Chants de Bernartz IIIb (AP)

XXXI: Pel doutz chan que-l rossignols fai - Par le doux chant que le rossignol fait - Chanso: A33 L10 B29 PC70,33 AP70,33

ce chant ne possède plus sa partition

Pel doutz chan que.l rossignols fai

I

Pel doutz chan que.l rossignols fai 
La noich can me sui adormitz 
Reveill de joi totz esbaïtz 
D'amor pensius e cossirans 
C'aisso es mos meiller mestiers 
Que tostems ai joi voluntiers 
Et ab joi comensa mos chans

II

Qui sabia lo joi qu'eu ai 
Que jois fos vezutz ni auzitz 
Totz autre jois fora petitz 
Vas qu'eu tenc que.l meus jois es grans 
Tals se fai coindes e parliers 
Que.n cuid' esser rics e sobriers 
De fin' amor qu'eu n'ai dos tans

III

Can eu remire so cors gai 
Com es be faichz a totz chauzitz 
Sa cortezi' e sos bels ditz 
Ja mos lauzars no m'er avans 
C'obs m'i auri' us ans entiers 
Si.n voli' esser vertadiers 
Tan es cortez' e ben estans 

IV

Cil que cuidon qu'eu sia sai 
No sabon ges com l'esperitz 
Es de leis privatz et aizitz 
Si tot lo cors s'en es loingnans 
Sapchatz lo meiller messatgiers 
C'ai de leis es mos cossiriers 
Que.m recorda sos bels semblans

V

Domna vostre sui e serai 
Del vostre servizi garnitz 
Vostr' om sui juratz e plevitz 
E vostre m'era des abans 
E vos etz lo meus jois primiers 
E si seretz vos lo derriers 
Tan com la vida m'er durans

VI

No sai coras mais vos veirai 
Mas vau m'en iratz e maritz 
Per vos me sui del rei partitz 
E prec vos que no.m sia dans 
Qu'e.us serai en cort prezentiers 
Entre domnas e chavaliers, 
Francs e doutz et umilians

Tornada

Huguet mos cortes messatgiers 
Chantatz ma chanso volontiers 
A la reïna dels Normans

Par le doux chant que le rossignol fait

I

Par le doux chant que le rossignol fait

La nuit quand je me suis endormi

Je me réveille tout ébahi de Joy

Pensif et soucieux d'amour

Car c'est là ma meilleure occupation

De sorte que toujours j'ai volontiers du Joy

Et avec Joy commence mon chant

II

Pour qui saurait le Joy que j'ai

Si le Joy pouvait être vu et entendu

Tout autre Joy paraîtrait infime

Comparé au mien puisque mon Joy est immense

Tel se montre gracieux et bavard

Parce qu'il pense être riche et supérieur

En pure amour alors que j'en ai deux fois autant

III

Quand je contemple son corps allègre

Bien fait à souhait

Sa courtoisie et ses beaux discours

Ma louange ne me sera d'aucun profit

Car j'aurais besoin d'une année entière

Si je voulais être véridique

Tant elle est courtoise et parfaite

 

IV

Ceux qui pensent que je suis ici

Ne savent guère que mon esprit

Est auprès d'elle proche et intime

Bien que mon corps s'en trouve éloigné

Sachez-le bien le meilleur messager

Que j'ai d'elle c'est ma pensée

Qui me rappelle ses beaux traits

V

Dame vôtre je suis et serai

Dispos à votre service

Je suis votre homme-lige juré assermenté

Et je fus vôtre depuis toujours

Et vous êtes mon Jois premier

Et vous serez aussi le dernier

Toute ma vie durant

VI

Je ne sais quand je vous reverrai

Mais je m'en vais en peine et attristé

Pour vous je me suis du roi séparé

Et je vous prie qu'il ne m'en vienne aucun préjudice

Puisque je serai à la cour dispos

Entre dames et chevaliers

Sincère et doux et humble

Tornada

Huguet mon courtois messager

Chantez volontiers ma Chanson

A la reine des Normands

XXXII: Per meills cobrir lo mal pes e-l cossire - Pour mieux cacher les pénibles pensées et les soucis - Chanso: A35 L21 B46 PC70,35 AP70,35

A4 pc70 35

A4 pc70 35 fin

Per meills cobrir lo mal pes e.l cossire

I

Per meills cobrir lo mal pes e.l cossire 
Chan e deport et ai joi e solatz 

E fatz esfortz car sai chantar ni rire 
Car eu me mor e nul semblan no.n fatz 
E per Amor sui si apoderatz 
Tot m'a vencut a forsa ses batailla

II

Anc Deus no fetz trebailla ni martire 

Ses mal d'amor qu'eu no sofris en patz 
Mas d'aquel sui si be.m peza sofrire 
C'Amors mi fai amar lai on li platz 
E dic vos be que s'eu no sui amatz 
Ges no reman en la mia nuailla

III

Midons sui om et amics e servire 

E no.ill en quer mais autras amistatz 
Mas c'a celat los seus bels oills me vire 
Que gran be.m fan ades can sui iratz 
E ren lor en laus e merces e gratz 

Qu'el mon non ai amic que tan me vailla

IV

Molt me sap bo lo jorn qu'eu la remire 
La boch' e.ls oills e.l fron e.ls mas e.ls bratz 
E l'autre cors que res no.n es a dire 
Que no sia belamen faissonatz 
Gensor de leis no poc faire Beltatz 

Per qu'eu m'en ai gran pen' e gran trebailla 

V

A mo talen vuoill mal tan la dezire 
E pretz m'en mais car eu fui tan auzatz 
Qu'en tan aut loc auzei m'amor assire 
Per qu'eu m'en sui coindes et enseignatz 
E can la vei sui tan fort envezatz 
Veyaire m'es que.l cors al cel me sailla

VI

Dins en mo cor me corrotz e.m azire 

Car eu sec tan las mias volontatz

 Mas negus om no deu aital re dire 
C'om no sap ges com s'es aventuratz 

Que farai doncs dels bels semblans privatz 
Faillirai lor mais vuoill que.l mons me failla

VII

Ab lauzengers non ai ren a devire 
Car anc per lor no fo rics jois celatz 

E dic vos tan que per mon escondire 
Et ab mentir lor ai chamjatz los datz

 Ben es totz jois a perdre destinatz 
Quez es perdutz per la lor devinailla

T1

Corona man salutz et amistatz

E prec midons que m'ayut e me vailla

T2

E que.m vuoilla sia sens o foudatz 

No.m pot esser ni afans ni trebailla

Pour mieux cacher les pénibles pensées et les soucis

I

Pour mieux cacher les pénibles pensées et les soucis

Je chante et me divertis et j'ai du Joy et de la distraction

Je fais des efforts puisque je sais chanter et rire

Alors que je me meurs et n'en laisse rien paraître

Par Amour je suis ainsi conquis

Elle m'a entièrement vaincu par force et sans bataille

II

Jamais Dieu ne créa tourment ni martire

Que sauf le mal d'amour je ne souffrisse en paix

Mais de celui-ci qui m'est bien pénible je souffre

Car Amour me fait aimer là où il lui plaît

Et je vous dis bien que si je ne suis pas aimé

Ce n'est certes pas à cause de ma nonchalance

III

Je suis homme-lige de mon-seigneur (ma dame) et ami et serviteur

Et je ne lui demande pas d'autres faveurs

Sinon en secret de tourner vers moi ses beaux yeux

Car ils me font grand bien quand je suis affligé

Et je leur en rends louange et grâce et reconnaissance

Car au monde je n'ai ami qui me soit d'un tel réconfort

IV

Il me plaît beaucoup le jour où je la contemple

La bouche et les yeux et le front et les mains et les bras

Et le reste de son corps car il n'y a rien à en dire

Qui ne soit bellement façonné

De plus gracieuse qu'elle ne peut faire Beauté

C'est pourquoi j'en ai grande peine et grand tourment

 

V

J'en veux à ma passion tellement je la désire

Et je m'en estime davantage puisque je fus si hardi

Que d'oser placer en si haut lieu mon amour

C'est pourquoi j'en suis charmé et instruit

Et quand je la vois je suis tellement réjoui

Il me semble que mon coeur s'élance vers le ciel

VI

Dans mon coeur je me courrouce et me blâme

Puisque je me soumets tellement à mes volontés

Mais personne ne doit dire telle chose

Car on ne sait pas du tout comment on s'est aventuré

Que ferai-je donc des beaux regards intimes

Leur ferai-je défaut je préfère que le monde me refuse

VII

Avec les médisants je n'ai rien à partager

Car jamais nul Joy précieux ne fut célé par eux

Et je vous dis seulement que par mes négations

Et par mes mensonges je leur ai changé les dés

Tout Joy est bien destiné à se perdre

Dès qu'il est corrompu par leur curiosité indiscrète

T1

Couronne j'envoie saluts et amitiés

Et je prie mon-seigneur (ma dame) qu'elle m'aide et me soutienne

T2

Et quoi qu'elle puisse désirer de moi de raisonnable ou d'insensé

Cela ne me peut causer ni peine ni tourment

 

