Chants de Bernartz IIb (AP)

XVI: Estat ai com om esperdut - J'ai été comme un homme éperdu - Chanso: A19 L30 B33 PC70,19 AP70,19

A4 pc70 19

A4 pc70 19 fin

Estat ai com om esperdutz

I

Estat ai com om esperdutz 
Per amor un lonc estatge 
Mas era.m sui reconogutz 
Qu'eu avia faich folatge 
C'a totz era de salvatge 
Car m'era de chan recrezutz 
Et on eu plus estera mutz 
Mais feira de mon damnatge

II

A tal domna m'era rendutz 
C'anc no.m amet de coratge 
E sui m'en tart aperceubutz 
Que trop ai faich lonc badatge 
Oi mais segrai son uzatge 
De cui que.m vuoilla serai drutz 
E trametrai per tot salutz 
Et aurai mais cor volatge

III

Truans vuoill esser per s'amor 
E cove c'ab leis aprenda 
Pero no vei domneyador 
Que meins de me s'i entenda 
Mas bel m'es c'ab leis contenda 
C'autra n'am plus bel' e meillor 

Que.m val e m'ayud' e.m socor 
E.m fai de s'amor esmenda

IV

Aquesta m'a faich tan d'onor 
Que platz li c'a merce.m prenda 
E prec la del seu amador 
Que.l be que.m fara no.m venda 
Ni.m fassa far lonj' atenda 

Que lonc termini.m fai paor 
Car no vei malvatz donador 
C'ab lonc respeich no.s defenda 

V

Ma domna fo al comensar 
Franch'e de bela compaigna 
E per so la dei mais lauzar 
Que si.m fos fer' et estraigna 
Dreichz es que domna s'afraigna 
Vas celui qui a cor d'amar 
Qui trop fai son amic preyar 
Dreichz es c'amics li sofraigna 

VI

Domna pensem del enjanar 
Lauzengers cui Deus contraigna 
Que tan com om lor pot emblar 
De joi aitan s'en gazaigna 
E que ja us no s'en plaigna 
Loncs tems pot nostr' amors durar 
Sol can locs er vuoillam parlar 

E can locs non er remaigna

T1

Deu lau c'encara sai chantar 

Mal grat n'aya na Dous-Esgar 
E cil a cui s'acompaigna

T2

Fis-Jois ges no.us posc oblidar 
Ans vos am e.us vuoill e.us teing char 

Car m'etz de bela compaigna 

J'a! été comme un homme éperdu

I

J'ai été comme un homme éperdu

Par amour durant une longue période

Mais à présent j'ai reconnu

Que j'avais fait folie

Envers tous j'étais sauvage

Car de chanter je m'étais abstenu

Et plus longtemps je resterai muet

Plus je ferai mon dommage

II

A telle dame je m'étais rendu

Qui jamais ne m'aima de tout coeur

Et tard je me suis aperçu

Que j'ai fait trop longue attente

Désormais je suivrai son usage

De celle qui me voudra je serai amant

Et j'enverrai partout des saluts

Et j'aurai un coeur plus volage

III

Trompeur je veux être pour son amour

Et il convient qu'auprès d'elle j'apprenne

Pourtant je ne vois pas de courtisan

Qui moins que moi s'y entende

Mais il me plaît de rivaliser avec elle

Car j'en aime une autre plus belle et meilleure

Qui me vaut et m'aide et me secourt

Et qui par son amour me dédommage

IV

Celle-ci m'a fait tant d'honneur

Qu'il lui plaît de me prendre en pitié

Et je la prie moi son amoureux

De ne pas me vendre le bien qu'elle me fera

Et de ne pas me faire longuement attendre

Car un terme éloigné me fait peur

Je ne connais pas de mauvais donneur

Qui par un long délai ne se défende

 

 

 

 

V

Ma dame fut au commencement

Sincère et de bonne compagnie

C'est pourquoi je dois davantage la louer

Que si elle m'avait été cruelle et hostile

Il est juste que la dame soit complaisante

Envers celui qui a un coeur pour aimer

A celle qui fait trop supplier son ami

Il est juste que l'ami lui fasse défaut

VI

Dame pensons à tromper

Les médisants que Dieu les paralyse

Car tout ce qu'on peut leur dérober

De Joy c'est autant de gagné

Et que personne ne s'en plaigne

Longtemps notre amour peut durer

Pourvu que le lieu soit propice quand nous voulons parler

Et que nous ajournions quand le lieu ne s'y prête pas

T1

Je loue Dieu que je puisse encore chanter

En dépit de dame Doux-Regard

Et de celui auquel elle tient compagnie

T2

Pur-Joy je ne puis guère vous oublier

Au contraire je vous aime et vous veux et vous chéris

Car vous m'êtes d'aimable compagnie

XVII: Gausselms no-m puesc estener - Gaucelm je ne puis me retenir - Tenso: B(76) tenso 5 PC52, 3 AP70,19a

ce chant ne possède plus sa partition

 

Gausselms no.m puesc estener

I

Gausselms no.m puesc estener
C'ab vos iratz no contenda
Que talan ai qu'ieu defenda
Las domnas a mon poder
Que vos aug deschaptener
C'una.m ren cortez' esmenda
Que m'avia fag doler
Per qu'ieu en lor chaptener
Taing que mos bels dichz despenda

II

Bernartz be sapchatz de ver
Que non vezem que ben prenda
A nuill qu'en domna s'entenda
Per qu'ie.us fatz enans saber
Que fols vos fassatz tener
Ni qu'ela s'amor vos venda
E no.i metatz vostr' aver
Que ben poiriatz dechazer
S'aviatz mil marcx de renda

III

Gausselms no.us detz plus paor
De mi qu'ieu eis ni temensa
Qu'en tal domn' ai m'entendensa
Cui sierf e prec et aor
E sap valer part valor
Mas vos i fatz gran faillensa
Car deschaptenetz amor
C'Amors meillura.l meillor
E l'aut auss' e .l gensor gensa

IV

Bernartz per so n'ai temor
Car conosc la meins valensa
Qu'elas ab bela parvensa
Fan lo for del brezador
E tornon hom en folor
E quan l'an en lor tenensa
Segon que dizon l'auctor
Meton l'en tan gran error
Don ja non aura guirensa

V

Gausselms e com auzatz dir
Qu'enjans si' en amor fina
Vas cui totz lo mons aclina
Qu'ela fai gent esbaudir
L'irat e.l paubr' enrequir
Ab una cuenda metzina
Que ja pueis al meu albir
Hom no pot dolor sentir
Mas ela.l sia vezina

VI

Bernartz gardatz de traïr
D'esta vostr' amor frairina
En cui malvestatz s'aizina
Mas si.l voletz ben servir
Ni sos talans ademplir
Corba.ill be soven l'esquina
E gardatz vos al partir
Que no.us puesca escarnir
Qu'ela sap trop de rapina

T1

Gausselms en vos non taïna
Vilas motz ni lagz a dir
Per qu'ieu vuoill aissi fenir
Ma razo qu'es bon' e fina

T2

Bernartz anc d'amor canina
No vim nuill home jauzir
E si no.us voletz gequir
Tira.us lo cat per l'esquina

Gaucelm je ne puis me retenir

I

Gaucelm je ne puis me retenir

Car je suis fâché de disputer avec vous

Car j'ai le désir de défendre

Comme je le puis les dames

Que je vous entends critiquer

Car l'une d'elle m'accorde courtoise réparation

De ce qu'elle m'avait fait souffrir

C'est pourquoi pour leur défense

Il convient que je dépense mes beaux discours

II

Bernard sachez bien en vérité

Que l'on ne voit personne tirer avantage

De courtiser les dames

C'est pourquoi je vous fais savoir tout d'abord

Que vous vous feriez passer pour fou

Et si elle vous vend son amour

N'y consacrez pas tout votre avoir

Parce que vous pourriez vous ruiner

Même si vous aviez mille marcs de rente

III

Gaucelm n'ayez pas plus de peur

Pour moi-même ni de crainte

Car j'ai tourné ma pensée vers telle dame

Que je sers et prie et adore

Et que je sais valoir plus que la valeur même

Mais vous y faites une grande faute

Car vous abandonnez Amour

Parce qu'Amour améliore le meilleur

Et hausse le plus haut placé et ennoblit le plus noble

IV

Bernard c'est pour cela que j'en ai crainte

Car je connais l'avilissement

Qu'avec leur belle mine

Elle font à la manière de l'oiseleur

Et elles tournent l'homme en folie

Et quand elles l'ont en leur pouvoir

Selon ce qu'en disent les sages

Elles le mettent en si grande détresse

Qu'il n'en aura jamais guérison

 

V

Gaucelm comment osez-vous dire

Qu'il y ait des trompeurs dans l'amour accompli

Vers qui tout le monde s'incline pour lui rendre hommage

Car elle fait gracieusement se réjouir

L'affligé et enrichir le pauvre

Avec une aimable médecine

Et que jamais plus à mon sens

L'homme ne peut sentir de douleur

Pourvu qu'Amour lui soit voisine

VI

Bernard gardez-vous de la trahison

De cette personne votre amour méprisable

En qui méchanceté réside

Mais si vous voulez bien la servir

Et combler ses désirs

Courbez-lui bien souvent l'échine

Et gardez-vous au départ

Qu'elle ne vous puisse outrager

Car elle s'y connaît trop bien en fait de rapine

T1

Gaucelm vous ne tardez pas

À dire mot grossier et laid

C'est pourquoi je veux finir ici

Mon discours qui est raffiné et parfait

T2

Bernard jamais d'un amour vil

On ne voit personne jouir

Et si vous ne voulez pas vous abstenir

Tirez le chat par l'échine

 

