les chansons de Bernartz (II) : textes et analyse

XXX : Can la douss'aura venta - l'Amour de la Belle sur la brise vogue - Quand la douce brise souffle - A37 B30

Can la douss'aura venta

I

Can la douss'aura venta 
Deves vostre pais , 
Veyaire m'es qu'eu senta 
Un ven de paradis 
Per amor de la genta 
Vas cui eu sui aclis, 
On ai meza m'ententa 
E mo coratg' assis, 
Car de totas partis 
Per leis, tan m'atalenta

II

Sol lo be que.m prezenta 
Sos bels olhs e.l clars vis, 
Que ja plus no.m cossenta, 
Me deu aver conquis. 
No sai per que.us en menta, 
Car de re no.n sui fis! 
Mas greu m'es que.m repenta, 
Qued una vetz me dis 
Que pros om s'afortis 
E malvatz s'espaventa.

III

De domnas m'es veyaire 
Que gran falhimen fan 
Per so car no son gaire 
Amat li fin aman. 
Eu no.n dei ges retraire 
Mas so qu'elas volran, 
Mas greu m'es c'us trichaire 
A d'amor ab enjan 
O plus o atretan 
Com cel qu'es fis amaire. 

IV

Domna, que cujatz faire 
De me que vos am tan, 
C'aissi.m vezetz mal traire 
E morir de talan 
Ai francha de bon aire, 
Fezetz m'un bel semblan, 
Tal don mos cors s'esclaire 
Que mout trac gran afan, 
E no.i dei aver dan, 
Car no m'en posc estraire. 

 

VI

Si no fos gens vilana 
E lauzenger savai, 
Eu agr' amor certana ! 
Mas so en reire.m trai . 
De solatz m'es umana 
Can locs es ni s'eschai, 
Per qu'eu sai c'a sotzmana 
N'aurai encara mai, 
C'astrucs sojorn' e jai 
E malastrucs s'afana.

VII

Cel sui que no soana 
Lo be que Deus li fai, 
Qu'en aquella setmana 
Can eu parti de lai, 
Me dis en razo plana 
Que mos chantars li plai. 
Tot' arma crestiana 
Volgra, agues tal jai 
Com eu agui et ai, 
Car sol d'aitan se vana.

VIII

Si d'aisso m'es certana 
Autra vetz, la.n creirai! 
O si que no, ja mai 
No creirai crestiana .

XXXI : Tan ai mo cor ple de joya - L'Amour voit tout en rose - Mon coeur est si plein de joie - A44 B31

Tant ai mo cor ple de joya

I

Tant ai mo cor ple de joya, 
Tot me desnatura . 
Flor blancha, vermelh' e groya 
Me par la frejura, 
C'ab lo ven et ab la ploya 
Me creis l'aventura, 
Per que mos chans mont' e poya 
E mos pretz melhura . 
Tan ai al cor d'amor, 
De joi e de doussor, 
Per que.l gels me sembla flor 
E la neus verdura.

II

Anar posc ses vestidura, 
Nutz en ma chamiza, 
Car fin' amors m'asegura 
De la freja biza. 
Mas es fols qui.s desmezura, 
E no.s te de guiza. 
Per qu'eu ai pres de me cura, 
Deis c'agui enquiza 
La plus bela d'amor, 
Don aten tan d'onor, 
Car en loc de sa ricor 
No volh aver Piza.

III

De s'amistat me reciza 
Mas be n'ai fiansa, 
Que sivals eu n'ai conquiza 
La bela semblansa. 
Et ai ne a ma deviza 
Tan de benanansa, 
Que ja.l jorn que l'aurai viza, 
Non aurai pezansa. 
Mo cor ai pres d'Amor, 
Que l'esperitz lai cor, 
Mas lo cors es sai, alhor, 
Lonh de leis, en Fransa.

IV

Eu n'ai la bon' esperansa. 
Mas petit m'aonda, 
C'atressi.m ten en balansa 
Com la naus en l'onda. 
Del mal pes que.m desenansa , 

No sai on m'esconda. 
Tota noih me vir' e.m lansa 
Desobre l'esponda . 
Plus trac pena d'amor 
De Tristan l'amador, 
Que.n sofri manhta dolor 
Per Izeut la blonda. 