 

XXXIII: Pois preyatz mi seignor - Puisque vous me priez seigneurs - Chanso: A36 L18 B24 PC70,36 AP70,36

A4 pc70 36

A4 pc70 36 fin

Pois preyatz mi seignor

I

Pois preyatz mi seignor 
Qu'eu chan eu chantarai 
E can cuit chantar plor 
A l'ora c'o essai 
Greu veiretz chantador 
Be chan si mal li vai 
Vai me doncs mal d'amor 
Anz meills que no fetz mai 
E doncs per que m'esmai

II

Gran ben e gran onor 
Conosc que Deus me fai 
Qu'eu am la belazor 
Et ill me qu'eu o sai
Mas eu sui sai aillor 
E no sai com l'estai 
So m'auci de dolor 
Car ochaizo non ai 
De soven venir lai

III

Empero tan me plai 
Can de leis me sove 
Que qui.m crida ni.m brai 
Eu no.n au nula re 
Tan dousamen me trai 
La bela.l cor de se  
Que tals ditz qu'eu sui sai 
Et o cuid' et o cre 
Que de sos oills no.m ve

IV

Amors e que.m farai 
Si guarrai ja ab te 
Ara cuit qu'e.n morrai 
Del dezirer que.m ve 
Si.ll bela lai on jai 
No m'aizis pres de se 
Qu'eu la manei e bai 
Et estreigna vas me 
So cors blanc gras e le 

V

Ges d'amar no.m recre 
Per mal ni per afan 
E can Deus m'i fai be 
No.l refut ni.l soan 
E can bes no m'ave 
Sai be sofrir lo dan 
C'a las oras cove 
C'om s'an entreloignan 
Per meills saillir enan

VI

Bona domna merce 
Del vostre fin aman 
Mas jonchas ab col cle 
Vos m'autrei e.m coman 
Qu'e.us pliu per bona fe 
C'anc re non amei tan 
E si locs s'esdeve 
Vos me fatz bel semblan 
Que mout n'ai gran talan

T1

Mon Escudier e me 
Don Deus cor e talan 
C'amdui n'anem truan

T2

E qu'el en men ab se 
So don a plus talan
Et eu Mon Aziman

Puisque vous me priez seigneurs

I

Puisque vous me priez seigneurs

De chanter je chanterai

Et quand je pense chanter je pleure

À l'instant où je m'y essaie

Difficilement verrez-vous un chanteur

Bien chanter si ça va mal pour lui

En va-t-il donc mal pour moi en amour

Au contraire mieux que jamais ce ne fût

Et alors pourquoi suis-je en émoi

II

Grand bien et grand honneur

Je reconnais que Dieu me fait

Puisque j'aime la plus belle

Et elle m'aime aussi je le sais

Mais moi je suis ici ailleurs

Et je ne sais comment elle va

Cela me tue de douleur

Car je n'ai pas l'occasion

D'aller souvent là-bas

III

Cependant il me plaît tant

Quand d'elle je me souviens

Que si quelqu'un me crie ou braille

Moi je n'entends absolument rien

Si doucement m'arrache

La belle le coeur de la poitrine

Que tel dit que je suis ici

Et le pense et le croit

Qui de ses yeux ne me voit

IV

Amour eh bien que deviendrai-je

Guérirai-je jamais par toi

Maintenant je pense que j'en mourrai

Du désir qui me vient

Si la belle là où elle couche

Ne m'accueille auprès d'elle

Afin que je la caresse et la baise

Et étreigne contre moi

Son corps blanc charnu et lisse

 

V

De l'aimer je ne me détache guère

Ni par le mal ni par le chagrin

Et quand Dieu m'y fait du bien

Je ne le refuse ni ne le dédaigne

Et quand nul bien ne m'en advient

Je sais bien supporter le dommage

Car quelquefois il convient

Qu'on prenne du recul

Pour mieux s'élancer en avant

VI

Bonne dame grâce

Pour votre fidèle amant

Mains jointes tête inclinée

Je m'octroie et me recommande à vous

Car je vous jure de bonne foi

Que je n'ai jamais aimé personne autant

Et si l'occasion se présente

Montrez-moi belle apparence

Car j'en ai très grand désir

T1

A Mon-Ecuyer et à moi-même

Que Dieu donne coeur et désir

De nous en aller tous les deux vagabonder

T2

Et qu'il emmène avec lui

Ce dont il a le plus envie

Et moi Mon-Aimant

XXXIV: Quan la douss'aura venta - Quand la douce brise souffle - Chanso: A37 L26 B30 PC70,37 AP70,37

ce chant ne possède plus sa partition

Quan la douss'aura venta

I

Quan la douss'aura venta 
Deves vostre pais 
Veyaire m'es qu'eu senta 
Un ven de paradis 
Per amor de la genta 
Vas cui eu sui aclis 
On ai meza m'ententa 
E mo coratg' assis 
Car de totas partis 
Per leis tan m'atalenta

II

Sol lo be que.m prezenta 
Sos bels oills e.l clars vis 
Que ja plus no.m cossenta 
Me deu aver conquis 
No sai per que.us en menta 
Car de re no.n sui fis 
Mas greu m'es que.m repenta 
Qued una vetz me dis 
Que pros om s'afortis 
E malvatz s'espaventa

III

De domnas m'es veyaire 
Que gran faillimen fan 
Per so car no son gaire 
Amat li fin aman 
Eu no.n dei ges retraire 
Mas so qu'elas volran 
Mas greu m'es c'us trichaire 
A d'amor ab enjan 
O plus o atretan 
Com cel qu'es fis amaire 

IV

Domna que cujatz faire 
De me que vos am tan 
C'aissi.m vezetz mal traire 
E morir de talan 
Ai francha de bon aire 
Fezetz m'un bel semblan 
Tal don mos cors s'esclaire 
Que mout trac gran afan 
E no.i dei aver dan 
Car no m'en posc estraire 

V

Si no fos gens vilana 
E lauzenger savai 
Eu agr' amor certana 
Mas so en reire.m trai 
De solatz m'es umana 
Can locs es ni s'eschai 
Per qu'eu sai c'a sotzmana 
N'aurai encara mai 
C'astrucs sojorn' e jai 
E malastrucs s'afana

VI

Cel sui que no soana 
Lo be que Deus li fai 
Qu'en aquella setmana 
Can eu parti de lai 
Me dis en razo plana 
Que mos chantars li plai 
Tot' arma crestiana 
Volgra agues tal jai 
Com eu agui et ai 
Car sol d'aitan se vana

Tornada

Si d'aisso me certana 
D'autra vetz la.n creirai 
O si que no ja mai 
No creirai crestiana

Quand la douce brise souffle

I

Quand la douce brise souffle

Du côté de votre pays

Il me semble sentir

Comme un vent de paradis

Par l'amour de la belle

Vers laquelle je suis attiré

En qui j'ai déposé mon affection

Et fixé ma pensée

Car j'ai délaissé toutes les autres

Pour elle tant elle me plaît

II

Le seul bien qu'elle me présente

Ses beaux yeux et son clair visage

Puisqu'elle ne me consent rien de plus

Doit m'avoir conquis

je ne sais pas pourquoi je vous mentirais

Puisque je ne suis sûr de rien

Mais il m'est difficile de m'en repentir

Car elle m'a dit une fois

Qu'un homme preux s'affermit

Et qu'un mauvais s'épouvante

III

Au sujet des dames il me semble

Qu'elle font une grande faute

Puisqu'ils ne sont guère

Aimés les vrais amants

Je ne dois guère dépeindre

Que ce qu'elles voudront

Mais il me déplaît qu'un trompeur

Ait d'amour par ruse

Plus ou autant

Que celui qui est un fidèle amant

IV

Dame que pensez-vous faire

De moi qui vous aime tant

Alors qu'ainsi vous me voyez souffrir

Et mourir de désir

Ah noble de bonne lignée

Montrez-moi tel beau regard

Dont mon coeur puisse s'illuminer

Car je souffre trop grand tourment

Et je ne dois pas en avoir de dommage

Puisque je ne puis m'en extraire

 