XVIII: Gent estera que chantes - Il serait bien que je chante - Chanso: A20 L37 B27 PC70,20 AP70,20

ce chant ne possède plus sa partition

 

Gent estera que chantes

I

Gent estera que chantes 
S'a Mon Conort abelis 
Mas eu no cre que.m grazis 
Re que.ill disses ni.ll mandes 
Car trop n'ai faich lonc estatge 
De vezer lo seu cors gen 
Avinen   e d'agradatge 
E lais m'en si Deus be.m do 
Pel meu dan e pel seu pro

II

Mas fals lauzenger engres 
M'an loingnat de so pais 
Que tals s'en fai esdevis 
Qu'eu cuidera que.ns celes 
Si.ns saubes ams d'un coratge 
E car me don espaven 
Vau queren   cubert viatge 
Per on vengues a lairo 
Denan leis ses mal resso

III

Car no parria ames 
Nuills om que d'amor s'aizis 
Car per celar es om fis 
E.n estai de joi plus pres 
Donc s'eu en pren bon uzatge 
Midons c'a valor e sen 
Prec m'esmen   dins son ostatge 

L'afan can veira sazo 

E no.i gart dreich ni razo 

IV

E si.l plazia.m tornes 
Al seu onrat paradis 
Ja no.s cuit qu'eu m'en partis 
Ans mor can no.i son ades 

Deus can aurai vassalatge
Que denan leis me prezen
Trop m'aten   en voupillatge 
Car no sap s'ai tort o no 
Per c'a dreich que.m ochaizo

V

Domna.l genzer c'anc nasques 
E la meiller qu'eu anc vis 
Mas jonchas estau aclis 
A genoillos et en pes 
El vostre franc seignoratge 
Encar me detz per prezen 
Franchamen   un cortes gatge 
Mas no.us aus dire cal fo 
C'adoutz me vostra preizo

Tornada

Domna vos am finamen 
Franchamen   de bo coratge 
E per vostr' om me razo 
Qui.m demanda de cui so

Il serait bien que je chante

I

Il serait bien que je chante

Si cela plaisait à Ma-Consolation

Mais je ne crois pas qu'elle me sache gré

De ce que je lui dise ou envoie

car j'ai fait trop longue attente

Pour revoir son corps gracieux

Avenant et agréable

Et j'y renonce si Dieu le veut bien

Pour mon préjudice et pour son profit

II

Mais de fourbes médisants odieux

M'ont éloigné de son pays

Un tel s'est fait espion

Alors que j'aurais pensé qu'il nous aurait caché

S'il savait que nos coeurs ne faisaient qu'un

Et puisque j'en suis effrayé

Je vais chercher une voie secrète

Par où je viendrai à la dérobée

Devant elle sans nuire à sa renommée

III

Car il ne paraîtrait pas aimer

Celui qui se sert de l'amour

C'est par la discrétion que l'homme est sûr

Et se trouve plus près du Joy

Donc si j'observe le bon usage

A mon-seigneur ( ma dame) qui a du mérite et du bon sens

Je demande de me dédommager dans sa demeure

Du tourment quand elle verra le temps opportun

Sans évoquer droit ni raison

 

IV

Et s'il lui plaisait de me ramener

A son honorable paradis

Qu'elle ne pense jamais que j'en reparte

Au contraire je meurs de ne pas y être déjà

Dieu quand aurai-je le courage

De me présenter devant elle

Je diffère trop par lâcheté

Alors qu'elle ne sait pas si j'ai tort ou non

Aussi c'est à bon droit qu'elle m'accuse

V

Dame la plus belle qui naquit jamais

Et la meilleure que j'aie jamais vue

Mains jointes je me tiens incliné

A genoux ou bien debout

En votre noble seigneurie

Puissiez-vous encore me donner pour présent

Sans réserve un gage courtois

Mais je n'ose vous dire lequel ce fût

Qui m'adoucisse votre prison

Tornada

Dame je vous aime fidèlement

Franchement de bon coeur

Et je me déclare votre homme-lige

Lorsqu'on me demande à qui je suis

 

XIX: Ges de chantar no-m pren talans - De chanter il ne me prend guère envie - Vers: A21 L11 B19 PC70,21 AP70,21

ce chant ne possède plus sa partition

 

Ges de chantar no.m pren talans

I

Ges de chantar no.m pren talans 
Tan me peza de so que vei 
Que metre.s soli' om en grans 
Com agues pretz onor e lau 
Mas era no vei ni non au 
C'om parle de drudaria 
Per que pretz e cortezia 
E solatz torn' en no-chaler

II

Dels baros comensa l'enjans 
C'us no.n ama per bona fei 
Per so.n sec als autres lo dans 
E negus om de lor no.s jau 
Ed amors no rema per au 
Car be leu tals amaria 
Qui s'en te car no.s sabria 
A guiza d'amor chaptener

III

De tal amor sui fis amans 
Don duc ni comte non envei 
E non es reis ni amirans 
El mon que s'el n'avi' aitau 
No s'en fezes rics com eu fau 
E si lauzar la volia
Ges tan dire no.n poiria 
De be que mais no.n sia ver

IV

Per re non es om tan prezans 
Com per amor e per domnei 
Que d'aqui mou deportz e chans 
E tot can a proez' abau 
Nuls om ses amor re no vau 
Per qu'eu no vuoill sia mia 
Del mon tota.ill seignoria 
Si ja joi no.n sabi' aver 

V

De midons me lau cent aitans 
Qu'eu no sai dir  et ai be drei 
Que can pot me fai bels semblans 
E sona me gent e suau 
E mandet me per qu'eu m'esjau 
Que per paor remania 
Car ela plus no.m fazia 
Per qu'eu n'estau en bon esper

VI

Bona domna coinhd' e prezans 
Per Deu ayatz de me mercei 
E ja no vos anetz doptans 
Ves vostr'amic fin e corau 
Far me podetz e ben e mau 
En la vostra merce sia 
Qu'eu sui garnitz tota via 
Com fassa tot vostre plazer

VII

Fons Salada mos drogomans 
Me siatz moseignor al rei 
Digatz li.m que Mos-Azimans 
Mi te car eu ves lui no vau 
Si com a Toren' e Peitau 
E Anjau e Normandia 
Volgra car li covenria 
Agues tot lo mon en poder

Tornada

Lo vers aissi com om plus l'au 
Vai meilluran tota via 
E.i aprendon per la via 
Cil c'al Poi lo volran saber

De chanter il ne me prend guère envie

I

De chanter il ne me prend guère envie

Tant me pèse ce que je vois

Car jadis l'homme s'efforçait

Pour avoir valeur honneur et gloire

Mais à présent je ne vois ni n'entends

Que l'on parle d'amour intime

De sorte que valeur et courtoisie

Et plaisirs tombent dans l'indiférence

II

Chez les barons commence la fourberie

Car aucun d'eux n'aime de bonne foi

Il s'ensuit pour les autres un dommage

Et personne ne se réjouit plus de leur présence

Et l'amour ne s'interrompt pour une autre raison

Car peut-être tel aimerait

Qui s'en retient car il ne saurait

Se conduire selon l'art d'aimer

III

De tel amour je suis un amant fidèle

D'où je n'envie ni duc ni comte

Et il n'y a roi ni émir

Au monde qui s'il en avait autant

Ne s'en ferait riche comme je le fais

Et si je voulais la louer

Je n'en pourrais tant dire

De bien que plus encore ne fût vrai

IV

Rien ne fait tant apprécier un homme

Que l'amour et le service des dames

Car de là proviennent divertissement et chant

Et tout ce qui appartient à prouesse

Personne sans amour ne vaut rien

C'est pourquoi je ne veux pas que soit mienne

Toute la seigneurie du monde

Si jamais je ne devais connaître le Joy

 

V

De mon-seigneur (ma dame) je me loue cent fois autant

Que je ne sais dire et j'ai bien droit

Car lorsqu'elle le peut elle me fait beaux semblants

Et m'appelle gentiment et doucement

Et elle me fit savoir ce dont je me réjouis

Que par peur elle s'était retenue

De faire davantage pour moi

C'est pourquoi je reste en bon espoir

VI

Bonne dame gracieuse et estimée

Pour Dieu ayez de moi pitié

Et n'allez plus jamais douter

De votre ami fidèle et sincère

Vous pouvez me faire et du bien et du mal

Cela soit en la votre merci

Car moi je suis prêt toujours

A faire tout votre plaisir

VII

Fons-Salada mon interprète

Soyez pour moi auprès de monseigneur le roi

Dites-lui que Mon-Aimant

Me retient de sorte que vers lui je ne puis aller

Comme il a Touraine et Poitou

Et Anjou et Normandie

J'aurais voulu cela lui siérait bien

Qu'il eût le monde entier en son pouvoir

Tornada

Le Vers plus on l'entend

Va s'améliorant toujours

Et qu'ils l'apprennent au long du chemin

Ceux qui au Puy le voudront savoir

XX: Ja mos chantars no m'er onors - Jamais mon chanter ne sera pour moi honneur - Vers: A22 L36 B43 PC70,22 AP70,22

ce chant ne possède plus sa partition

 