 

V

Ai Deus car no sui ironda, 
Que voles per l'aire 
E vengues de noih prionda 
Lai dins so repaire 
Bona domna jauzionda , 
Mor se.l vostr' amaire 
Paor ai que.l cors me fonda, 
S'aissi.m dura gaire. 
Domna, per vostr' amor 
Jonh las mas et ador 
Gens cors ab frescha color, 
Gran mal me faitz traire

VI

Qu'el mon non a nul afaire 
Don eu tan cossire , 
Can de leis au re retraire, 
Que mo cor no i vire 
E mo semblan no.m n'esclaire. 
Que que.m n'aujatz dire , 
Si c'ades vos er veyaire 
C'ai talan de rire. 
Tan l'am de bon' amor 
Que manhtas vetz en plor 
Per o que melhor sabor 
M'en an li sospire.

VI

Messatgers, vai e cor, 
E di.m a la gensor 
La pena e la dolor 
Que.n trac, e.l martire.

J'ai mon coeur si plein de joie

I

J'ai mon coeur si plein de joie 
que tout se dénature pour moi 
la froidure me semble fleur blanche 
vermeille et jaune 
car avec le vent et la pluie 
croît pour moi le bonheur 
c'est pourquoi mon mérite monte et s'élève 
et mon chant s'améliore. 
J'ai au cœur tant d'amour 
de joie et de douceur 
que l'hiver me semble fleur 
et la neige verdure.

II

Je peux aller sans vêtement 
nu dans ma chemise 
car fine amour me protège 
de la froide bise. 
Mais il est fou celui qui dépasse la juste mesure 
et ne se comporte pas comme il faut 
c'est pourquoi j'ai pris soin de moi-même 
depuis que j'ai requis 
d'amour la plus belle 
dont j'espère tant d'honneur 
qu'au lieu de sa richesse 
je ne veux posséder Pise.

III

Qu'elle me coupe de son amitié 
mais j'ai bien confiance 
car j'en ai du moins conquis 
la belle apparence 
et j'en ai à souhait 
tant de bonheur 
que le jour où je l'aurai vue 
je n'aurai pas de peine. 
Mon cœur est près d'amour 
car mon esprit court là-bas 
mais mon corps est ici 
ailleurs, loin d'elle, en France.

IV

Moi, j'ai d'elle une bonne espérance 
mais cela m'avantage peu 
car elle me maintient ainsi en équilibre 
comme un bateau sur l'onde. 
Je ne sais où me cacher 
de la mauvaise pensée qui m'abaisse 
toute la nuit je me tourne et m'élance 
sur le bord [du lit] 
j'ai une plus grande peine d'amour 
que Tristan, l'amoureux 
qui souffrit maintes douleurs 
pour Yseut la blonde.

.

 

V

Ah! Dieu! que ne suis-je une hirondelle 
qui volerait dans l'air 
et viendrait dans la nuit profonde 
là-bas dans sa demeure ? 
Noble dame joyeuse 
votre amant se meurt! 
j'ai peur que le cœur ne me fonde 
si cela dure beaucoup! 
Madame, pour votre amour 
je joins les mains et j'adore. 
Corps gentil à la fraîche couleur 
vous me faites endurer un grand mal  ! 

VI

Dans le monde il n'existe rien 
qui me donne autant de souci 
de sorte que, quand j'entends parler d'elle 
mon cœur se tourne vers elle 
et mon visage s'illumine 
quoi que vous m'entendiez dire 
il vous semblera toujours 
que j'ai envie de rire. 
je l'aime tant de bon amour 
que maintes fois j'en pleure 
parce que mes soupirs 
en ont une meilleure saveur.

VII

Messager, va et cours 
et dit de ma part à la plus gentille 
la peine et la douleur 
que je souffre et le martyre

XXXII : Lancan vei per mei la landa - l'Amour est un aimant qui attire les coeurs - Quand je vois au milieu de la lande - A26 B32

Lancan vei per mei la landa

I

Lancan vei per mei la landa 
Dels arbres chazer la folha, 
Ans que.lh frejura s'espanda 
Ni.l gens termini s'esconda, 
M'es bel que si' auzitz mos chans, 
Qu'estat n'aurai mais de dos ans, 
E cove que.n fass' esmenda.