V

Si ce n'était la gent vile

Et les médisants misérables

J'aurais eu un amour assuré

Mais par eux je me retiens en arrière

Par sa compagnie elle m'est humaine

Quand le lieu et l'occasion se présentent

De sorte que je sais qu'en sous-main

J'en aurai encore plus

Car l'homme chanceux séjourne et se repose

Et le malheureux se tue au travail

VI

Je suis celui qui ne dédaigne pas

Le bien que Dieu lui fait

Car en cette semaine

Où je suis parti de là-bas

Elle m'a dit en langage clair

Que mon chanter lui plaît

Toute âme chrétienne

Je voudrais qu'elle eût autant de joie

Que j'ai eue et que j'ai

Afin que pour autant seulement elle se vante

Tornada

Si de cela elle m'informe

Une autre fois je la croirai

Sinon jamais plus

Je ne croirai âme chrétienne 

XXXV: Quan la verz fuoilla s'espan - Quand la verte feuille s'épanouit - Chanso: A(38) L43 B06 PC70,38 AP70,38

ce chant ne possède plus sa partition

Quan la verz fuoilla s'espan

I

Quan la verz fuoilla s'espan 
E par flors blanch' el ramel 
Per lo douz chan del auzel 
Se vai mos cors alegran 
Lancan ve.ls arbres florir 
Et au.l rossignol chantar  
Adonc deu.s ben alegrar 
Qui bon' amor sap chauzir 
Mas eu n'ai una chauzida 
Per qu'eu sui cortes e gais

II

E se tuich el mon garan 
Desoz la chapa del cel 
Eron en un sol tropel 
For d'una non ai talan 
Mai d'aquesta no.m cossir 
Que.l jorn me fai sospirar 
E la noich no posc pauzar 
Ni.m pren talans de dormir 
Tan es grail' et eschafida
Ab cor franc e dichz verais 

III

S'eu fos a lei destinan 
E for'eu dinz d'un chastel 
Que.l jorn manges un morsel 
Lai viuria sens afan 
Se.m don'aisso qu'eu dezir 
De be far se deu penar 
Car se.m ten en lonc pensar 
No posc viure ni morir 
Ar esloing en breu ma vida 
Si com ja de mort me trais 

Quand la verte feuille s'épanouit

I

Quand la verte feuille s'épanouit

Et que paraît la fleur blanche sur le rameau

Par le doux chant de l'oiseau

Mon coeur devient joyeux

Quand il voit les arbres fleurir

Et qu'il entend le rossignol chanter

Alors il doit être bien heureux

Celui qui sait choisir une bonne amour

Mais moi j'en ai choisi une

Par laquelle je suis courtois et gai

II

Et si tous les êtres du monde enfermés

Sous la chape du ciel

Etaient rassemblés en un seul troupeau

Il n'en est qu'une que je désire

Ce n'est qu'à celle-là que je songe

Le jour elle me fait soupirer

Et la nuit je ne puis me reposer

Et je n'ai pas envie de dormir

Tant elle est délicate et svelte

Avec un coeur noble et un propos sincère

 

 

III

Si je lui étais destiné

Et que je fusse dans un château

Avec un seul morceau comme nourriture quotidienne

Là je vivrais sans tourment

Pourvu qu'elle me donnât ce que je désire

Elle devrait s'efforcer de me faire quelque bien

Car si elle me tient en un long suspens

Je ne puis vivre ni mourir

À présent qu'elle allonge bientôt ma vie

Ainsi comme jadis elle m'a tiré de la mort

 

 

XXXVI: Quan l'erba fresch'e-ill fuoilla par - Quand l'herbe fraîche et les feuilles paraissent - Chanso: A39 L20 B05 PC70,39 AP70,39

A4 pc70 39

A4 pc70 39 fin

Quan l'erba fresch' e.ill fuoilla par

I

Quan l'erba fresch' e.ill fuoilla par 
E la flors boton' el verjan  
E.l rossignols autet e clar 
Leva sa votz e mou so chan 
Joi ai de lui e joi ai de la flor 

Joi ai de mi e de midons major 

Daus totas partz sui de joi claus e sens 
Mas sel es jois que totz autres jois vens

II

Tan am midons e la teing char 
E tan la dopt' e la reblan 
C'anc de me no.ill auzei parlar 
Ni re no.ill quer ni re no.ill man 
Pero ill sap mo mal e ma dolor 
E can li plai mi fai ben et onor 

E can li plai eu m'en sofert ab mens 
Per so c'a leis no.n aveigna blastens 

III 

Be la volgra sola trobar 
Que dormis o.n fezes semblan 
Per qu'e.ill embles un doutz baizar 
Pos no vaill tan qu'eu lo.ill deman 

Per Deu domna pauc esplecham d'amor 
Vai s'en lo tems e perdem lo meillor 
Parlar degram ab cubertz entresens 
E pos no.ns val arditz valgues nos gens

IV

S'eu saubes la gen enchantar 
Mei enemic foran efan 
Que ja us no saubra triar 
Ni dir re que.ns tornes a dan 
Adoncs sai eu que vira la gensor 
E sos bels oills e sa frescha color 
E baizera.ill tan la boch' en totz sens 
Si que d'un mes i paregra lo sens

V

Ai las com mor de cossirar 
Que maintas vetz en cossir tan  
Lairo m'en poirian portar 
Que re no sabria que.s fan  
Per Deu Amors be.m trobas vensedor 

Ab paucs d'amics e ses autre seignor 

Car una vetz tan midons no destrens 
Abans qu'eu fos del dezirer estens

VI 

Meraveill me com posc durar 

Que no.ill demostre mo talan 
Can eu vei midons ni l'esgar 
Li seu bel oill tan be l'estan 
Per pauc me teing car eu vas leis no cor 
Si feira ieu si no fos per paor 
C'anc no vi cors meills taillatz ni depens 
Ad ops d'amar sia tan greus ni lens

VII 

Be deuri'om domna blasmar 
Can trop vai son amic tarzan 
Que lonja paraula d'amar 
Es grans enois e par d'enjan 

C'amar pot om e far semblan aillor 
E gen mentir lai on non a autor 

Bona domna ab sol c'amar mi dens 
Ja per mentir eu no serai atens

Tornada

Messatger vai e no m'en prezes mens

S'eu del anar vas midons sui temens 

Quand l'herbe fraîche et les feuilles paraissent

I

Quand l'herbe fraîche et les feuilles paraissent

Que la fleur boutonne en la branche

Et que le rossignol haut et clair

Elève sa voix émet son chant

Joy j'ai de lui et Joy j'ai de la fleur

Joy j'ai de moi et de mon-seigneur (ma dame) Joy plus grand

De toutes parts je suis de Joy enclos et ceint

Mais celui-ci est le Joy qui surpasse tous les autres Joys

II

J'aime tellement mon-seigneur (ma dame) et la chéris

Et tellement je la redoute et la courtise

Que jamais de moi je n'ai osé lui parler

Rien je ne lui demande et rien ne lui envoie

Cependant elle sait mon mal et ma douleur

Quand il lui plaît elle me fait du bien et de l'honneur

Et quand il lui plaît je me satisfais à moins

Pour que ne lui en advienne nul blâme

III

Je voudrais bien la trouver seule

Qu'elle dormît ou qu'elle en fît semblant

Pour lui ravir un doux baiser

Puisque je suis indigne de le lui demander

Par Dieu dame nous jouissons peu d'amour

S'en va le temps et nous perdons le meilleur

Nous devrions parler à mots couverts

Et puisque l'audace ne nous vaut rien que nous vaille la ruse

IV

Si je savais ensorceler les gens

Mes ennemis deviendraient des enfants

Et aucun d'eux ne saurait discerner

Ni dire chose qui pût nous nuire

Alors je sais que je verrais la plus noble

Et ses beaux yeux et sa fraîche couleur

Et je lui baiserais tellement la bouche en tous sens

Si bien qu'un mois durant en paraîtrait la trace

 

V

Hélas comme je meurs d'y songer

Parce que maintes fois j'y songe tant

Des larrons pourraient m'enlever

Que je ne saurais rien de ce qu'ils font

Par Dieu Amour tu me trouves facile à vaincre

Ayant peu d'amis sans autre seigneur

Pourquoi une fois n'étreins-tu pas mon-seigneur (ma dame)

Avant que je ne sois consumé de désir

VI

Je m'émerveille de pouvoir durer

Sans lui montrer ma passion

Quand je vois mon-seigneur (ma dame) et la regarde

Ses beaux yeux lui vont si bien

Qu'à peine je me retiens de courir vers elle

Je le ferais n'était la crainte

Car jamais je ne vis corps mieux taillé ni peint

Qui pour le besoin d'aimer fût si rétif et lent

VII

Bien devrait-on dame blâmer

Quand elle va trop repoussant son ami

Car long discours d'amour

Est d'un grand ennui et peut paraître une ruse

Puisqu'on peut aimer et faire semblant ailleurs

Et joliment mentir là où il n'y a témoin

Bonne dame si seulement tu daignais m'aimer

Jamais je ne serai atteint par le mensonge

Tornada

Messager va et qu'elle ne m'en estime pas moins

Si d'aller vers mon-seigneur (ma dame) je suis craintif

XXXVII: Quan lo boschatges es floritz - Quand le bocage est fleuri - Chanso: A40 L42 B15 PC70,40 AP70,40

ce chant ne possède plus sa partition

Quan lo boschatges es floritz 

I

Quan lo boschatges es floritz 
E vei lo tems renovelar 
E chascus auzels quer sa par 
E.l rossignols fai chans e critz 
D'un gran joi me creis tals oblitz 
Que ves re mais no.m posc virar 
Noich e jorn me fai sospirar 
Si.m lassa del cor la razitz