Ja mos chantars no m'er onors

I

Ja mos chantars no m'er onors 
Encontral gran joi c'ai conques 

C'ades m'agr' ops si tot s'es bos 
Mos chans fos meiller que non es 

Aissi com es l'amors sobrana 
Per que mos cors meillur' e sana 
Deuri' esser sobras lo vers qu'eu fatz 
Sobre totz chans e volgutz e chantatz

II

Ai Deus can bona for' amors 
De dos amics s'esser pogues 
Que ja us d'aquestz enveyos 
Lor amistat no conogues
Cortezia mout etz vilana 
C'ad aquesta fausa gen vana 
Fatz conoisser semblans ni amistatz 
C'ar' es cortes lo plus mal esseignatz

III

Per merce prec als amadors 
Chascus per se cossir e pes 
Del segle com es enoyos 
E can pauc n'i a de cortes 
C'amors pois om per tot s'en vana 
Non es amors mas es ufana 
Et es enois vilani' e foudatz 
Qui no gara cui deu esser privatz

IV

Si tot m'es vergoign' e paors 
Blasmatz m'er d'Amor mas be.m pes 
Car aquest lauzars no m'es pros 
E pois mos conortz no.n es res 
Qu'eu vei que de nien m'apana 
Cill que no.m vol esser umana 
E car no.n posc aver joi ni solatz 

Chan per conort cen vetz que sui iratz 

V

Chauzit ai entre las meillors 
La meillor qued anc Deus fezes 
Mas tan a va cor e doptos 
Qu'er' ai leis era no.n ai ges 
Que val aitals amors aurana 
Can ges no pot una setmana 
Us bos amics ab l'autr' estar en patz 
Ses grans enois e ses enemistatz

VI

Tostems sec joi ir' e dolors 
E tostems ira jois e bes 
Et eu no cre si jois no fos 
C'om ja saubes d'ira que.s es 
Qu'eu pert per falsa laus umana 
Tal joi de fin' amor certana 
Que qui.m mezes tot lo mon ad un latz 
Eu preira.l joi per cui sui enjanatz

VII

Bela domna vostre socors 
M'auria mester se.us plagues 
Que molt m'es mal' aquist preizos 
En c'Amors m'a lassat e pres 
A Deus can malamen m'afana 
Can so que.m traïs e m'enjana 
M'aven amar si tot me pez' o.m platz 
Era sai eu qu'eu sui apoderatz

T1

Mas d'aisso fai trop que vilana 
Ma domna quar aissi.m soana 
Car de l'afan no me val amistatz 
Tan qu'eu disses que sui meills sos privatz

T2

Messatgers vai t'en via plana 
A mon Romeu lai vas Viana 
E diguas li qu'eu lai fora tornatz 
Si mos De-Cor m'agues salutz mandatz

Jamais mon chanter ne sera pour moi honneur

I

Jamais mon chanter ne sera pour moi honneur

Comparé au grand Joy que j'ai conquis

Car j'aurai toujours le besoin bien qu'il soit bon

De faire mon chant meilleur qu'il n'est

Ainsi comme l'amour est souveraine

Grâce à laquelle mon coeur s'améliore et guérit

Devrait être supérieur le Vers que je fais

Supérieur à tous les chants voulus et chantés

II

Ah Dieu comme il serait bon l'amour

De deux amis s'il était possible

Qu'aucun de ces envieux

Ne connût leur amitié

Courtoisie vous êtes très vilaine

Puisqu'à cette fausse gent vaine

Vous faîtes connaître les manières et l'amitié

Car à présent est courtois le plus malappris

III

Par pitié je prie les amoureux

Chacun pour soi de réfléchir et  penser

Combien le monde est ennuyeux

Et combien il y a en lui peu de courtoisie

Car amour dont on se vante partout

N'est pas amour mais vantardise

Et il est source de détresse vilenie et folie

Celui qui ne fait attention à qui est son  intime

IV

Bien qu'il m'en vienne honte et peur

Je m'étais plaint d'Amour mais je pense bien

Que cette louange ne m'est pas profitable

Puisque ma consolation n'y est pas du tout

Je vois que de rien elle me nourrit

Celle qui ne veut pas m'être humaine

Et puisque je n'en peux avoir Joy ni gaieté

Je chante pour consolation cent fois ma détresse

 

 

 

V

J'ai choisi entre les meilleures

La meilleure que jamais Dieu fît

Mais elle a le coeur si faible et craintif

Que tantôt je l'ai tantôt je n'en ai rien

Que vaut un amour si frivole

Quand ne peut même une semaine

Un bon ami être avec l'autre en paix

Sans ressentir grande tristesse et inimitié

VI

Chagrin et douleur suivent toujours Joy

Et toujours après chagrin suivent Joy et bonheur

Et je ne crois pas si Joy n'existait pas

Que l'on saurait jamais ce qu'est le chagrin

Bien que je perde pour fausse louange humaine

Tel Joy d'une noble amour certaine

Si l'on m'offrait le monde entier en échange

Je prendrais le Joy par lequel je suis trompé

VII

Belle dame votre secours

Me serait nécessaire s'il vous plaisait

Car m'est fort cruelle cette prison

Dans laquelle Amour m'a lié et pris

Ah Dieu quelle méchante torture

Quand c'est ce qui me trahit et me trompe

Qu'il me faut aimer que cela me pèse ou me plaise

Maintenant je sais bien que je suis dompté

T1

Mais en cela elle se montre trop vilaine

Ma dame quand ainsi elle me dédaigne

Car de la peine ne me compense pas l'amitié

Au point de dire que je suis son ami le plus intime

T2

Messager va-t-en tout droit

A mon Pèlerin là-bas vers Vienne

Et dis-lui que j'y serais revenu

Si mon De-Coeur m'avait envoyé ses saluts 

 

XXI: La doussa votz ai auzida - J'ai entendu la douce voix - Vers: A23 L34 B47 PC70,23 AP70,23

A4 pc70 23

A4 pc70 23 fin

La doussa votz ai auzida

I

La doussa votz ai auzida  
Del rossignolet sauvatge 
Et es m'ins el cor saillida 
Si que tot lo cossirer 
E.ls mals traichz qu'Amors me dona 
M'adoussa e m'assazona 
Et auria.m be mester 
L'autrui jois al meu damnatge

II

Ben es totz om d'avol vida 
C'ab joi non a son estatge 
E qui vas Amor no guida 
So cor e so dezirer 
Car tot can es s'abandona 
Vas joi e refrim' e sona 
Prat e deves e verger
Landas e pla e boschatge

III

Eu las cui Amors oblida 
Que sui fors del dreich viatge 
Agra de joi ma partida 
Mas ira.m fai destorber 
E no sai on me repona 
Pus mos jois me dessazona 
E no.m teignatz per leuger 
S'eu dic alcu vilanatge

IV

Una faussa deschauzida 
Trahiritz de mal lignatge 
M'a trahit et es trahida 
E cuoill lo ram ab que.s fer 
E can autre l'arazona 
D'eus lo seu tort m'ochaizona 
Et an ne mais li derrer 
Qu'eu qui n'ai faich lonc badatge 

V

Mout l'avia gen servida 
Tro ac vas mi cor volatge

 E pus ill no m'es cobida 
Mout sui fols si mais la ser 
Servirs c'om no gazardona 
Et esperansa bretona 
Fai de seignor escuder 
Per costum e per usatge

VI

Pois tan es vas me faillida 
Aissi lais so seignoratge 
E no vuoill que.m si'aizida 
Ni ja mais parlar no.n quer 
Mas pero qui m'en razona 
La paraula m'en es bona 
E m'en esjau volonter 
E.m n'alegre mo coratge

VII

Deus li do mal' escharida 
Qui porta mauvais messatge 
Qu'eu agra amor jauzida 
Si no fosso lauzenger 
Fols es qu' ab sidons tensona 
Qu'e.ill perdo s'ela.m perdona 
E tuich cill son messonger 
Que.m n'an faich dire folatge

Tornada

Lo vers mi porta Corona 
Lai a midons a Narbona 
Que tuich sei faich son enter 
C'om no.n pot dire folatge

J'ai entendu la douce voix

I

J'ai entendu la douce voix

Du rossignolet sauvage

Et dans mon coeur elle a jailli

Si bien que tout le souci

Et les tourments qu'Amour me donne

Elle me les adoucit et les apaise

Et j'aurais bien besoin

Du Joy d'autrui dans mon dommage

II

Tout homme mène bien misérable vie

S'il n'a pas dans le Joy sa demeure

Et si vers Amour il ne guide

Son coeur et son désir

Car tout ce qui existe s'abandonne

Au Joy et résonne et sonne

Pré et enclos et verger

Landes et plaine et bocage

III

Moi hélas qu'Amour oublie

Parce que je suis en dehors du droit chemin

J'aurais eu ma part du Joy

Mais le chagrin m'en fait détourner

Et je ne sais où me réfugier

Puisque mon Joy m'est ravi

Et ne me tenez pas pour frivole

Si je dis quelque vilenie

IV

Une fausse et outrageante

Traîtresse de mauvais lignage

M'a trahi et s'est trahie

Et coupe la branche avec laquelle elle se frappe

Et quand un autre la raisonne

De son propre tort elle m'accuse

Et les derniers venus en obtiennent

Plus que moi qui ai fait longue attente

 