II

Mout m'es greu que ja reblanda 
Celeis que vas me s'orgolha, 
Car si mos cors re.lh demanda, 
No.lh platz que mot m'i responda. 
Be m'auci mos nescis talans, 
Car sec d'amor los bels semblans 
E no ve c'amors lh'atenda.

III

Tan sap d'engenh e de ganda 
C'ades cuit c'amar me volha. 
Be doussamen me truanda , 
C'ab bel semblan me confonda 
Domna, so no.us es nuls enans, 
Que be cre qu'es vostres lo dans, 
Cossi que vostr'om mal prenda.

IV

Deus, que tot lo mon garanda, 
Li met' en cor que m'acolha, 
C'a me no te pro vianda 
Ni negus bes no.m aonda. 
Tan sui vas la bela doptans, 
Per qu'e.m ren a leis merceyans: 
Si.lh platz, que.m don o que.m venda 

 

V

Mal o fara, si no.m manda 
Venir lai on se despolha, 
Qu'eu sia per sa comanda 
Pres del leih, josta l'esponda , 
E.lh traya.ls sotlars be chaussans, 

A genolhs et umilians, 
Si.lh platz que sos pes me tenda .

VI

Faihz es lo vers tot a randa, 
Si que motz no.i deschapdolha, 
Outra la terra normanda, 
Part la fera mar prionda ! 

E si.m sui de midons lonhans, 
Vas se.m tira com azimans 
La bela cui Deus defenda.

VII

Si.l reis engles e.l ducs normans 
O vol, eu la veirai abans 
Que l'iverns nos sobreprenda. 

Pel rei sui engles e normans, 
E si no fos Mos Azimans, 
Restera tro part calenda .

XXXIII : Estat ai com om esperdutz - la jalousie rend le coeur plus volage - j'ai été comme un homme éperdu A19 B33

Estat ai com om esperdutz

I

Estat ai com om esperdutz 
Per amor un lonc estatge, 
Mas era.m sui reconogutz 
Qu'eu avia faih folatge! 
C'a totz era de salvatge , 
Car m'era de chan recrezutz ! 
Et on eu plus estera mutz, 
Mais feira de mon damnatge.

II

A tal domna m'era rendutz 
C'anc no.m amet de coratge, 
E sui m'en tart aperceubutz, 
Que trop ai faih lonc badatge. 
Oi mais segrai son uzatge : 
De cui que.m volha, serai drutz , 
E trametrai per tot salutz 
Et aurai mais cor volatge.

III

Truans volh esser per s'amor, 
E cove c'ab leis aprenda! 
Pero no vei domneyador 
Que menhs de me s'i entenda. 
Mas bel m'es c'ab leis contenda, 
C'autra n'am, plus bel' e melhor, 

Que.m val e m'ayud' e.m socor 
E.m fai de s'amor esmenda.

IV

Aquesta m'a faih tan d'onor, 
Que platz li c'a merce.m prenda! 
E prec la del seu amador 
Que.l be que.m fara, no.m venda 
Ni.m fassa far lonj' atenda , 

Que lonc termini.m fai paor, 
Car no vei malvatz donador 
C'ab lonc respeih no.s defenda . 

 

V

Ma domna fo al comensar 
Franch'e de bela companha! 
E per so la dei mais lauzar 
Que si.m fos fer' et estranha ! 
Dreihz es que domna s'afranha 
Vas celui qui a cor d'amar. 
Qui trop fai son amic preyar, 
Dreihz es c'amics li sofranha. 

VI

Domna, pensem del enjanar 
Lauzengers, cui Deus contranha, 
Que tan com om lor pot emblar 
De joi, aitan s'en gazanha. 
E que ja us no s'en planha 
Loncs tems pot nostr' amors durar, 
Sol can locs er, volham parlar, 

E can locs non er, remanha.

VII

Deu lau encara sai chantar, 

Mal grat n'aya na Dous-Esgar 
E cil a cui s'acompanha .

VIII

Fis-Jois, ges no.us posc oblidar, 
Ans vos am e.us volh e.us tenh char, 

Car m'etz de bela companha .

J'ai été comme un homme éperdu

I

J'ai été comme un homme éperdu 
à cause de l'amour une longue saison durant 
mais à présent j'ai pris conscience 
que j'avais fait une folie 
car j'étais sauvage envers tous 
vu que je m'étais refusé à chanter 
et plus longtemps je serai muet 
plus je contribuerai à mon dommage. 