II

Per midons m'esjau no-jauzitz 
Don m'es l'afans greus a portar 
Qu'e.m perdrai per leis gazaignar 
Et er li crims mout deschauzitz 
Las que farai com sui trahitz 
Si s'amor no.m vol autreyar 
Qu'eu no posc viure ses amar 
Que d'amor sui engenoïtz

III

Ar sui de leis trop eissernitz 
Lengua per que potz tan parlar 
Que de meins me sol acuzar 
Si que.m sui per las dens feritz 
Que.m n'es si fer s'eu sui delitz 
Ja no trobara li m'ampar 
Mas ab doutz sentir d'un baizar 
For'eu tost d'est mal resperitz

IV 

En greu pantais sui feblezitz 
Per leis cui Beutatz volc formar 
Que com Natura poc triar
Del meills es sos cors establitz 
Los flancs grailes et escafitz 
Sa fatz frescha com roza par 
Don me pot leu mort revivar 
Dirai com no sui tan arditz

V

De tal dousor sui replenitz 
Can de prop la posc remirar 
C'a totz jorns vei lo meu sobrar 
Ta fort sui de s'amor techitz 
E.l freis es tals qu'e.n sui marritz 
Can la vei de me desloignar
Que.l focs que m'en sol eschaufar 
Fug e remaing escoloritz  

VI

Lo bes e.l mals sia.ill grazitz 
Pos de me deigna sol preyar 
Ara folei de trop gabar 
Et es dreichs qu'en fos desmentitz 
Domna no.us pes si.ll lengua ditz 
So c'anc mos cors no poc pessar 
Tatz bocha nems potz lengueyar 
Et es t'en grans mals aramitz

VII

Autz es lo pretz qu'es cossentitz 
Car sol me deignet saludar
Moutas merces Deus la.n ampar 
Del plazer me sui engrevitz 
Totz l'autre bes m'es si frezitz 
Que no.m valgra.n merce clamar 
Clama.l cors que no pot cessar
Et apres m'es parlars faillitz

VIII

Domna s'eu fos de vos auzitz 
Si charamen com vuoill mostrar 
Al prim de nostr' enamorar 
Feiram chambis dels esperitz 
Azautz sens m'i fora cobitz 
C'adonc saubr' eu lo vostr'afar 
E vos lo meu tot par a par 
E foram de dos cors unitz

IX

Ai can brus sui mal escharnitz 
Qu'eu no posc la pensa durar 
De tal dolor me fai pasmar 
Car tan s'amistat m'esconditz 
Ab bel semblan sui eu trahitz 
Que.m val res no.m pot chastiar 
Mortz veign' a sel qui.m vol blasmar 
Qu'eu no l'am mortz e sebelitz 

Tornada

Car forsatz m'en part e marritz 
Leu m'auci mas greu fui noiritz 
Tal ira.m sen al cor trenchar 
Car me mor e vuoill trespassar 
Mas ses leis no serai gueritz 

Quand le bocage est fleuri

I

Quand le bocage est fleuri

Et que je vois la saison se renouveler

Et que chaque oiseau cherche sa compagne

Et que le rossignol émet chants et cris

D'un grand Joy m'advient tel oubli

Que vers autre chose je ne puis me tourner

Nuit et jour il me fait soupirer

Tant il m'entrelace la racine du coeur

II

Pour mon-seigneur (ma dame) je me réjouis non-joyeux

D'où le tourment m'est pénible à supporter

Car je me perdrai pour la gagner

Et de sa part ce sera un crime infâme

Hélas que ferai-je comme je suis trahi

Si elle ne veut pas m'octroyer son amour

Car je ne puis vivre sans aimer

Vu que je fus engendré par l'amour

III

Maintenant je me suis trop raconté à son sujet

Langue pourquoi peux-tu tant parler

Car pour moins que cela elle a l'habitude de m'accuser

Si bien que je suis blessé par ma bouche

Bien qu'il m'en soit si terrible d'être détruit

Jamais elle ne me trouvera protégé contre elle

Mais par la douce sensation d'un baiser

Je serais vite ressuscité de ce mal

IV

Par une lourde inquiétude je suis affaibli

Pour celle que Beauté voulut former

Comme Nature a su choisir

Son corps est constitué du meilleur

Les flancs graciles et délicats

Sa figure paraît fraîche comme rose

Aussi peut-elle facilement me ranimer de la mort

Dirai-je comment je ne suis pas si audacieux

V

Je suis rempli d'une telle douceur

Lorsque je puis la contempler de près

Que chaque jour je vois mon abondance

Tellement je suis favorisé par son amour

Et le froid est tel que j'en suis affligé

Quand je la vois s'éloigner de moi

Puisque le feu qui me réchauffait

A disparu et je demeure tout décoloré

 

VI

Pour le bien et pour le mal qu'elle soit remerciée

Puisqu'elle daigne seulement me laisser implorer

Maintenant j'agis follement en causant trop

Et il est juste que j'en sois démenti

Dame ne soyez pas peinée si la langue dit

Ce que jamais mon coeur n'osa penser

Tais-toi bouche tu remues trop ta langue

Et grand malheur t'en est réservé

VII

Grand est le prix qui m'est consenti

Quand elle daigne seulement me saluer

Mille merci que Dieu la protège

De ce plaisir je suis accablé

Tout autre bien m'est si glacé

Qu'il ne me servirait pas d'en implorer merci

Mon coeur l'implore car il ne peut s'en empêcher

Et ensuite la parole me vient à manquer

VIII

Dame si j'étais entendu de vous

Aussi chaleureusement comme je vous le témoigne

Au commencement de notre amour

Nous aurions fait échange de nos âmes

Une charmante intention m'aurait été départie

Et alors j'aurais su votre condition

Et vous la mienne d'égal à égale

Et nos deux coeurs auraient été réunis

IX

Ah comme je suis ténébreux et infortuné

Car je ne puis endurer la pensée

De telle douleur qui me fait pâmer

Puisqu'elle me refuse autant son amitié

Par une belle apparence je suis trahi

À quoi bon rien ne peut me corriger

Que la mort emporte celui qui voudrait m'accuser

Que moi je ne l'aime encore même mort et enterré

Tornada

Puisque forcé je m'en sépare et affligé

Elle me tue facilement car je fus peu nourri (d'amour)

Je sens une telle tristesse me trancher le coeur

Que je me meurs et suis sur le point de trépasser

Mais sans elle je ne serai pas sauvé

 

XXXVIII: Quan lo dous temps comensa - Quand le doux temps commence - Chanso: A(392,27) L22 B18 PC392,27 AP70,40a

A4 pc70 40a

A4 pc70 40a fin

Quan lo dous temps comensa

I

Quan lo dous temps comensa 
E pareis la verdura 
E.l mons s'esclair' e gensa 
E tot cant es meillura 
Chascuna creatura 
S'alegra per natura  
Eu sols fatz estenensa 
De far envezadura

II

En aspra penedensa 
Sui s'a lonjas me dura 
Qu'en tal ai m'entendensa 
Don nuills bes no m'agura 
Tot' ai meza ma cura 
En cor de peira dura  
E sai que fauc faillensa 
Car non am per mezura

III

En sa bela fachura 
Ed en so clar vizatge 
Paus tota m'aventura 
Com en ric seignoratge 
Tant es de bel estatge 
Rich' e de gran lignatge 
Qu'eu no cre s'ill o jura 
Refut mon omenatge

IV

E si.m teing a tortura 
Lo seu respos salvatge 
Sei uoill m'en fan drechura 
Que.m son del cor messatge 
Qu'eu sai be per uzatge 
Qu'oill no celon coratge 
Sol aisso.m n'asegura 
Qu'eu no.n ai autre gatge

V

Mout fai gran vilanatge 
Qui trop leu s'espaventa 
Qu'apres lo fer auratge 
Vei que.ill dous' aura venta 
S'a vint ans o a trenta

Agues sauva m'ententa 
Ges no plaing mo damnatge 
Vas que ma joy' es lenta

T1

Domna pros e valenta 
Genser de la plus genta 
Faitz vostre cors salvatge 
Tan privat qu'eu lo senta

T2

Car s'eu mor domna genta 
Que ja nuza no.us senta 
Mos cors n'aura damnatge 
E m'arma n'er dolenta 