 

V

Je l'avais servie très gentiment

Jusqu'à ce qu'elle eût envers moi coeur volage

Et puisqu'elle ne m'est pas destinée

Je suis bien fou de la servir davantage

Service sans récompense

Et espérance bretonne

Font du seigneur un écuyer

Par coutume et par usage

VI

Puisqu'envers moi elle a tant failli

Je délaisse sa seigneurie

Et je ne veux plus qu'elle me soit proche

Ni plus jamais je ne désire parler d'elle

Mais pourtant si quelqu'un m'en parle

Cette parole me fait du bien

Et je m'en réjouis volontiers

Et je m'en égaie le coeur

VII

Que Dieu lui donne mauvaise fortune

A celui qui porte un mauvais message

Car j'aurais joui de l'amour

Si n'existaient pas les médisants

Fou est celui qui avec son-seigneur (sa dame) se dispute

Car je lui pardonne si elle me pardonne

Et ils sont tous menteurs

Ceux qui m'en ont fait dire des sottises

Tornada

Porte-moi le Vers Couronne

Là-bas à mon-seigneur (ma dame) à Narbonne

Car tous ses actes sont si parfaits

Qu'on n'en peut dire des sottises

 

 

XXII: Lanquan fuoillon bosc e jarric - Lorsque feuillent bois et chênaies - Chanso: A24 L06 B12 PC70,24 AP70,24

A4 pc70 24

A4 pc70 24 fin

Lanquan fuoillon bosc e jarric

I

Lanquan fuoillon bosc e jarric 
E.ill flors pareis e.ill verdura 
Pels vergers deves e pratz 
E.ill auzel c'an estat enic 
Son gai desotz los fuoillatz 
Autresi.m chant e m'esbaudei 
E reflorisc e reverdei 
E fuoill segon ma natura

II

Ges d'un' amor no.m tuoill ni.m gic 
Don sui en bon' aventura 
Segon mon esper entratz 
Car sui tengutz per fin amic 
Lai on es ma volontatz  
Que re mais sotz cel no.n envei 
Ni ves autra part no soplei 
Ni d'autra no sui en cura

III

Ben a mauvais cor e mendic 
Cel qui am'e no.s meillura 
Qu'eu sui d'aitan meilluratz 
C'ome de me no vei plus ric 
Car sai c'am e sui amatz 
Per la gensor qued anc Deus fei 

Ni que sia el mon so crei 
Tan can te terra ni dura 

IV

Anc no fetz semblan vair ni pic 

La bela ni forfachura
Ni fui per leis galiatz 
Ni no.m crei c'om tan la chastic 
Tan es fina s'amistatz 
Qu'ela ja.s bïais ni.s vairei 
Ni per autre guerpisca mei 
Segon que mos cors s'augura

V

Midons prec no.m lais per chastic 
Ni per gelos folatura 
Que no.m sent' entre sos bratz 
Car eu sui seus plus qu'eu no dic 
E serai tostems si.ll platz 
Que per leis m'es bel tot can vei 
E port el cor on que m'estei 
Sa beutat e sa fachura

 

Lorsque feuillent bois et chênaies

I

Lorsque feuillent bois et chênaies

Et que la fleur paraît et la verdure

Par les vergers les enclos et les prés

Et que les oiseaux qui étaient tristes

Sont gais sous les feuillages

Moi aussi je chante et m'esbaudis

Et refloris et reverdis

Et me couvre de feuilles selon ma nature

II

Je ne me retire ni ne me prive d'une amour

Qui me porte bonheur

Selon mon espoir

Car je suis tenu pour fidèle ami

Là où est mon désir

Car rien de plus sous le ciel je n'envie

Ni ailleurs je ne supplie

Ni d'autre dame je n'ai cure

III

Bien a mauvais coeur et misérable

Celui qui aime et ne s'améliore pas

Je me suis d'autant amélioré

Que je ne vois point d'homme plus riche que moi

Car je sais que j'aime et suis aimé

Par la plus gracieuse que jamais Dieu fît

Et qui soit au monde je le crois

Tant que la terre existe et dure

 

IV

Jamais elle ne fît mine changeante et incertaine

La belle ni ne me fît forfaiture

Et je ne fus par elle jamais trompé

Et je ne crois pas qu'on puisse la blâmer

Tant est pure son amitié

Car jamais elle ne biaise et ne varie

Et elle ne me quittera jamais pour un autre

Selon ce que mon coeur s'augure

V

Je prie mon-seigneur (ma dame) qu'elle n'évite par peur de réprimande

Et de la jalouse folie

De me sentir entre ses bras

Car je suis sien plus que je ne le dis

Et je serai sien toujours s'il lui plaît

Car par elle m'est bel tout ce que je vois

Et je porte au coeur où que je sois

Sa beauté et son image

XXIII: Lanquan vei la fuoilla - Quand je vois les feuilles - Chanso: A25 L38 B28 PC70,25 AP70,25

A4 pc70 25

A4 pc70 25 Fin

Lanquan vei la fuoilla

I

Lanquan vei la fuoilla 
Jos dels albres chazer 
Cui que pes ni duoilla 

A me deu bo saber 
No crezatz qu'eu vuoilla 
Flor ni fuoilla vezer 
Car vas me s'orguoilla 
So qu'eu plus vuoill aver 
Cor ai que m'en tuoilla 
Mas no.n ai ges poder 
C'ades cuit m'acuoilla 
On plus m'en dezesper

II

Estraigna novela 
Podetz de me auzir 
Que can vei la bela 
Que.m soli' acuoillir 
Era no m'apela 
Ni.m fai vas se venir 
Lo cor sotz l'aissela 
M'en vol de dol partir 
Deus que.l mon chapdela 
Si.ll platz m'en lais jauzir 
Que s'aissi.m revela 
No.i a mas del morir

III

Non ai mais fiansa 
En agur ni en sort 
Que bon' esperansa 
M'a confondut e mort 
Que tan loing me lansa 
La bela cui am fort 
Can li quer s'amansa 
Com s'eu l'agues gran tort 
Tan n'ai de pezansa 
Que totz m'en desconort 
Mas no.n fatz semblansa 
C'ades chant e deport

IV

Als non sai que dire 
Mas mout fatz gran folor 
Car am ni dezire 
Del mon la belazor 
Be deuri' aucire 
Qui anc fetz mirador 
Can be m'o cossire 
No.n ai guerrer peyor 
Ja.l jorn qu'ela.s mire 
Ni pens de sa valor 
No serai jauzire 
De leis ni de s'amor 

V

Ja per drudaria 
No m'am que no.s cove 

Pero si.ll plazia 
Que.m fezes cal que be 
Eu li juraria 
Per leis e per ma fe
Que.l bes que.m faria 
No fos saubutz per me 
En son plazer sia 
Qu'eu sui en sa merce 
Si.ll platz que m'aucia 
Qu'eu no m'en clam de re

VI

Ben es dreichz qu'eu plaigna 
S'eu pert per mon orguoill 
La bona compaigna 
E.l solatz c'aver suoill 
Petit me gazaigna 
Lo fols arditz qu'eu cuoill 
Car vas me s'estraigna 
So qu'eu plus am e vuoill 
Orguoills Deus vos fraigna 
C'ara.n ploron mei uoill 
Dreichz es que.m sofraigna 
Totz jois qu'eu eis lo.m tuoill

VII

Encontra.l damnatge 
E la pena qu'eu trai 
Ai mo bon uzatge 
C'ades consir de lai 
Orguoill e folatge 
E vilania fai 
Qui.n mou mo coratge 
Ni d'autra.m met en plai 
Car meillor messatge 
En tot lo mon no.n ai 
E man lo.ill ostatge 
Entro qu'eu torn de sai

Tornada

Domna mo coratge 
 Meillor amic qu'eu ai 
Vos man en ostatge 
Entro qu'eu torn de sai

