attend le Joy

 

 

XIII: Conortz ara sai eu be - Consolation maintenant je sais bien - Chanso: A16 L15 B26 PC70,16 AP70,16

A4 pc70 16

A4 pc70 16 fin

Conortz ara sai eu be

I

Conortz ara sai eu be 
Que ges de me no pensatz 
Pois salutz ni amistatz 
Ni messatges no m'en ve 
Trop cuit que fatz lonc aten 
Et er be semblans oimai 
Qu'eu chasse so c'autre pren 
Pois no m'en ven aventura

II

Bels Conortz can me sove 
Com gen fui per vos onratz 
E can era m'oblidatz 
Per un pauc no.n mor desse 
Qu'eu eis m'o vauc enqueren 
Qui.m met de foudat em plai 
Quand ieu midons sobrepren 
De la mïa forfaitura.

III

Per ma colpa m'esdeve 
Que ja no.n sia privatz 
Car vas leis no sui tornatz 
Per foudat que m'en rete 
Tan ai estat lonjamen 
Que de vergoigna qu'eu n'ai 
Non aus aver l'ardimen 
Que i an s'ans no m'asegura

IV

Ill m'encolpet de tal re 
Don me degra venir gratz 
Fe qu'eu dei a l'Alvergnatz 
Tot o fi per bona fe 
E s'eu en amar mespren 
Tort a qui colpa m'en fai 
Car qui en amor quer sen 
Cel non a sen ni mezura 

V

Tan er gen servitz per me 
Sos fers cor durs et iratz 
Tro del tot si' adoussatz 
Ab bels dichz et ab merce 
Qu'eu ai be trobat legen 
Que gota d'aigua que chai 
Fer en un loc tan soven 
Tro chava la peira dura

VI

Qui be remira ni ve 
Oills e gola fron e fatz 
Aissi son finas beutatz 
Que mais ni meins no.i cove 
Cors lonc dreich e covinen 
Gen afliban coind' e gai 
Om no.l pot lauzar tan gen 
Com la saup formar Natura

T1

Chansonet' ara t'en vai 
A Mo Frances l'avinen 
Cui pretz enans' e meillura

T2

E digas li que be.m vai 
Que de Mo Conort aten 
Enquera bon' aventura

Consolation maintenant je sais bien

I

Consolation maintenant je sais bien

Que vous ne pensez guère à moi

Puisque ni salut ni signe d'amitié

Ni message ne me vient de vous

Je pense avoir assez fait longue attente

Et désormais il semble certain

Que je chasse ce qu'un autre prend

Puisque ne m'en vient aucun bonheur

II

Belle Consolation quand je me souviens

Comme je fus par vous noblement honoré

Et comme à présent vous m'oubliez

Peu s'en faut que je meure tout de suite

Pourtant je m'en vais moi-même à la recherche

De celui qui m'accusera de folie

Quand à mon-seigneur (ma dame) je reproche

Ma propre forfaiture

III

Par ma faute il m'advient

Que plus jamais je ne lui sois intime

Car vers elle je ne suis pas revenu

Par la folie qui m'en retient

Je suis resté loin si longtemps

Que de la honte que j'en ai

Je n'ose avoir la hardiesse

D'y revenir si avant elle ne me rassure

IV

Elle m'accuse de telle chose

Dont elle devrait me savoir gré

Par la foi que je dois à l'Auvergnat

Tout cela je le fis de bonne foi

Et si en aimant je me trompe

Il a tort celui qui m'en fait faute

Car qui cherche en amour le bon sens

N'a lui-même bon sens ni mesure

 

 

 

V

Aussi longtemps sera gentiment servi par moi

Son coeur cruel dur et courroucé

Jusqu'à ce qu'il soit tout à fait adouci

Par les belles paroles et la pitié

Car j'ai bien trouvé en lisant

Que la goutte d'eau qui tombe

Frappe en un lieu si souvent

Qu'elle creuse la pierre dure

VI

Pour qui contemple bien et voit

Ses yeux son cou son front et son visage

Sa beauté est si parfaite

 Que ni plus ni moins ne lui en faut

Son corps est svelte droit et bien fait

Noblement vêtu gracieux et gai

On ne peut pas la louer aussi finement

Que Nature sut la former

T1

Chansonnette maintenant va-t-en

A Mon-Français aux manières avenantes

Dont le mérite augmente et s'améliore

 T2

Et dis-lui que je vais bien

Que de Ma-Consolation j'attends

Encore la bonne fortune

XIV: En cossirer et en esmai - En souci et en émoi - Chanso: A17 L40 B23 PC70,17 AP70,17