II

Je m'étais livré à une dame 
qui ne m'aima jamais de tout cœur 
et je me suis aperçu tard 
que j'avais fait trop longue attente. 
Je suivrai désormais son exemple 
de celle qui le désire je serai l' amant 
et j'enverrai en tout lieu des saluts 
et j'aurai un cœur plus volage.

III

Je veux être un trompeur à cause de son amour 
et il convient que j'apprenne avec elle 
pourtant je ne vois pas de courtisan 
qui s'entende en cela moins que moi. 
Mais il me plaît de rivaliser avec elle 
car j'en aime une autre, plus belle et meilleure 
qui m'agrée et m'aide et me secourt 
et qui me dédommage par son amour.

IV

Celle-ci m'a fait tant d'honneur 
qu'il lui plut de m'accorder sa grâce 
et je la supplie moi son amant 
qu'elle ne me vende le bien qu'elle me fera 
ni ne me laisse faire longue attente 
car un terme éloigné me fait peur 
car je ne connais guère de mauvais donneur 
qui ne se défende par de longs délais.

 

 

V

Ma dame fut au commencement 
franche et de bonne compagnie 
aussi dois-je la louer plus 
que si elle me fût cruelle et dédaigneuse 
il est juste que la dame soit complaisante 
envers celui qui a un cœur pour aimer. 
Il est juste qu'à celle qui fait trop longtemps supplier son ami 
l'ami vienne à lui faire défaut.

VI

Dame, songeons comment tromper 
les médisants - Dieu les paralyse ! 
car tout ce qu'on peut leur dérober 
de plaisir c'est autant de gagné. 
Et que personne ne s'en plaigne ! 
Notre amour pourra longtemps durer 
à condition que nous nous parlions en un lieu propice 
et nous taisions quand le lieu est défavorable.

VII

Je loue Dieu que je puisse encore chanter 
en dépit de dame Doux-Regard 
et de celui auquel elle tient compagnie.

VIII

Joie-Pure je ne puis guère vous oublier 
je vous aime, au contraire, vous désire et vous chéris 
car vous m'êtes d'aimable compagnie.

XXXIV : de la lai on son miel desir - le soupirant languit en parcourant longtemps "la carte du tendre" - Là-bas sont mes désirs - B34

Chanso notée par L. BILLET ne figurant pas chez C. APPEL  - en cours d'analyse

Habituellement attribué à Daudes de Prade

 
 

XXXV : estat ai dos ans - on ne peut bien chanter sans aimer - Voilà deux ans - B35

Chanso notée par L. BILLET ne figurant pas chez C. APPEL  - en cours d'analyse

Habituellement attribuée à Elias Cairel (sauf manuscrit R1)

 
 

XXXVI : Lo gens tems de pascor - Souvent femme varie, bien fol qui s'y lie - le beau temps de Pâques - A28 B36

Lo gens tems de pascor

I

Lo gens tems de pascor 
Ab la frescha verdor 
Nos adui folh' e flor 
De diversa color, 
Per que tuih amador 
Son gai e chantador 
Mas eu, que planh e plor, 
C'us jois no m'a sabor.

II

A totz me clam , senhor 
De midons e d'Amor, 
C'aicist dui traidor, 
Car me fiav'en lor, 
Me fan viur' a dolor 
Per ben e per onor 
C'ai faih a la gensor, 
Que no.m val ni.m acor.

III

Pen' e dolor e dan 
N'ai agut, e n'ai gran, 
Mas sofert o ai tan . 
No m'o tenh ad afan! 
C'anc no vitz nulh aman, 
Melhs ames ses enjan, 
Qu'eu no.m vau ges chamjan 
Si com las domnas fan.

IV

Pois fom amdui efan, 
L'am ades e la blan ! 
E.s vai m'amors doblan 
A chascu jorn del an. 
E si no.m fai enan 
Amor e bel semblan, 
Cant er velha, .m deman 
Que l'aya bo talan
.

V

Las e viure que.m val, 
S'eu no vei a jornal 
Mo fi joi natural 
En leih, sotz fenestral, 
Cors blanc tot atretal 
Com la neus a nadal, 
Si c'amdui cominal 
Mesurem s'em egal 

 

VI

Anc no vitz drut leyal, 
Sordeis o aya sal, 
Qu'eu l'am d'amor coral, 
Ela.m ditz :no m'en chal. 
Enans ditz que per al 
No m'a ira mortal . 
E si d'aisso.m vol mal, 
Pechat n'a criminal.