Quand je vois les feuilles

I

Quand je vois les feuilles

Sous les arbres choir

Alors qu'à certains cela peine et chagrine

A moi il m'en vient bon plaisir

Ne croyez pas que je veuille

Fleur et feuille voir

Puisque envers moi se montre orgueilleuse

Celle que je veux le plus avoir

J'ai le coeur à m'en détacher

Mais je n'en ai guère le pouvoir

Car je songe toujours qu'elle va m'accueillir

Alors que plus je m'en désespère

II

Une mauvaise nouvelle

Sur moi vous pouvez entendre

Car quand je vois la belle

Qui avait coutume de m'accueillir

Maintenant elle ne m'appelle plus

Ni auprès d'elle ne me fait venir

Le coeur sous l'aisselle

Veut se briser de douleur

Que Dieu qui gouverne le monde

S'il lui plaît m'en laisse jouir

Car si elle m'est ainsi rebelle

Il ne me reste plus que de mourir

III

Je n'ai pas plus confiance

En augure ni en sort

Car la bonne espérance

M'a détruit et tué

Car si loin m'éloigne

La belle que j'aime tant

Quand j'implore son amour

Comme si je lui avais fait quelque grand tort

J'en ai tant de chagrin

Que tout m'en décourage

Mais je n'en fais rien paraître

Car toujours je chante et me divertis

IV

Autre chose je ne sais dire

Sinon que je fais très grande folie

Car j'aime et désire

Du monde la plus belle

Je devrais bien occire

Celui qui jadis inventa le miroir

Quand j'y réfléchis

Je n'ai pas d'ennemi pire

Dès le moment qu'elle s'y mire

Et pense à sa valeur

Je ne pourrai plus jamais jouir

D'elle et de son amour

 

V

Que d'amour charnel 

Elle ne m'aime jamais puisqu' il n'est pas convenable

Cependant s'il lui plaisait

De me faire quelque bien

moi je lui jurerais

Sur elle et sur ma foi

Que le bien qu'elle me ferait

Ne serait pas divulgué par moi

Qu'à son plaisir cela soit

Puisque je suis à sa merci

S'il lui plaît qu'elle me tue

Moi je ne me plaindrai de rien

VI

Il est bien juste que je me plaigne

Si je perds par mon orgueil

La bonne compagnie

Et les plaisirs habituels

Bien peu me récompense

La folle hardiesse que j'accueille

Puisque me devient étrangère

Celle que plus j'aime et désire

Orgueil que Dieu vous brise

Car à présent pleurent mes yeux

Il est juste que me manque

Tout Joy puisque moi-même je me le retire

VII

Contre le dommage

Et la peine que je souffre

J'ai mon bon usage

Car je pense toujours à là-bas

Orgueil et folie

Et vilenie fait

Celui qui écarte d'elle mon coeur

Et qui m'occupe avec une autre

Car de meilleur messager

Dans le monde entier je n'en ai pas

Et je le lui envoie en otage

Jusqu'à mon retour d'ici

Tornada

Dame mon coeur

Meilleur ami que j'ai

Je vous l'envoie en otage

Jusqu'à mon retour d'ici

 

XXIV: Lanquan vei per mei la landa - Lorsque je vois au milieu de la lande - Vers: A26 L29 B32 PC70,26 AP70,26

ce chant ne possède plus sa partition

 

Lanquan vei per mei la landa

I

Lanquan vei per mei la landa 
Dels arbres chazer la fuoilla 
Ans que.ill frejura s'espanda 
Ni.l gens termini s'esconda 
M'es bel que si' auzitz mos chans 
Qu'estat n'aurai mais de dos ans 
E cove que.n fass' esmenda

II

Mout m'es greu que ja reblanda 
Celeis que vas me s'orguoilla 
Car si mos cors re.ill demanda 
No.ill platz que mot m'i responda 
Be m'auci mos nescis talans 
Car sec d'amor los bels semblans 
E no ve c'amors ll'atenda

III

Tan sap d'engeing e de ganda 
C'ades cuit c'amar me vuoilla 
Be doussamen me truanda 
C'ab bel semblan me confonda 
Domna so no.us es nuls enans 
Que be cre qu'es vostres lo dans 
Cossi que vostr'om mal prenda

IV

Deus que tot lo mon garanda 
Li met' en cor que m'acuoilla 
C'a me no te pro vianda 
Ni negus bes no.m aonda 
Tan sui vas la bela doptans 
Per qu'e.m ren a leis merceyans 
Si.ll platz que.m don o que.m venda 

V

Mal o fara si no.m manda 
Venir lai on se despuoilla 
Qu'eu sia per sa comanda 
Pres del leich josta l'esponda 
E.ill traya.ls sotlars be chaussans 

A genoills et umilians
Si.ll platz que sos pes me tenda

VI

Faichz es lo vers tot a randa 
Si que motz no.i deschapduoilla 
Outra la terra normanda 
Part la fera mar prionda  

E si.m sui de midons loignans 
Vas se.m tira com azimans 
La bela cui Deus defenda

T1

Si.l reis engles e.l ducs normans 
O vol eu la veirai abans 
Que l'iverns nos sobreprenda 

T2

Pel rei sui engles e normans
E si no fos Mos Azimans
Restera tro part calenda

Lorsque je vois au milieu de la lande

I

Lorsque je vois au milieu de la lande

Les feuilles tomber des arbres

Avant que la froidure ne se répande

Et que la belle saison ne se cache

Il me plaît que soit entendu mon chant

Car je m'en étais abstenu plus de deux ans

Et il convient que j'en fasse amende

II

Il m'est très pénible de servir encore

Celle qui envers moi se montre orgueilleuse

Car si mon  coeur lui demande quelque chose

Il ne lui plaît pas de me répondre un mot

Bien me tue mon désir insensé

Car il poursuit les belles apparences de l'amour

Et ne voit pas l'amour lui prêter attention

III

Elle connaît tant de ruses et de subterfuges

Que toujours je m'imagine qu'elle veuille m'aimer

Bien doucement elle me trompe

Que son beau regard me confonde

Dame cela ne vous est de nul profit

Car je crois bien que vôtre est le dommage

De quelque façon que votre homme-lige subisse du mal

IV

Que Dieu qui embrasse tout l'univers

Dispose son coeur à m'accueillir

Car aucune nourriture ne m'est utile

Et nul bien ne me soulage

Je suis tellement craintif devant la belle

Que je me rends à elle en suppliant

S'il lui plaît qu'elle me donne ou me vende

 

V

Elle fera mal si elle ne me mande

De venir là où elle se déshabille

Afin que je sois par son ordre

Près du lit à côté du rebord

Et lui enlève ses souliers bien chaussants

A genoux et humblement

S'il lui plaît de me tendre ses pieds

VI

Fait est le Vers entièrement

Sans qu'un mot y soit défectueux

Au-delà de la terre normande

Outre la mer profonde et agitée

Et bien que je sois éloigné de mon-seigneur (ma dame)

Elle m'attire vers elle comme un aimant

La belle que Dieu protège

T1

Si le roi anglais et duc normand

Le veut je la verrai avant

Que l'hiver nous surprenne

T2

Pour le roi je suis anglais et normand

Et n'était-ce pour Mon-Aimant

Je resterais ici jusqu'après Noël

XXV: Lonc tems a qu'eu no chantei mai - Il y a longtemps que je n'ai plus chanté - Chanso: A27 L19 B10 PC70,27 AP70,27

ce chant ne possède plus sa partition

 

Lonc tems a qu'eu no chantei mai

I

Lonc tems a qu'eu no chantei mai 
Ni saubi far chaptenemen
Ara no tem ploya ni ven
Tan sui entratz en cossire 
Com pogues bos motz assire

En est so c'ai apedit 
Si tot no.m vei flor ni fuoilla, 
Meills me vai c'al tems florit 
Car l'amors qu'eu plus vuoill me vol

II

Totz me desconosc tan be.m vai 
E s'om saubes en cui m'enten 
Ni auzes far mo joi parven 
Del meills del mon sui jauzire 
E s'eu anc fui bos sofrire 
Ara m'en teing per garit 
Qu'e re no sen mal que.m duoilla 
Si m'a jois pres e sazit 
No sai si.m sui aquel que sol

III

El mon tan bon amic non ai 
Fraire ni cozi ni paren  
Que si.m vai mo joi enqueren 
Qu'ins e mo cor no.l n'azire 
E s'eu m'en vuoill escondire 
No s'en teingna per trahit 
No vuoill lauzengers me tuoilla 
S'amor ni.m leve tal crit 
Per qu'eu me lais morir de dol

IV

C'ab sol lo bel semblan que.m fai 
Can pot ni aizes lo.ill cossen 
Ai tan de joi que sol no.m sen 
C'aissi.m torn e.m volv' e.m vire 
E sai be can la remire 
C'anc om belazor no.n vit 
E no.m pot re far que.m duoilla 
Amors can n'ai lo chauzit 
D'aitan com mars clau ni revol 

V

Lo cors a fresc sotil e gai 
Et anc no.n vi tan avinen 
Pretz e beutat valor e sen 
A plus qu'eu no vos sai dire 
Res de be no.n es a dire
Ab sol c'aya tan d'ardit 
C'una noich lai o.s despuoilla 
Me mezes en loc aizit 
E.m fezes dels bratz latz al col

VI

Si no.m aizis lai on ill jai 
Si qu'eu remir son bel cors gen 

Doncs per que m'a faich de nien 
Ai las com mor de dezire 
Vol me doncs midons aucire 
Car l'am o que ll'ai faillit 
Ara.n fassa so que.s vuoilla 
Ma domna al seu chauzit 
Qu'eu no m'en plaing si tot me dol

VII

Tan l'am que re dire no.ill sai 
Mas ill s'en prend' esgardamen 
Qu'eu non ai d'alre pessamen 
Mas com li fos bos servire 
E s'eu sai chantar ni rire 
Tot m'es per leis escharit 
Ma domna prec que m'acuoilla 
E pois tan m'a enriquit
No sia qui dona qui tol