A4 pc70 17

A4 pc70 17 fin

En cossirer et en esmai

I

En cossirer et en esmai 
Sui d'un' amor que.m lass' e.m te 
Que tan no vau ni sai ni lai 
Qu'ill ades no.m teingn' en so fre 
C'aras m'a dat cor e talen 
Qu'eu enqueses si podia 
Tal que si.l reis l'enqueria 

Auria faich gran ardimen

II

Ai las chaitius e que.m farai 
Ni cal cosseill penrai de me 
Qu'ela no sap lo mal qu'eu trai 
Ni eu no.ill aus clamar merce 
Fol nesci ben as pauc de sen

Qu'ela nonca t'amaria 
Per nom que per drudaria 
C'ans no.t laisses levar al ven

III 

E doncs pois atressi.m morrai 
Dirai li l'afan que m'en ve 
Vers es c'ades lo li dirai 
No farai a la mia fe 
Si sabia c'a un tenen 
En fos tot' Espaigna mia 
Mais vuoill morir de feunia 
Car anc me venc en pessamen

IV

Ja per me no sabra qu'eu m'ai 
Ni autre no l'en dira re 
Amic no vuoill ad aquest plai 
Ans perda Deu qui pro m'en te 
Qu'eu no.n vuoill cozi ni paren 
Que mout m'es grans cortezia 
C'amors per midons m'aucia  
Mais a leis non estara gen 

V

E doncs ela cal tort m'i fai 
Qu'ill no sap per que s'esdeve 
Deus devinar degra oimai 
Qu'eu mor per s'amor et a que 

Al meu nesci chaptenemen 
Et a la gran vilania 
Per que.ill lengua m'entrelia 
Can eu denan leis me prezen

VI

Negus jois al meu no s'eschai 
Can ma domna.m garda ni.m ve 
Que.l seus bels douz semblans me vai 
Al cor que m'adous' e.m reve 
E si.m durava lonjamen 
Sobre sainz li juraria 
Qu'el mon mais nuills jois no sia 
Mais al partir art et encen

VII

Pois messatger no.ill trametrai 
Ni a me dire no.s cove
Negu cosseill de me no sai 
Mais d'una re me conort be 
Ela sap letras et enten 
Et agrada.m qu'eu escria 
Los motz e s'a leis plazia 
Legis los al meu sauvamen

Tornada

E s'a leis autre dols no.n pren 
Per Deu e per merce.ill sia 
Que.l bel solatz que m'avia 
No.m tuoilla ni.l seu parlar gen

En soucis et en émoi

I

En soucis et en émoi

Je suis d'une amour qui me lie et me tient

Au point que je ne puis aler de-ci de-là

Sans qu'elle ne me retienne par son frein

Car maintenant elle m'a donné le courage et le désir

De courtiser si je pouvais

Telle dame que si le roi la courtisait

Il aurait fait grande hardiesse

II

Hélas misérable et que ferai-je

Et quel conseil prendrai-je de moi

Car elle ne sait pas la peine que j'éprouve

Et je n'ose moi-même implorer sa grâce

Fou niais tu as bien peu de bon sens

Puisque jamais elle ne t'aimerait

Ni platoniquement ni physiquement

Laisse-toi plutôt emporter par le vent

III

Et alors puisqu'il me faudra mourir

Lui dirai-je le tourment qui m'en vient

Il est vrai qu'à présent je le lui dirai

Non je ne le ferai pas par ma foi

Même si je savais que sur-le-champ

Toute l'Espagne serait mienne

Je veux plutôt mourir de chagrin

Si jamais me venait telle pensée

IV

Jamais par moi elle ne saura ce que j'ai

Ni personne d'autre ne le lui dira

Je ne veux pas d'ami en cette affaire

Que Dieu perde plutôt celui qui m'aiderait

Je ne veux ni cousin ni parent

Car ce m'est une bien grande courtoisie

Que l'amour pour ma dame me tue

Mais de sa part cela ne sera pas gentil

 