Quand le doux temps commence

I

Quand le doux temps commence

Et que paraît la verdure

Et que le monde s'éclaire et s'embellit

Et que tout ce qui existe s'améliore

Chaque créature

Se réjouit selon sa nature

Moi seul je m'abstiens

De me livrer à la joie

II

En une âpre pénitence

Je suis si longtemps elle me dure

Car j'ai tourné ma pensée vers telle dame

Dont on ne m'augure nul bien

J'ai mis tous mes soins

En un coeur de pierre dure

Je sais que je fais une erreur

Car je n'aime pas avec mesure

III

En sa belle prestance

Et en son clair visage

Je dépose mon destin

Comme en une puissante seigneurie

Elle est d'une si belle apparence

D'un lignage si noble et ilustre

Que je ne crois pas même si elle le jure

Qu'elle refuse mon hommage

 

 

 

IV

Si pour moi est une torture

Sa réponse sauvage

Justice m'est rendue par ses yeux

Qui sont pour moi messagers du coeur

Car je sais bien par expérience

Que les yeux ne cachent pas le coeur

C'est la seule chose qui m'en assure

Car je n'en ai pas d'autre gage

V

Il fait grande vilenie

Celui qui trop facilement s'épouvante

Car après le terrible orage

Je vois souffler la douce brise

Si dans vingt ou trente ans

J'ai mon affection sauve

Je ne me plaindrai pas de mon dommage

En comparaison de ma joie qui est lente

T1

Dame excellente et noble

Plus gracieuse que la plus gracieuse

Faites que votre corps farouche

Soit si intime que je le sente

T2

Car si je meurs charmante dame

Parce que jamais je ne vous étreins nue

Mon corps en aura dommage

Et mon âme en sera dolente 

XXXIX: Quan par la flors josta-l vert fuoill - Quand paraît la fleur près de la verte feuille - Chanso: A41 L24 B37 PC70,41 AP70,41

A4 pc70 41

A4 pc70 41 fin

Quan par la flors josta.l vert fuoill

I

Quan par la flors josta.l vert fuoill 
E vei lo tems clar e sere 
E.l doutz chans dels auzels pel bruoill 

M'adousa lo cor e.m reve 
Pos l'auzel chanton a lor for 
Eu c'ai mais de joi en mo cor 
Dei be chantar pois tuich li mei jornal 

Son joi e chan qu'eu no pes de ren al

II

Cela del mon qued eu plus vuoill 
E mais l'am de cor e de fe 
Au de joi mos dichz e.ls acuoill 
E mos precs escout' e rete 
E s'om ja per ben amar mor 
Eu en morrai qu'ins en mo cor 
Li port amor tan fin' e natural 
Que tuich son faus vas me li plus leyal

III

Be sai la noich can me despuoill 
El leich qu'eu no dormirai re 
Lo dormir pert car eu lo.m tuoill 
Per vos domna don me sove 
Que lai on om a so tezor 
Vol om ades tener so cor 
S'eu no vos vei domna don plus me cal 
Negus vezers mo bel pensar no val 

IV

Can me membra com amar suoill 

La faussa de mala merce 
Sapchatz que tal ira me cuoill 

Per pauc vius de joi no.m recre 

Domna per cui chan e demor 
Per la bocha.m feretz al cor 
D'un doutz baizar de fin' amor coral 
Que.m torn en joi e.m get d'ira mortal

V

Tals n'i a qued an mais d'orguoill 
Can grans jois ni grans bes lor ve 

Mas eu sui de meillor escuoill 
E plus francs can Deus me fai be 
C'ora qu'eu fos d'amor a l'or 
Er sui de l'or vengutz al cor 
Merce midons non ai par ni engal 
Res no.m sofraing sol que Deus vos mi sal

VI

Domna si no.us vezon mei uoill 
Be sapchatz que mos cors vos ve 
E no.us doillatz plus qu'eu me duoill 
Qu'eu sai c'om vos destreing per me 

Mas si.l gelos vos bat' de for 
Gardatz qu'el no vos bat'al cor 
Si.us fai enoi e vos lui atretal 
E ja ab vos no gazaing be per mal

T1

Mo Bel-Vezer gart Deus d'ir' e de mal

S'eu sui de loing e de pres atretal 


T2

Sol Deus midons e mo Bel-Vezer sal 
Tot ai can vuoill qu'eu no deman ren al

Quand paraît la fleur près de la verte feuille

I

Quand paraît la fleur près de la verte feuille

Et que je vois le temps clair et serein

Et quand le doux chant des oiseaux dans le breuil

M'adoucit le coeur et me rafraîchit

Puisque les oiseaux chantent à leur façon

Moi qui ai plus de Joy en mon coeur

Je dois bien chanter puisque toutes mes journées

Sont Joy et chant car je ne pense à rien d'autre

II

Celle au monde que je veux le plus

Et aime le plus de coeur et de foi

Ecoute avec Joy mes paroles et les accueille

Et elle écoute et retient mes prières

Et si jamais quelqu'un meurt pour bien aimer

Moi j'en mourrai car en mon coeur

Je lui porte amour si sincère et naturel

Que comparés à moi tous les plus loyaux sont faux

III

Je sais bien la nuit quand je me déshabille

Qu'au lit je ne dormirai pas du tout

Je perds le sommeil parce que je m'en prive

Pour vous dame dont je me souviens

Car là où l'on a son trésor

On veut toujours y avoir son coeur

Si je ne vous vois pas dame dont il m'importe le plus

Aucune vue ne vaut ma belle pensée

IV

Quand il me souvient comme j'avais l'habitude d'aimer

La fausse dame de mauvaise merci

Sachez que telle tristesse me saisit

Que peu s'en faut que vivant je ne me détache du Joy

Dame pour qui je chante et demeure

Par la bouche blessez-moi au coeur

D'un doux baiser d'amour sincère et cordial

Qui me rende au Joy et me sauve de tristesse mortelle

 

 

 

V

Quelques uns ont plus d'orgueil

Quand grand Joy et grand bien leur viennent

Mais moi je suis à meilleure école

Et suis plus noble quand Dieu me fait du bien

Car si jadis je fus à l'orée d'amour

À présent je suis arrivé de l'orée jusqu'au coeur

Grâce mon-seigneur (ma dame) je n'ai mon pair ni mon égal

Rien ne me manque pourvu que Dieu vous sauvegarde pour moi

VI

Dame si point ne vous voient mes yeux

Sachez bien que mon coeur vous voit

Et ne vous désolez pas plus que je ne me désole

Car je sais qu'on vous tourmente à cause de moi

Mais si le jaloux vous bat le corps

Gardez-vous qu'il ne vous touche le coeur

S'il vous cause du chagrin faites-en autant

Et qu'il ne gagne jamais de vous un bien pour un mal

T1

Que Dieu protège mon Beau-Voir du chagrin et du mal

Si je suis loin et de même si je suis près d'elle

T2

Pourvu que Dieu sauvegarde mon-seigneur (ma dame) et mon Beau-Voir

J'ai tout ce que je veux et ne demande rien d'autre

XXXX: Quan vei la flor l'erba vert e la fuoilla - Quand je vois les fleurs l'herbe verte et les feuilles - Vers: A42 L07 B38 PC70,42 AP70,42

A4 pc70 42

A4 pc70 42 fin

Quan vei la flor l'erba vert e la fuoilla

I

Quan vei la flor l'erba vert e la fuoilla 

Et au lo chan dels auzels pel boschatge 
Ab l'autre joi qu'eu ai en mo coratge 
Poya mos chans e nais e creis e bruoilla 

E no m'es vis c'om re poscha valer 
S'eras no vol amor et joi aver 
Pus tot can es s'alegr' e s'esbaudeya

II

Ja no crezatz qu'eu de joi me recreya 
Ni.m lais d'amar per dan c'aver en suoilla 
Qu'eu non ai ges en poder que m'en tuoilla 
C'Amors m'assaill que.m sobreseignoreya 
E.m fai amar cal que.ill plass' e voler 
E s'eu am so que no.m deu eschazer 
Forsa d'Amor m'i fai far vassalatge

III

Mas en amor non a om seignoratge 
E qui l'i quer vilanamen domneya 
Que re no vol Amors qu'esser no deya 
Paubres e rics fai amdos d'un paratge 
Can l'us amics vol l'autre vil tener 
Greu pot amors ab erguoill remaner 
Qu'erguoills dechai e fin' amors chapduoilla

IV

Eu sec cela que plus vas me s'erguoilla 
E cela fuich que.m fo de bel estatge 
C'anc pois no vi ni me ni mo messatge 
Per qu'es be sal que ja doncs no m'acuoilla 
Mas dreich l'en fatz qu'eu m'en fatz fol parer 
Car per cela que.m torn' en no-chaler 
Estauc aitan de leis que no la veya 

V

Mas costum' es tostems que fols foleya 
E ja non er qu'el eis lo ram no cuoilla 
Que.l bat e.l fer per c'ai razo que.m duoilla
Car anc me pres d'autrui amor enveya 
Mas fe qu'eu dei leis e mo Bel-Vezer 
Si de s'amor me torn' en bon esper 

Ja mais vas leis no farai vilanatge

VI

Ja no m'aya cor felo ni sauvatge 

Ni contra me mauvatz cosseill no creya
Qu'eu sui sos om liges on que m'esteya
Si que de sus del chap li ren mo gatge 
Mas mas jonchas li veing a so plazer