VII

Be for'oimais sazos, 
Bela domna e pros, 
Que.m fos datz a rescos 
En baizan guizardos, 
Si ja per als no fos, 
Mas car sui enveyos, 
C'us bes val d'autres dos, 
Can per fors' es faihz dos.

VIII

Can vei vostras faissos 
E.ls bels olhs amoros, 
Be.m meravilh de vos 
Com etz de mal respos. 
E sembla.m trassios, 
Can om par francs e bos 
E pois es orgolhos 
Lai on es poderos.

IX

Bel Vezer, si no fos 
Mos enans totz en vos , 
Laissat agra chansos 
Per mal dels enoyos.

XXXVII : Can par la flors josta.l vert folh - Si l'on meurt pour bien aimer, moi j'en mourrai - Quand paraît la fleur près de la verte feuille - A41 B37

Can par la flors josta.l vert folh

I

Can par la flors josta.l vert folh 
E vei lo tems clar e sere 
E.l doutz chans dels auzels pel brolh 

M'adousa lo cor e.m reve, 
Pos l'auzel chanton a lor for, 
Eu, c'ai mais de joi en mo cor, 
Dei be chantar, pois tuih li mei jornal 

Son joi e chan, qu'eu no pes de ren al.

II

Cela del mon qued eu plus volh, 
E mais l'am de cor e de fe, 
Au de joi mos dihz e.ls acolh 
E mos precs escout' e rete. 
E s'om ja per ben amar mor, 
Eu en morrai, qu'ins en mo cor 
Li port amor tan fin' e natural 
Que tuih son faus vas me li plus leyal.

III

Be sai la noih, can me despolh, 
El leih qu'eu no dormirai re . 
Lo dormir pert, car eu lo.m tolh 
Per vos, domna, don me sove! 
Que lai on om a so tezor, 
Vol om ades tener so cor . 
S'eu no vos vei, domna, don plus me cal, 
Negus vezers mo bel pesar no val . 

IV

Can me membra com amar solh 

La fausa de mala merce, 
Sapchatz que tal ira me colh , 

Per pauc vius de joi no.m recre. 

Domna, per cui chan e demor , 
Per la bocha.m feretz al cor 
D'un doutz baizar de fin' amor coral, 
Que.m torn en joi e.m get d'ira mortal

 

V

Tals n'i a qued an mais d'orgolh, 
Can grans jois ni grans bes lor ve! 

Mas eu sui de melhor escolh 
E plus francs, can Deus me fai be. 
C'ora qu'eu fos d'amor a l'or, 
Eu sui de l'or vengutz al cor. 
Merce, domna non ai par ni engal. 
Res no.m sofranh, sol que Deus vos me sol

VI

Domna, si no.us vezon mei olh, 
Be sapchatz que mos cors vos ve! 
E no.us dolhatz plus qu'eu me dolh . 
Qu'eu sai c'om vos destrenh per me. 

Mas, si.l gelos vos bat' de for, 
Gardatz qu'el no vos bat'al cor . 
Si'us fai enoi, e vos lui atretal, 
E ja ab vos no gazanh be per mal

VII

Mo Bel-Vezer gart Deus d'ir' e de mal, 

S'eu sui de lonh, e de pres atretal 

Sol Deus midons e mo Bel-Vezer sal, 
Tot ai can volh, qu'eu no deman ren al .

Lorsque paraît la fleur parmi le vert feuillage

I

Lorsque paraît la fleur parmi le vert feuillage
et que je vois le temps clair et serein 
et quand le doux chant des oiseaux dans le bois 
m'apaise le cœur et me ranime 
je dois puisque les oiseaux chantent à leur manière 
chanter encore mieux car moi j'ai plus de joie au cœur 
et puisque toutes mes journées 
ne sont que joie et chant et je ne pense à n'en d'autre.

II

Celle que je désire le plus au monde 
et aime le plus de tout cœur et de bonne foi 
écoute avec joie mes paroles et les accueille 
prête oreille à mes prières et les retient. 
Et si jamais quelqu'un meurt d'amour fidèle 
moi j'en mourrai, car au fond de mon cœur 
je lui porte un amour si sincère et naturel 
que comparés à moi, les plus sincères sont tous faux.