V

Et alors elle quel tort me fait-elle

Puisqu'elle ne sait pas pourquoi cela arrive

Dieu elle aurait du deviner désormais

Que je meurs pour son amour et à quoi

A mon sot comportement

Et à la grande maladresse

Qui me lie la langue

Quand devant elle je me présente

VI

Aucun Joy n'est comparable au mien

Quand ma dame me regarde et me contemple

Car son bel et doux regard me va

Droit au coeur m'adoucit et me ranime

Et si cela me durait longtemps

Par tous les saints je lui jurerais

Qu'au monde il n'existe pas d'autre Joy

Mais au moment du départ je brûle et me consume

VII

Puisque je ne lui enverrai point de messager

Et qu'il ne me convient pas de le lui dire

De moi je ne puis prendre aucun conseil

Mais d'une chose je me console bien

Elle connaît les écrits et les comprend

Et il m'est agréable d'écrire

Les paroles et s'il lui plaît

Qu'elle les lise pour mon salut

Tornada

Et si elle ne prend pas à coeur la peine d'autrui

Qu'elle agisse par amour de Dieu et de la grâce

Et que les doux entretiens de jadis

Elle ne me les ôte pas ni sa gracieuse conversation 

XV: E maint geing se volv e-s vira - En maintes façons se tourne et vire - Chanso: A18 L08 B22 PC70,18 AP70,18

ce chant ne possède plus sa partition

E maint geing se volv e.s vira 

I

E maint geing se volv e.s vira 
Mos talans e ven e vai 
Lai on mos volers s'atrai 
Lo cors no.n pauza ni fina 
Si.m te coind' e gai 
Fin' amors ab cui m'apai 
No sai com me conteigna 

II

Ges amors no.s fraing per ira 
Ni se feing per dich savai 
Can es de bo pretz verai 
Qui la ten en dissiplina 
Re no sap que.s fai 
Que no cove ni s'eschai 
Que nuls om la destreigna

III

Eu.m sui cel que res no tira 
Si tot ma domna.m sostrai 
Ja de re mo.m clamarai 
Car es tan pur' e tan fina 
Que ja no creirai 
Si de so tort li quer plai 
Que merces no l'en preigna 

IV

Per mo grat eu m'en jauzira 
E pel bo talan qu'eu n'ai 
M'es veyaire que be.m vai 
Gardatz  s'ela.m fos vezina 
S'eu n'agra re mai 
Eu oc c'aissi m'o aurai 
S'a lei platz que.m reteigna

Tornada

Messatger mot me taïna 
Car tost non est lai 
Viatz ven e viatz vai 
Mas la chanso ll'enseigna

En maintes façons se tourne et vire

I

En maintes façons se tourne et vire

Mon désir et il va et vient

Là où mon vouloir s'approche

Mon coeur ne se pose ni se repose

Tant me tient aimable et gai

Ce pur amour qui m'apaise

Je ne sais comment me contenir

II

L'amour n'est pas du tout brisé par la tristesse

Ni diminué par de mauvaises paroles

Quand il est de bonne valeur réelle

Celui qui le tourmente

Ne sait point ce qu'il fait

car il ne convient pas et ne sied pas

Que nul vassal le contraigne

III

Je suis celui que rien ne contrarie

Quoique ma dame me maltraite

je ne me plaindrai jamais de rien

Car elle est si pure et si parfaite

Que jamais je ne croirai

Si de son tort je lui demandais réparation

Qu'elle ne prendrait pas pitié

 

IV

A mon gré je m'en réjouirai

Et par le bon désir que j'en ai

Il me semble qu'il m'en arrive du bien

Voyez me fût-elle voisine

En aurais-je rien de plus

Moi oui car ainsi je l'aurai

S'il lui plaît de me retenir

Tornada

Messager il me tarde beaucoup

Car tu ne seras pas bientôt rendu là-bas

va vite et reviens vite

Mais enseigne-lui la Chanson