Tornada

De - Cor m'a coras se vuoilla 

Ve.us me del chantar garnit 
Pois sa fin'amors m'o assol

Il y a longtemps que je n'ai plus chanté

I

Il y a longtemps que je n'ai plus chanté

Et que je n'ai su comment me conduire

Maintenant je ne crains pluie ni vent

Tant je suis plongé dans la réflexion

Comment pourrais-je adapter de belles paroles

À cette mélodie que j'ai composée

Quoique je ne vois fleur ni feuille

Je me sens mieux que dans la saison fleurie

Car l'amour que je veux le plus me veut

II

Je ne me reconnais plus tant je vais bien

Et si l'on savait qui est celle que je courtise

Et si j'osais rendre mon Joy apparent

Du meilleur qui soit au monde je profite

Et si jadis j'ai beaucoup souffert

À présent je m'en tiens pour guéri

Car je ne sens aucun mal qui me fasse souffrir

Le Joy m'a pris et saisi

Au point que je ne sais si je suis celui que j'étais

III

Je n'ai au monde si bon ami

Frère ni cousin ni parent

Que s'il m'interroge sur mon Joy

Je ne haïsse au fond de mon coeur

Et si je veux m'en disculper

Qu'il ne s'en tienne pas pour trahi

Je ne veux pas qu'un médisant me dérobe

Son amour ou bien m'enlève tel cri

Pour que je me laisse mourir de douleur

IV

Avec seulement le beau visage qu'elle me montre

Quand elle le peut et l'occasion le lui permet

J'ai tant de Joy que je ne me reconnais plus

Car ainsi je me tourne et me retourne et me vire

Et je sais bien quand je la contemple

Que personne jamais n'en vît de plus belle

Et elle ne peut rien faire qui m'afflige

Amour quand j'ai l'élue

De tout ce que la mer entoure et enveloppe

 

V

Elle a un corps frais svelte et gai

Et jamais je n'en vis de si gracieux

Mérite et beauté valeur et esprit

Elle en a plus que je ne sais vous dire

Rien de bien ne lui manquerait

Si seulement elle avait tant de hardiesse

Qu'une nuit là où elle se dévêt

Elle me conduise en ce lieu propice

Et me fasse de ses bras un collier autour du cou

VI

Si elle ne m'héberge là où elle repose

Afin que je contemple son beau corps noble

Pourquoi donc m'a-t-elle tiré du néant

Hélas comme je meurs de désir

Mon-seigneur (ma dame) veut-elle donc m'occire

Parce que je l'aime ou bien parce que je lui ai fait défaut

Maintenant qu'elle me fasse ce qu'elle veut

Ma dame selon son gré

Car je ne m'en plains guère même si j'en souffre

VII

Je l'aime tant que je ne sais rien lui dire

Mais qu'elle prenne en considération

Que je n'ai d'autre pensée

Que de lui être bon serviteur

Et si je sais rire et chanter

Tout par elle m'advient

Je prie ma dame de m'accueillir

Et puisqu'elle m'a tellement enrichi

Qu'elle ne soit pas celle qui donne et qui reprend

Tornada

De-Coeur m'a quand elle veut

Vous me voyez prêt à chanter

Puisque son noble amour me le consent

XXVI: Lo gens tems de pascor - La belle saison de Pâques - Chanso: A28 L17 B36 PC70,28 AP70,28

ce chant ne possède plus sa partition

 

Lo gens tems de pascor

I

Lo gens tems de pascor 
Ab la frescha verdor 
Nos adui fuoill' e flor 
De diversa color
Per que tuich amador 
Son gai e chantador 
Mas eu que plaing e plor 
C'us jois no m'a sabor

II

A totz me clam  seignor 
De midons e d'Amor
C'aicist dui trahidor 
Car me fiav'en lor 
Me fan viur' a dolor 
Per ben e per onor 
C'ai faich a la gensor 
Que no.m val ni.m acor

III

Pen' e dolor e dan 
N'ai agut e n'ai gran 
Mas sofert o ai tan 
No m'o teing ad afan 
C'anc no vitz nuill aman 
Mieills ames ses enjan 
Qu'eu no.m vau ges chamjan 
Si com las domnas fan

IV

Pois fom amdui efan 
L'am ades e la blan 
E.s vai m'amors doblan 
A chascu jorn del an 
E si no.m fai enan 
Amor e bel semblan 
Cant er veilla.m deman 
Que l'aya bo talan

V

Las e viure que.m val 
S'eu no vei a jornal 
Mo fi joi natural 
En leich sotz fenestral 
Cors blanc tot atretal 
Com la neus a nadal 
Si c'amdui cominal 
Mesurem s'em egal 

VI

Anc no vitz drut leyal 
Sordeis o aya sal 
Qu'eu l'am d'amor coral 
Ela.m ditz no m'en chal 
Enans ditz que per al 
No m'a ira mortal 
E si d'aisso.m vol mal 
Pechat n'a criminal

VII

Be for'oimais sazos 
Bela domna e pros 
Que.m fos datz a rescos 
En baizan guizardos 
Si ja per als no fos 
Mas car sui enveyos 
C'us bes val d'autres dos 
Can per fors' es faichz dos

VIII

Can vei vostras faissos 
E.ls bels oills amoros 
Be.m meravill de vos 
Com etz de mal respos 
E sembla.m trassios 
Can om par francs e bos 
E pois es orguoillos 
Lai on es poderos

Tornada

Bel Vezer si no fos 
Mos enans totz en vos 
Laissat agra chansos 
Per mal dels enoyos

La belle saison de Pâques

I

La belle saison de Pâques

Avec la fraîche verdure

Nous apporte feuille et fleur

De diverses couleurs

Aussi tous les amoureux

Sont gais et chanteurs

Sauf moi qui me lamente et pleure

Car pour moi nul Joy n'a de saveur

II

A tous je me plains seigneurs

De mon-seigneur (ma dame) et d'Amour

Car ces deux traîtres

Parce que j'avais foi en eux

Me font vivre dans la douleur

Pour le bien et pour l'honneur

Que j'ai fait à la plus noble

Qui ne m'assiste ni ne me secourt

III

Peine et douleur et dommage

J'en ai eu et j'en ai beaucoup

Mais je l'ai tout supporté

Je ne le considère pas comme un tracas

car vous ne vîtes jamais nul amant

Qui sans fourberie aimât mieux

Que moi puisque je ne change nullement

Comme font les dames

IV

Depuis que nous étions tous les deux enfants

Je l'aime pour toujours et je la courtise

Et mon amour redouble

Chaque jour de l'année

Et si au contraire elle ne me montre pas

Son amour et son beau regard

Quand elle sera vieille qu'elle me demande

D'avoir pour elle bon sentiment

V

Hélas que me vaut de vivre

Si je ne vois pas chaque jour

Mon pur Joy naturel

Au lit sous la fenêtre

Corps blanc tout pareil

À la neige de Noël

Afin que tous deux ensemble

Nous mesurions si nous sommes égaux

 

VI

Jamais vous ne vîtes amant loyal

Qui plus que moi ait gaspillé ses efforts en vain

Parce que je l'aime d'un amour cordial

Elle me dit peu m'importe

Au contraire elle dit que pour nulle autre chose

Elle n'a pour moi de colère mortelle

Et si de cela elle me veut du mal

Il y a péché criminel

VII

Il serait bien temps désormais

Belle et valeureuse dame

Que me fût donné en cachette

Un baiser de récompense

Ne serait-ce pour une autre raison

Que parce que je le désire

Car un présent en vaut deux autres

Quand par force est fait le don

VIII

Quand je vois votre figure

Et vos beaux yeux amoureux

Je m'étonne fort

De vos mauvaises réponses

Ce me semble une trahison

Quand quelqu'un paraît sincère et bon

Et qu'ensuite il est orgueilleux

Là où il en a le pouvoir

Tornada

Beau-Voir si mon bien-être

N'était pas dépendant de vous

J'aurais laissé les chansons

Par la faute des fâcheux

 

 

 

 

XXVII: Lo rossignols s'esbaudeya - Le rossignol s'esbaudit - Vers: A29 L23 B40 PC70,29 AP70,29

A4 pc70 29

A4 pc70 29 fin

Lo rossignols s'esbaudeya

I

Lo rossignols s'esbaudeya 
Josta la flor el verjan 
E pren m'en tan grans enveya 
Qu'eu no posc mudar no chan 

Mas no sai de que ni de cui 
Car eu non am me ni autrui 
E fatz esfortz car sai faire 
Bo vers pois no sui amaire

II

Mais a d'Amor que domneya 
Ab orguoill et ab enjan 
Que cel que tot jorn merceya 
Ni.s vai trop umilian 
C'a penas vol Amors celui 
Qu'es francs e fis si com eu sui 
So m'a tout tot mon afaire 
C'anc no fui faus ni trichaire

III

C'aissi com lo rams si pleya 
Lai o.l vens lo vai menan 
Era vas lei que.m guerreya 
Aclis per far so coman 
Per aisso m'afol' e.m destrui 
Don a mal lignatge redui 
C'ams los oills li don a traire 
S'autre tort me pot retraire