E ja no.m vuoill mais d'a sos pes mover 
Tro per merce.m meta lai o.s despuoilla

VII 

L'aigua del cor c'amdos los oills me muoilla 
M'es be guirens qu'eu penet mo folatge
E conosc be que midons pren damnatge 
S'ela tan fai que perdonar no.m vuoilla 
Pois meus no sui et ill m'a en poder
Mais pert ill qu'eu en lo meu dechazer 
Per so l'er gen s'ab son ome plaideya

T1

Mo messatger man a mo Bel-Vezer 
Que cill que.m tolc lo sen e lo saber 
Me tol midons e leis que no la veya

T2

Amics Tristans car eu no.us posc vezer 
A Deu vos do cal que part que m'esteya

Quand je vois les fleurs l'herbe verte et les feuilles

I

Quand je vois les fleurs l'herbe verte et les feuilles

Et que j'entends le chant des oiseaux par le bocage

De l'autre Joy que j'ai en mon coeur

S'élève mon chant et il naît et croît et bourgeonne

Et il ne me semble pas qu'on puisse valoir quelque chose

Si à présent on ne veut pas avoir amour et Joy

Alors que tout ce qui existe se réjouit et se divertit

II

Ne croyez donc pas que je renonce au Joi

Et que je me lasse d'aimer à cause du dommage que j'en ai d'habitude

Car je n'ai guère le pouvoir de m'en arracher

Parce qu'Amour m'assaille et me vainc

Et me fait aimer et vouloir qui lui plaît

Et si j'aime ce qui ne doit pas m'échoir

La force d'Amour m'oblige à faire vasselage

III

Mais en amour l'on n'a pas de droit  seigneurial

Et celui qui le réclame courtise comme un vilain

Puisque Amour ne veut rien qui ne soit bienséant

Pauvres et riches elle les met tous au même rang

Quand l'un des amis veut tenir l'autre pour vil

Difficilement peut demeurer l'amour avec l'orgueil

Car l'orgueil déchoit et l'amour sincère triomphe

IV

Je poursuis celle qui envers moi s'enorgueillit le plus

Et je fuis celle qui me fit bel accueil

Jamais depuis elle n'a vu ni moi ni mon message

C'est pourquoi il n'est que juste que plus jamais elle ne m'accueille

Mais je lui en donne le droit car je passe pour fou

Puisque à cause de celle qui me met en nonchaloir

Je reste si longtemps sans la voir

 

  

V

Mais coutume est que toujours le fou agit follement

Et c'est toujours lui-même qui coupe le bâton

Qui va le battre et le blesser c'est pourquoi j'ai motif de souffrir

Puisque je me suis pris à désirer l'amour d'une autre

Mais par la foi que je lui dois et à mon Beau-Voir

Si en son amour elle me replace en bon espoir

Jamais plus envers elle je ne ferai  vilenie

VI

Que jamais elle n'ait pour moi coeur félon et sauvage

Ni qu'elle croit les mauvais conseils contre moi

Car je suis son homme-lige où que je sois

Si bien que par dessus ma tête je lui rends mon gage

Mais les mains jointes je viens à son bon plaisir

Et je ne veux plus m'écarter de ses pieds

Avant que par pitié elle me mette là où elle se dévêt

VII

L'eau du coeur qui me mouille les yeux

M'est bien garante que j'expie ma folie

Et je sais bien que mon-seigneur (ma dame) subira le dommage

Si elle s'obstine à ne pas vouloir me pardonner

Puisque je ne m'appartiens plus et qu'elle m'a en son pouvoir

Elle perdra plus que moi dans ma disgrâce

De sorte qu'il lui serait bon de traiter avec son homme-lige

T1

J'envoie mon messager à mon Beau-Voir

Car celle qui m'a enlevé le bon sens et la sagesse

M'enlève mon-seigneur (ma dame) et elle pour que je ne la voie pas

T2

Ami Tristan puisque je ne puis vous voir

À Dieu je vous confie partout où je me trouve

 

 

 

 

XXXXI: Quan vei la lauzeta mover - Quand je vois l'alouette mouvoir - Vers: A43 L31 B16 PC70,43 AP70,43

A4 pc70 43

A4 pc70 43 fin

Quan vei la lauzeta mover

I

Quan vei la lauzeta mover 
De joi sas alas contral rai 
Que s'oblid' e.s laissa chazer 
Per la doussor c'al cor li vai 
Ai tan grans enveya m'en ve 
De cui qu'eu veya jauzion 
Meravillas ai car desse 
Lo cor de dezirer no.m fon

II

Ai las tan cuidava saber 
D'amor e tan petit en sai 
Car eu d'amar no.m posc tener 
Celeis don ja pro non aurai 
Tout m'a mo cor e tout m'a me 
E se mezeis e tot lo mon
E can se.m tolc no.m laisset re 
Mas dezirer e cor volon

III

Anc non agui de me poder 
Ni no fui meus de l'or' en sai 
Que.m laisset en sos oills vezer 
En un miraill que mout me plai 
Miraills pus me mirei en te 
M'an mort li sospir de preon 
C'aissi.m perdei com perdet se 
Lo bels Narcisus en la fon

IV

De las domnas me dezesper 
Ja mais en lor no.m fiarai 
C'aissi com las suoill chaptener 
Enaissi las deschaptenrai
Pois vei c'una pro no m'en te 
Vas leis que.m destrui e.m cofon 
Totas las dopt' e las mescre 
Car be sai c'atretals se son 

V

D'aisso's fa be femna parer 
Ma domna per qu'e.ill o retrai  
Car no vol so c'om deu voler
E so c'om li deveda fai 
Chazutz sui en mala merce 
Et ai be faich co.l fols en pon 
E no sai per que m'esdeve 
Mas car trop puyei contra mon

VI

Merces es perduda per ver 
Et eu non o saubi anc mai 
Car cill qui plus en degr'aver
No.n a ges et on la querrai 
A com mal sembla qui la ve 
Qued aquest chaitiu deziron 
Que ja ses leis non aura be 
Laisse morrir que no l'aon 

VII

Pus ab midons no.m pot valer 
Precs ni merces ni.l dreichz qu'eu ai 
Ni a leis no ven a plazer 
Qu'eu l'am ja mais no.ill o dirai 
Aissi.m part de leis e.m recre
Mort m'a e per mort li respon 
E vau m'en pus ill no.m rete 
Chaitius en issill no sai on

Tornada

Tristans ges no.n auretz de me 
Qu'eu m'en vau chaitius no sai on 
De chantar me gic e.m recre 
E de joi e d'amor m'escon

Quand je vois l'alouette mouvoir

I

Quand je vois l'alouette mouvoir

De Joy ses ailes contre les rayons du soleil

Qu'elle s'oublie et se laisse choir

Par la douceur qui lui va au coeur

Hélas si grande envie m'en vient

De ceux que je vois joyeux

Je suis étonné qu'aussitôt

Mon coeur de désir ne fonde

II

Hélas je pensais tant savoir

D'amour et si peu j'en sais

Car moi je ne peux me retenir d'aimer

Celle dont je n'aurai jamais faveur

Elle a ravi mon coeur et m'a ravi moi

Et elle-même et le monde entier

Et en se dérobant à moi elle ne me laissa rien

Sinon le désir et le coeur avide

III

Plus jamais je n'eus pouvoir sur moi

Et je ne m'appartins plus dès l'instant

Où elle me laissa dans ses yeux voir

En un miroir qui beaucoup me plaît

Miroir depuis que je me mirai en toi

M'ont tué les soupirs profonds

Et ainsi je me perdis comme se perdit

Le beau Narcisse en la fontaine

IV

Des dames je me désespère

Jamais plus en elles je ne me fierai

Autant j'avais coutume de les défendre

D'autant plus je les abandonnerai

Puisque je vois qu'aucune ne m'est secourable

Envers celle qui me détruit et m'anéantit

Je les redoute toutes et je ne les crois pas

Car je sais bien qu'elles sont toutes pareilles

 

 

V

En cela elle se montre bien femme

Ma dame  c'est pourquoi je lui en fais reproche

Car elle ne veut point ce qu'on doit vouloir

Et ce qu'on lui défend elle le fait

Je suis tombé en disgrâce

Et j'ai fait comme le fou sur le pont

Et je ne sais pourquoi cela m'advient

Si ce n'est que je suis monté trop haut

VI

La Grâce est perdue en vérité

Et moi je ne le sus jamais

Car celle qui devrait en avoir le plus

N'en a guère et où la trouverai-je

Hélas comme il semble mal pour qui la voit

Que ce captif consumé de désir

Qui jamais sans elle n'aura de bonheur

Elle le laisse mourir sans lui porter secours

VII

Puisque auprès de ma dame ne me peuvent compter

Ni prières ni pitié ni les droits que j'ai

Et qu'il ne lui plaît guère

Que je l'aime jamais plus je ne le lui dirai

Ainsi je me sépare d'elle et me désiste

Elle m'a mis à mort et par la mort je lui réponds

Et je m'en vais puisqu'elle ne me retient pas

Malheureux en exil je ne sais où

Tornada

Tristan vous n'aurez plus rien de moi

Car je m'en vais malheureux je ne sais où

De chanter je cesse et m'en désiste

Et au Joy et à l'amour je me soustrais

 