IV

Soven me rept' e.m plaideya 
E.m vai ochaisos troban 
E can ill en re feuneya 
Vas me versa tot lo dan 
Gen joga de me e.s desdui 
Que d'eus lo seu tort me conclui 
Mas ben es vertatz que laire 
Cuida tuich sion sei fraire 

V

Om no la ve que no creya 
Sos bels oills e so semblan 
E no cre qu'ill aver deya 
Felo cor ni mal talan 
Mas l'aigua que soau s'adui 
Es peyer que cela que brui 
Enjan fai qui de bon aire 
Sembla e non o es gaire

VI

De tot loc on ill esteya 
Me destoill e.m vau loingnan 
E per so que no la veya 
Pas li mos oills claus denan 
Car cel sec Amors que.s n'esdui 
E cel l'enchaussa qu'ela fui 
Ben ai en cor del estraire 
Tro que vas midons repaire

VII

Ja non er si tot me greya 

Qu'enquer fin e plaich no.ill man 
Que greu m'es c'aissi.m recreya 
Ni perda tan lonc afan 
A sos ops me gart e.m estui  
E si non em amic amdui 
D'autr' amor no m'es veyaire 
Que ja mais mos cors s'esclaire

T1

Enaissi fos pres com eu sui 
Mos Alvergnatz e foram dui 
Que plus no.s pogues estraire 
D'En Bel Vezer de Belcaire

T2

Tristans si no.us es veyaire 
Mais vos am que no suoill faire

Le rossignol s'esbaudit

I

Le rossignol s'esbaudit

Près de la fleur sur la branche

Et il m'en prend si grande envie

Que je ne puis m'empêcher de chanter

Mais je ne sais point sur quoi ni sur qui

Car moi-même je ne m'aime pas ni autrui

Et je fais des efforts car je sais faire

Bon Vers puisque je ne suis pas amoureux

II

Il obtient plus d'amour celui qui courtise

Avec orgueil et fourberie

Que celui qui chaque jour implore merci

Et s'humilie de trop

C'est à peine si Amour veut celui

Qui est sincère et fidèle comme je le suis

C'est ce qui m'a ruiné toute l'affaire

Car jamais je ne fus faux ni tricheur

III

Car ainsi que le rameau se plie

Là où le vent le mène

J'étais envers celle qui me guerroie

Soumis à son commandement

C'est pour cela qu'elle me ruine et me détruit

Ce qui la réduit à un vil lignage

Je lui permets d'arracher mes deux yeux

Si un autre tort elle peut me reprocher

IV

Souvent elle m'accuse et me querelle

Elle va inventant des prétextes contre moi

Et quand en rien elle agit en traître

C'est sur moi qu'elle répand tout le dommage

Gentiment elle se joue de moi et s'amuse

Quand pour ses propres torts elle me condamne

Mais c'est bien vérité que le larron

Pense que tous sont ses frères 

 

V

Personne ne la voit sans croire

En ses beaux yeux et en sa mine

Et on ne croit pas qu'elle puisse avoir

Coeur félon et méchant désir

Mais l'eau qui doucement s'écoule

Est pire que celle qui fait du bruit

Fourberie fait celui qui de bonne allure

Semble alors qu'il ne l'est guère

VI

De tout lieu où elle demeure

Je me détourne et je m'éloigne

Et pour ne pas la voir

Je passe avec les yeux clos devant elle

Car Amour poursuit celui qui s'en écarte

Et celui qui la pourchasse elle le fuit

J'ai bien à coeur de m'en extraire

Jusquà ce qu'elle revienne vers mon-seigneur (ma dame)

VII

Il n'arrivera jamais quoiqu'il me pèse

Que je ne lui offre encore accord et paix

Car il m'est difficile de m'en désister ainsi

Et de perdre de si longs efforts

Que pour elle-même elle me garde et me retienne

Et si nous ne sommes amis tous deux

D'une autre amour il ne me semble pas

Que jamais mon coeur s'illumine

T1

Fût-il épris ainsi que je le suis

Mon-Auvergnat nous serions deux

Car il ne pourrait plus se séparer

De sire Beau-Voir de Belcaire

T2

Tristan même si cela ne vous semble guère

Je vous aime plus que naguère 

XXVIII: Lo tems vai e ven e vire - Le temps va et vient et vire - Vers: A30 L44 B03 PC70,30 AP70,30

ce chant ne possède plus sa partition

 

Lo tems vai e ven e vire

I

Lo tems vai e ven e vire 
Per jorns per mes e per ans 
Et eu las no.n sai que dire 
C'ades es us mos talans 
Ades es us e no.s muda 
C'una.n vuoill e.n ai volguda 
Don anc non aic jauzimen

II

Pois ela no.n pert lo rire 
E me.n ven e dols e dans 
C'a tal joc m'a faich assire 
Don ai lo peyor dos tans 
C'aitals amors es perduda 
Qu'es d'una part mantenguda 
Tro que fai acordamen

III

Be deuri' esser blasmaire 
De me mezeis a razo 
C'anc no nasquet cel de maire 
Que tan servis en perdo 
E s'ela no m'en chastia 
Ades doblara.ill folia 
Que fols no tem tro que pren

IV

Ja mais no serai chantaire 
Ni de l'escola N'Eblo 
Que mos chantars no.m val gaire 
Ni mas voutas ni mei so 
Ni res qu'eu fassa ni dia 
No conosc que pros me sia 
Ni no.i vei meilluramen 

V

Si tot fatz de joi parvensa 
Mout ai dins lo cor irat 
Qui vid anc mais penedensa 
Faire denan lo pechat 
On plus la prec plus m'es dura 
Mas si'n breu tems no.s meillura 

Vengut er al partimen

VI

Pero ben es qu'ela.m vensa 
A tota sa volontat 
Que s'el' a tort o bistensa 
Ades n'aura pietat 
Que so mostra l'escriptura  
Causa de bon'aventura 
Val us sols jorns mais de cen

VII

Ja no.m partrai a ma vida 
Tan com sia saus ni sas 
Que pois l'arma n'es issida 
Balaya lonc tems lo gras  
E si tot no s'es cochada  
Ja per me no.n er blasmada 
Sol d'eus adenan s'emen

VIII

Ai bon' amors encobida 
Cors be faichz delgatz e plas 
Frescha chara colorida 
Cui Deus formet ab sas mas 
Totz tems vos ai dezirada 
Que res autra no m'agrada 
Autr' amor no vuoill nien

Tornada

Doussa Res ben enseignada 
Cel que.us a tan gen formada 
Me.n do cel joi qu'eu n'aten

Le temps va et vient et vire

I

Le temps va et vient et vire

Par jours par mois et par ans

Et moi hélas je ne sais que dire

Car mon désir est toujours le même

Il est toujours le même et ne change point

Il n'y en a qu'une que je veux et que j'ai voulue

Dont jamais je n'ai eu de joie

II

Alors qu'elle n'en perd pas le rire

Il m'en vient et peine et dommage

Elle m'a fait asseoir à tel jeu

Dont j'ai doublement le pire

Car un tel amour est perdu

Qui n'est maintenu que d'un côté

Jusqu'à l'accord mutuel

III

Je devrais bien être blâmé

Par moi-même à juste raison

Car il n'y eut jamais homme né de mère

Qui tant servît en pure perte

Et si elle ne m'en corrige

Encore doublera ma folie

Parce que le fou ne craint que lorsqu'il prend des coups

IV

Jamais plus je ne serai chanteur

Pas même de l'Ecole de sire Ebles

Car mon chanter ne me vaut guère

Ni mes mélismes ni mes notes

Quoi que je fasse ou que je dise

Je ne connais chose qui me soit profitable

Et je n'y vois pas d'amélioration

V

Bien que je fasse apparence de Joy

J'ai le coeur très affligé

Qui vît-on jamais faire pénitence

Avant d'avoir péché

Plus je l'implore plus elle m'est cruelle

Mais si bientôt elle ne s'améliore

J'en viendrai à la séparation

 

 

VI

Pourtant c'est bien qu'elle me soumette

À toute sa volonté

Car si elle a tort ou temporise

Bientôt elle aura pitié

C'est ce que montre l'Ecriture

Dans le domaine du bonheur

Un seul jour en vaut plus de cent

VII

Jamais de ma vie je ne m'en séparerai

Tant que je serai sain et sauf

Car après que le grain s'en est séparé

Longtemps balance l'épi

Et si bientôt elle ne se hâte

Jamais par moi elle n'en sera blâmée

Pourvu que dorénavant elle s'amende

VIII

Ah bonne amour désirée

Corps bien fait svelte et lisse

Frais visage coloré

Que Dieu forma de ses mains

Je vous ai toujours désirée

Car nulle autre ne me plaît

D'une autre amour je ne veux point du tout

Tornada

Douce Créature bien instruite

Que celui qui vous a formée si noblement

Me donne ce Joy que j'attends de vous

XXIX: Non es meraveilla s'eu chan - Ce n'est pas merveille si je chante - Vers: A31 L01 B02 PC70,31 AP70,31