 

 

XLII: Tant ai mo cor ple de joya - J'ai le coeur si plein de joie - Chanso: A44 L04 B31 PC70,44 AP70,44

A4 pc70 44

A4 pc70 44 fin

Tant ai mo cor ple de joya

I

Tant ai mo cor ple de joya 
Tot me desnatura 
Flor blancha vermeill' e groya 
Me par la frejura 
C'ab lo ven et ab la ploya 
Me creis l'aventura 
Per que mos chans mont' e poya 
E mos pretz meillura 
Tan ai al cor d'amor 
De joi e de doussor 
Per que.l gels me sembla flor 
E la neus verdura

II

Anar posc ses vestidura 
Nutz en ma chamiza 
Car fin' amors m'asegura 
De la freja biza 
Mas es fols qui.s desmezura 
E no.s te de guiza 
Per qu'eu ai pres de me cura 
Deis c'agui enquiza 
La plus bela d'amor 
Don aten tan d'onor 
Si qu'en loc de sa ricor 
No vuoill aver Piza

III

De s'amistat me ressiza 
Mas be n'ai fiansa 
Que sivals eu n'ai conquiza 
La bela semblansa 
Et ai ne a ma deviza 
Tan de benanansa 
Que ja.l jorn que l'aurai viza 
Non aurai pezansa 
Mo cor ai pres d'Amor 
Que l'esperitz lai cor 
Mas lo cors es sai aillor 
Loing de leis en Fransa

IV

Tant n'aten bon' esperansa 
Mas petit m'aonda 
C'atressi.m ten en balansa 
Com la naus en l'onda 
Del mal pes que.m desenansa 

No sai on m'esconda 
Tota noich me vir' e.m lansa 
Desobre l'esponda 
Plus trac pena d'amor 
C'a Tristan l'amador

Non avenc tan de dolor 
Per Izeut la blonda 

V

Ai Deus car no sui ironda
Que voles per l'aire 
E vengues de noich prionda 
Lai al sieu repaire 
Bona domna jauzionda 
Mor se.l vostr' amaire 
Paor ai que.l cors me fonda 
S'aissi.m dura gaire 
Domna per vostr' amor 
Joing las mas et ador 
Gens cors ab frescha color 
Gran mal me faitz traire

VI

Qu'el mon non a nul afaire 
Don eu tan cossire 
S'ieu aug de leis ben retraire 
Que mo cor no.i vire 
E mo semblan no.n esclaire 
Que que.m n'aujatz dire 
Si c'ades vos er veyaire 
C'ai talan de rire 
Tan l'am per fin' amor 
Que maintas vetz en plor 
Per o que meillor sabor 
M'en an li sospire.

Tornada

Messatgers vai e cor
E di.m a la gensor 
La pesanz' e la dolor 
Que.n trac e.l martire

J'ai le coeur si plein de joie

I

J'ai le coeur si plein de joie

Que tout pour moi se dénature

Fleur blanche vermeille et jaune

Me semble la froidure

Car avec le vent et avec la pluie

S'accroît mon bonheur

Si bien que mon chant s'élève et prospère

Et mon mérite s'améliore

J'ai tellement d'amour au coeur

De Joy et de douceur

Que la glace me semble fleur

Et la neige verdure

II

Je puis aller sans vêtement

Nu sous ma chemise

Car l'amour parfait me garantit

Contre la froide bise

Mais fou est celui qui dépasse la juste mesure

Et ne se tient comme il faut

C'est pourquoi j'ai pris soin de me surveiller

Depuis que j'ai requis d'amour

La plus belle femme

Dont j'attends tellement d'honneur

Qu'en échange de sa richesse

Je ne veux avoir Pise

Qu'elle me coupe de son amitié

Mais j'ai confiance

D'en avoir conquis du moins

La belle apparence

Et j'en ai à mon souhait

Tant de bonheur

Que jamais quand je l'aurai vue

Je n'aurai de la peine

J'ai mon coeur si près d'Amour

Que mon esprit y court

Mais le corps est ici ailleurs

Loin d'elle en France

IV

J'en attends tant de bonne espérance

Mais cela m'aide peu

Car elle me fait ainsi balloter

Comme la nef sur l'onde

Pour fuir la mauvaise pensée qui m'afflige

Je ne sais où me cacher

Toute la nuit je me tourne et m'agite

Sur le bord du lit

J'endure plus de peine d'amour

Que Tristan l'amoureux

Qui ne ressentit pas autant de douleur

Pour Iseut la blonde

 

 

V

Ah Dieu que ne suis-je hirondelle

Pour voler à travers les airs

Et venir à la nuit profonde

En sa demeure

Bonne dame joyeuse

Votre amoureux se meurt

J'ai peur que mon coeur ne se fonde

Si cela dure encore un peu

Dame pour votre amour

Je joins les mains et vous adore

Gentil corps au teint frais

Grand mal vous me faites souffrir

VI

Dans le monde il n'y a nulle affaire

Dont je sois si préoccupé

Que si j'entends raconter du bien d'elle

Mon coeur ne se tourne vers elle

Et mon visage ne s'en illumine

Quoi que vous m'en entendiez dire

Si bien que toujours il vous semblera

Que j'ai envie de rire

Je l'aime tant d'un amour parfait

Que maintes fois j'en pleure

Parce qu'une saveur meilleure

En ont mes soupirs

Tornada

Messager va et cours

Et dis de ma part à la plus gracieuse

La peine et la douleur

Et le martire que je souffre pour elle

 

XLIII: Tuich cil que-m preyon qu'eu chan - Tous ceux qui me prient de chanter - Vers: A45 L33 B25 PC7O,45 AP70,45

ce chant ne possède plus sa partition ( quelques notes seulement dans le manuscrit BNF f. fr. 844 )

Tuich cil que.m preyon qu'eu chan

Tuich cil que.m preyon qu'eu chan 
Volgra saubesson lo ver
S'eu n'ai aize ni lezer 
Chantes qui chantar volria 
Qu'eu no.n saup ni chan ni via 

Pois perdei ma benanansa 
Per ma mala destinansa

II

Ai las com mor de talan 
Qu'eu no dorm mati ni ser 
Que la noich can vau jazer 
Lo rossignols chant' e cria 
Et eu que chantar solia 
Mor d'enoi e de pezansa 
Can au joi ni alegransa

III

D'amor vos dirai aitan  
Qui be la saubes tener 
Res plus no.n pogra valer 
Per Deu mout fo bona.ill mia 
Mas no.m duret mas un dia 
Per qu'es fols qui ses fermansa 
Met en amor s'esperansa

IV

Amors m'a mes en soan 
E tornat a no-chaler
E s'eu l'agues en poder 
Dic vos qu'e.n feira feunia 
Mas Deus no vol c'Amors sia 
Res don om prenda venjansa 
Ab coup d'espa' o de lansa 

V

Amors e.us prec de mon dan 
C'autre pro no.i posc aver 
Ja mais blandir ni temer 

No.us quer c'adoncs vos perdria 
Ben es fols qui'n vos se fia 
C'ab vostra fausa semblansa 
M'avetz trahit en fiansa

VI

Lemozi a Deu coman 
Leis que no.m vol retener 
Qu'era pot ill be saber 
S'es vers aco que.ill dizia  
Qu'en terr' estraigna.m n'iria 
Pois Deus ni fes ni fiansa 
No m'i poc far acordansa

VII

Pero per un bel semblan 
Sui enquer en bon esper 
Mon Conort dei grat saber 
C'ades vol qu'eu chan e ria 
E dic vos que s'ill podia 
Eu seria reis de Fransa 
Car al plus qu'ill pot m'enansa  

T1

No m'o teing a vilania 
S'eu m'ai sai bon' esperansa 
Pois ill lai re no m'enansa

T2

Romieu man que per m'amia 
E per lui farai semblansa 
Qu'eu ai sai bon' esperansa