A4 pc70 31

A4 pc70 31 fin

Non es meraveilla s'eu chan

I

Non es meraveilla s'eu chan 
Meills de nul autre chantador 
Que plus me tra.l cors vas Amor 
E meills sui faichz a so coman 
Cor e cors e saber e sen 
E fors' e poder i ai mes 
Si.m tira vas Amor lo fres 
Que vas autra part no.m aten

II

Ben es mortz qui d'amor no sen 
Al cor cal que doussa sabor 
E que val viure ses amor 
Mas per enoi far a la gen 
Ja Domnedeus no.m azir tan 

Qu'eu ja pois viva jorn ni mes 
Pois que d'enoi serai mespres 
Ni d'amor non aurai talan

III

Per bona fe e ses enjan 
Am la plus bel' e la meillor 
Del cor sospir e dels oills plor 
Car tan l'am eu per qu' i ai dan 
Eu que.n posc mais s'Amors me pren 
E las charcers en que m'a mes 
No pot claus obrir mas merces 
E de merce no.i trop nien

IV 

Aquest' amors me fer tan gen 
Al cor d'una fina doussor 
Cen vetz mor lo jorn de dolor 
E reviu de joi autras cen 
Ben es mos mals de bel semblan 
Car mais val mos mals qu'autre bes 
E pois mos mals aitan bos m'es 
Bos er lo bes apres l'afan  

V

Ai Deus car se fosson trian 
D'entrels faus li fin amador 
E.ill lauzenger e.ill trichador 
Portesson corns el fron denan 
Tot l'aur del mon e tot l'argen 
I volgr'aver dat s'eu l'agues 
Sol que ma domna conogues 
Aissi com eu l'am finamen

VI

Cant eu la vei be m'es parven 
Als oills al vis a la color 
Car aissi tremble de paor 
Com fa la fuoilla contra.l ven 
Non ai de sen per un efan 
Aissi sui d'amor entrepres 
E d'ome qu'es aissi conques 
Pot domn' aver almorna gran

VII

Bela domna re no.us deman 
Mas que.m prendatz per servidor 
Qu'e.us servirai com bo seignor 
Cossi que del gazardo m'an 
Ve.us m'al vostre comandamen 
Francs cors umils gais e cortes 
Ors ni leos non etz vos ges  
Que.m aucizatz s'a vos me ren

Tornada 

A Mo Cortes lai on ill es 
Tramet lo vers e ja no.ill pes 

Car eu no la vei plus soven 

Ce n'est pas merveille si je chante

I

Ce n'est pas merveille si je chante

Mieux que tout autre chanteur

Car plus fortement m'attire le coeur vers Amour

Et je suis mieux soumis à son commandement

Coeur et corps et savoir et sens

Et force et pouvoir j'y ai tout mis

Tellement me tire vers Amour le frein

Qu'à rien d'autre je ne prête attention

II

Bien est mort celui qui d'amour ne sent

Au coeur quelque douce saveur

Et que vaut vivre sans amour

Sinon à ennuyer les gens

Que jamais le seigneur Dieu ne me haïsse

Au point que je vive un jour ou un mois

Si de cet ennui j'étais coupable

Et que d'amour je n'avais plus désir

III

De bonne foi et sans tromperie

J'aime la plus belle et la meilleure

Mon coeur soupire et mes yeux pleurent

Car moi je l'aime tant que j'en ai peine

Mais moi qu'y puis-je si Amour m'a pris

Et dans les geoles où elle m'a mis

Aucune clef ne peut ouvrir sauf Pitié

Et de pitié je n'en trouve rien

IV

Cet amour me blesse si gentiment

Au coeur d'une parfaite douceur

Cent fois par jour je meurs de douleur

Et je revis de Joy cent autres fois

Bien est mon mal de belle apparence

Car mon mal vaut davantage que tout autre bien

Et puisque mon mal m'est si bon

Bon sera le bien après le chagrin

 

V

Ah Dieu si l'on pouvait distinguer

D'entre les faux les vrais amoureux

Et si les médisants et les tricheurs

Portaient des cornes au milieu du front

Tout l'or du monde et tout l'argent

Je voudrais les avoir donnés si je les avais

Pourvu que ma dame reconnût

Combien moi je l'aime sincèrement

VI

Quand je la vois cela est bien apparent

À mes yeux à mon visage à mon teint

Parce que je tremble ainsi de peur

Comme fait la feuille au vent

Je n'ai pas plus de sens qu'un enfant

Tellement je suis embarrassé par l'amour

Et pour un homme ainsi conquis

La dame peut faire aumône importante

VII

Belle dame je ne vous demande rien

Sinon de me prendre pour serviteur

Parce que je vous servirai comme un bon seigneur

Quelle que soit ma récompense

Vous me voyez à vos ordres

Coeur affable et humble et gai

Ours ou lion vous ne l'êtes pas du tout

Pour m'occire si à vous je me rends

Tornada

A Mon-Courtois là où elle est

Je transmets le Vers et qu'il ne lui pèse

Que je ne la voie plus souvent

 

XXX: Peirols com avetz tan estat - Peirol comment êtes-vous resté si longtemps - Tenso: A(32) L35 B(73) t 2 PC70,32 AP70,32

ce chant ne possède plus sa partition

 

Peirols com avetz tan estat

I

Peirols com avetz tan estat 
Que no fezetz vers ni chanso 
Respondetz me per cal razo 
Reman que non avetz chantat 
S'o laissatz per mal o per be 
Per ir' o per joi o per que 
Que saber en vuoill la vertat

II

Bernartz chantars no.m ven a grat 
Ni gaire no.m platz ni.m sap bo 
Mas car voletz nostra tenso 
N'ai era mon talan forsat 
Pauc val chans que dal cor no ve 
E pois jois d'amor laissa me 
Eu ai chan e deport laissat

III

Peirols mout i faitz gran foudat 
S'o laissatz per tal ochaizo 
S'eu agues agut cor felo 
Mortz fora un an a passat 
Qu'enquer no posc trobar merce 
Ges per tan de chan no.m recre 
Car doas perdas no m'an at

IV

Bernartz ben ai mon cor mudat 
Que totz es autres c'anc no fo 
No chantarai mais en perdo

Per joi o bel dich al comjat 
Mas de vos vuoill chantetz jasse 
De celei qu'en grat no.us o te 
E que perdatz vostr' amistat 

V

Peirols mainz bos motz n'ai trobat 
De leis c'anc us no m'en tenc pro 
E s'ill serva cor de leo 
No m'a ges tot lo mon serrat 
Qu'e.n sai tal una per ma fe 
C'am mais s'un baizar me cove 
Que de leis si.l m'agues donat

VI

Bernartz ben es acostumat 
Qui mais no.n pot c'aissi perdo 
E la volps al sirieir dis o 
Can l'ac de totas partz cerchat 
Las sirieias vi loing de se 
E dis que no valion re 
Atressi m'avetz vos gabat

T1

Peirols sirieias son o be 
Mas mal aya eu si ja cre 
Que la volps no.n aya tastat

T2

Bernartz no.m n'entramet de re 
Mas peza.m de ma bona fe 
Car no.n i ai re gazaignat

Peirol comment êtes-vous resté si longtemps

I

Peirol comment êtes-vous resté si longtemps

Sans composer Vers ni Chanson

Répondez-moi pour quelle raison

Avez-vous cesser de chanter

Y renoncez-vous pour mauvaise ou bonne raison

Par tristesse ou par Joy ou bien à cause de quoi

Car je veux en connaître la vérité

II

Bernard le chant n'est plus à mon gré

Ne me plaît guère ni m'est agréable

Mais puisque vous voulez notre Tenso

J'ai maintenant forcé mon inclination

Peu vaut le chant qui ne vient du coeur

Et puisque le Joy d'amour me délaissse

J'ai délaissé le chant et le divertissement

III

Peirol vous commetez une grande folie

Si vous y renoncez pour une telle raison

Si j'avais eu un coeur félon

Je serais mort il y a plus d'un an

Car encore je ne peux trouver merci

Pourtant je ne renonce pas du tout au chant

Car je n'ai pas besoin de deux pertes

IV

Bernard j'ai bien changé mon coeur

Parce qu'il est tout autre qu'il ne fut jamais

Je ne chanterai plus jamais en vain

Pour Joy ou belle parole au congé

Mais pour vous je veux que vous chantiez toujours

Celle qui ne vous en sait gré

Et en qui vous perdez votre faveur 

 

V

Peirol j'ai trouvé maintes bonnes paroles

Sur elle dont jamais une seule ne m'a rapporté profit

Et même si elle semble avoir un coeur de lion

Elle ne m'a pour autant fermé le monde entier

Car j'en connais une par ma foi

Que j'aime plus si elle me promet un baiser

Que celle-là si elle m'en avait donné un

VI

Bernard il est bien établi

Que celui qui ne peut rien obtenir se désiste

C'est bien ce que dit le renard au cerisier

Après l'avoir inspecté de tous côtés

Ayant vu les cerises hors de portée

Il dit qu'elles ne valaient rien

De même vous m'avez raillé

T1

Peirol il en est ainsi des cerises

Mais que je sois damné si jamais je crois

Que le renard n'y a pas goûté

T2

Bernard je ne m'interpose en aucune façon

Mais je souffre à cause de ma bonne foi

Car je n'y ai rien gagné par elle