Tous ceux qui me prient de chanter

I

Tous ceux qui me prient de chanter

Devraient savoir la vérité

Si j'en ai l'occasion et le loisir

Chante qui voudra chanter

Parce que moi je n'en sais ni chant ni voie

Depuis que j'ai perdu mon bonheur

Par ma maudite destinée

II

Hélas comme je meurs de désir

De sorte que je ne dors plus matin ni soir

Car la nuit quand je vais me coucher

Le rossignol chante et crie

Et moi qui habituellement chantais

Je meurs d'ennui et de chagrin

Quand j'entends Joy et allégresse

III

D'amour je vous dirai ceci

Pour qui sait la retenir

Rien ne peut être plus précieux

Par Dieu très bonne fut la mienne

Mais elle ne me dura pas plus d'un jour

Aussi est-il fou celui qui sans garantie

Met dans l'amour son espérance

IV

Amour m'a rejeté avec mépris

Et m'a témoigné de l'indifférence

Et si je l'avais en mon pouvoir

Je vous dis que la traiterais durement

Mais Dieu ne veut pas qu'Amour soit

Un être dont on prenne vengeance

A coup d'épée ou de lance

 

V

Amour je vous réclame mon dommage

Car nul autre profit je ne puis y avoir

Jamais plus je ne veux vous courtiser ni vous craindre

Car alors je vous perdrais

Bien fou est celui qui en vous se fie

Car avec votre fausse apparence

Vous avez trahi ma confiance

VI

Limousin à Dieu je recommande

Celle qui ne veut pas me retenir

Car à présent elle peut bien savoir

Si c'est vrai ce que je lui disais

Qu'en terre étrangère je m'en irais

Puisque Dieu foi ni confiance

N'ont pu m'y procurer d'accord

VII

Pourtant à cause d'un beau semblant

Je suis encore en bon espoir

A Ma-Consolation je dois savoir gré

Puisqu'elle veut toujours que je chante et rie

Et je vous dis que si elle le pouvait

Je serais roi de France

Car autant qu'elle le peut elle m'élève

T1

Je ne considère pas comme une vilenie

D'avoir ici ma bonne espérance

Puisqu'elle là-bas ne m'élève guère

T2

À Pèlerin je fais savoir que pour mon amie

Et pour lui je ferai mine

D'avoir ici bonne espérance

 

XLIV: Amics Bernartz de Ventadorn - Ami Bernard de Ventadour - Tenso: A02 L28 B(72) t 1 PC323, 4 AP323, 4

A4 pc323 4

A4 pc323 4 fin

Amics Bernartz de Ventadorn

I

Amics Bernartz de Ventadorn 
Com vos podetz de chant sofrir 
Can aissi auzetz esbaudir 
Lo rossignolet noich e jorn 
Auyatz lo joi que demena 
Tota noich chanta sotz la flor 
Meills s'enten que vos en amor

II

Peire lo dormir e.l sojorn 
Am mais que.l rossignol auvir 
Ni ja tan no.m sabriatz dir 
Que mais en la folia torn 
Deu lau fors sui de chadena 
E vos e tuich l'autr' amador 
Etz remazut en la folor

III

Bernartz greu er pros ni cortes 
Que ab Amor no.s sap tener 
Ni ja tan no.us fara doler 
Que mais no vailla c'autre bes 
Car si fai mal pois abena 
Greu a om gran be ses dolor 
Mas ades vens lo jois lo plor

IV

Peire si fos dos ans o tres 
Lo segles faichz al meu plazer 
De domnas vos dic eu lo ver 
Non foran mais preyadas ges 
Ans sostengran tan greu pena 
Qu'elas nos feiran tan d'onor 
C'ans nos prejaran que nos lor 

V

Bernartz so non es d'avinen 
Que domnas preyon ans cove 
C'om las prec e lor clam merce 
Et es plus fols mon escien 
Que cel qui semn' en l'arena 
Qui las blasma ni lor valor 
E mou de mal enseignador

VI

Peire mout ai lo cor dolen 
Can d'una faussa me sove 
Que m'a mort e no sai per que 
Mas car l'amava finamen 
Faich ai lonja carantena 
E sai si la fezes loingnor, 
Ades la trobara pejor

T1

Bernartz foudatz vos amena 
Car aissi vos partetz d'amor 
Per cui a om pretz e valor

T2

Peire qui ama dessena 
Car las trichairitz entre lor 
An tout joi e pretz e valor

Ami Bernard de Ventadour

I

Ami Bernard de Ventadour

Comment pouvez-vous vous retenir de chanter

Lorsqu'ainsi vous entendez se réjouir

Le rossignolet nuit et jour

Ecoutez le Joy qu'il exprime

Toute la nuit il chante sous la fleur

Il s'entend mieux que vous en amour

II

Pierre le sommeil et le repos

Je les aime mieux qu'écouter le rossignol

Et vous auriez beau me dire

Que jamais dans la folie je ne retomberai

Dieu soit loué je suis hors de la chaîne

Alors que vous et tous les autres amoureux

Vous êtes demeurés dans la folie

III

Bernard difficilement sera preux et courtois

Celui qui avec Amour ne sait pas se tenir

Et jamais Amour ne vous causera tant de douleur

Qu'elle ne vaille toujours plus que tout autre bien

Car si elle fait du mal ensuite elle fait du bien

On a difficilement un grand bien sans douleur

Mais toujours le Joy surmonte les pleurs

IV

Pierre si pendant deux ou trois ans

Le monde était fait à ma guise

Sur les dames je vous dis moi la vérité

Elles ne seraient plus jamais implorées

Mais subiraient plutôt si dure peine

Qu'elles nous feraient bien grand honneur

En nous suppliant et non le contraire

 

V

Bernard il n'est pas convenable

Que les dames supplient au contraire il convient

A l'homme de les supplier et de leur demander grâce

Et à mon avis il est plus fou

Que celui qui sème dans le sable

Celui qui les blâme ainsi que leur valeur

Et il procède comme un mauvais enseignant

VI

Pierre j'ai le coeur très douloureux

Quand je me souviens d'une perfide

Qui m'a tué je ne sais pour quoi

Si ce n'est pour l'avoir aimée sincèrement

J'ai fait longue quarantaine

Et je sais que si je la faisais plus longue

Je la trouverais toujours pire

T1

Bernard la folie vous emporte

Puisqu' ainsi vous vous séparez d'Amour

Par laquelle on a mérite et valeur

T2

Pierre celui qui aime perd le sens

Car les tricheuses entre elles

Ont dérobé le Joy et le mérite et la valeur

XLV: Bernartz de Ventadorn del chan - Bernard de Ventadour avec un chant - Tenso: A14 L32 B(75) t 4 PC286,1 AP286, 1

ce chant ne possède plus sa partition

Bernartz de Ventadorn del chan  

I

Bernartz de Ventadorn del chan 
Vos sui sai vengutz assaillir 
Car vos vei estar en cossir 
No posc mudar que no.us deman 
Co.us vai d'amor avetz-en ges 
Be par que no.us en veigna bes

II

Lemozis no.us posc en chantan 
Respondre ni sai avenir 
Mos cors me vol de dol partir 
Bels amics a Deu vos coman
Que mort m'a una mala res 
C'anc no.n me valc Deus ni merces

III

Bernartz s'anc no.us fetz bel semblan 
Enquera.s pot esdevenir 
No.s taing c'om ab Amor s'azir 
Can la troba de son talan 
Pauc gazaigna drutz d'ira ples 
Car per un dol n'a dos o tres

IV

Lemozis mout fetz gran enjan 
La bela qui.m pogr' enrequir 
Que can mi poc de se aizir 
Et ela.m tornet en soan 
No.i a conort qui fort no.m pes 
Car o ill es cosseill no.n pres

V

Bernartz totz om deu aver dan 
S'a la cocha no sap sofrir 
C'Amors se vol soven servir 
E si so tenetz ad afan 
Tot es perdutz s'anc re.us promes 
Si n'eran plevidas mil fes

Bernard de Ventadour avec un chant

I

Bernard de Ventadour avec un chant

Je suis venu ici vous assaillir

Puisque je vous vois tout pensif

Je ne puis m'empêcher de vous demander

Comme il vous va en amour en obtenez-vous quelque chose

Il me semble que ne vous en provienne aucun bien

II

Limousin je ne puis en chantant

Vous répondre ni ne sais y parvenir

Mon coeur va se briser de douleur

Bel ami à Dieu je vous recommande

Car m'a tué une mauvaise créature

Car jamais ne m'ont secouru ni Dieu ni miséricorde

 

III

Bernard si elle ne vous a jamais montré un visage accueillant

Cela peut encore arriver

Il ne convient pas de s'irriter contre Amour

Quand on l'a trouvé conforme à son désir

Peu y gagne l'amant rempli de dépit

Car au lieu d'une douleur il y en aura deux ou trois

IV

Limousin elle a commis une grande fourberie

La belle qui aurait pu m'enrichir

Alors qu'elle pouvait s'octroyer à moi

Elle m'a témoigné du dédain

Il n'y a de consolation qui ne me soit fort pénible

Car dans sa présence je n'ai pas trouvé secours

V

Bernard tout homme doit avoir dommage

S'il ne sait endurer une situation critique

Car Amour exige un service constant

Et si vous le considérez comme un fardeau

Tout est perdu même si jadis elle vous promit quelque chose

Même si elle en fit serment mille fois