III

Je sais bien, la nuit quand je me déshabille 
qu'au lit je ne dormirai pas. 
Je perds le sommeil, car je m'en prive 
pour vous, dame, dont il me souvient 
car là où l'on a son trésor 
on veut toujours y avoir son coeur. 
Si je ne vous vois pas, dame, vous dont je ne puis me passer 
aucune vision ne vaut mes douces pensées.

IV

Quand il me souvient comme j'aimais 
cette femme déloyale et sans pitié 
sachez qu'une telle tristesse me saisit 
que peu s'en faut que je renonce vivant à la joie. 
Dame, pour qui je chante et persiste à vivre 
par la bouche blessez-moi au cœur 
un doux baiser d'amour sincère et cordial 
qui me rende à la joie et me sauve de tristesse mortelle !

 

V

Il y en a qui ressentent trop d'orgueil 
quand une grande joie ou un grand bonheur leur échoit 
mais moi je suis d'une autre classe 
et suis noble quand Dieu m'accorde un bien. 
Car si j'ai été jadis à la lisière de l'amour 
à présent j'ai progressé de la lisière jusqu'à son coeur. 
Ayez pitié, dame ! Je n'ai mon pair ni mon égal. 
Rien ne me manque, pourvu que Dieu vous sauvegarde pour moi !

V

Dame, si mes yeux ne vous voient point 
sachez pourtant que mon coeur vous voit 
n'ayez peine plus grande que la peine que j'ai 
car je sais qu'on vous tourmente à cause de moi. 
Mais si le Jaloux vous bat le corps 
gardez-vous qu'il ne touche votre coeur. 
S'il vous cause du chagrin, rendez-lui la pareille 
et qu'il ne gagne jamais de vous un bien pour un mal

VI

Puisse Dieu protéger mon Bel Vezer de la tristesse et des maux 
quand je suis loin et de même quand je suis près d'elle.

VII

J'ai tout ce que je désire et ne demande rien d'autre 
pourvu que Dieu sauvegarde mon amour et mon Bel Vezer. 

XXXVIII : Can vei la flor, l'erba vert e la folha - l'Amour crée un partage égal entre les coeurs - Quant je vois les fleurs, l'herbe sauvage et les feuilles - A42 B38

Can vei la flor, l'erba vert e la folha

I

Can vei la flor, l'erba vert e la folha 

Et au lo chan dels auzels pel boschatge, 
Ab l'autre joi, qu'eu ai en mo coratge, 
Poya mos chans ! e nais e creis e brolha. 

E no m'es vis c'om re poscha valer, 
S'eras no vol amor et joi aver, 
Pus tot can es s'alegr' e s'esbaudeya.

II

Ja no crezatz qu'eu de joi me recreya 
Ni.m lais d'amar per dan c'aver en solha, 
Qu'eu non ai ges en poder que m'en tolha, 
C'amors m'asalh, que'm sobresenhoreya 
E.m fai amar cal que.lh plass', e voler. 
E s'eu am so que no.m deu eschazer, 
Forsa d'amor m'i fai far vassalatge.

III

Mas en amor non a om senhoratge, 
E qui l'i quer, vilanamen domneya, 
Que re no vol amors qu'esser no deya. 
Paubres e rics fai amdos d'un paratge! 
Can l'us amics vol l'autre vil tener, 
Pauc pot amors ab ergolh remaner, 
Qu'ergolhs dechai e fin' amors capdolha.

IV

Eu sec cela que plus vas me s'ergolha 
E cela fuih que.m fo de bel estatge, 
C'anc pois no vi ni me ni mo messatge 
Per qu'es be sal que ja doncs no m'acolha ! 
Mas dreih l'en fatz, qu'eu m'en fatz fol parer, 
Car per cela que.m torn' en no-chaler, 
Estauc aitan de leis que no la veya . 

 

V

Mas costum' es tostems que fols foleya, 
E ja non er qu'el eis lo ram no colha 
Que.l bat e.l fer , per c'ai razo que.m dolha, 
Car anc me pres d'autrui amor enveya. 
Mas, fe qu'eu dei leis e mo Bel-Vezer, 
Si de s'amor me torn' en bon esper, 

Ja mais vas leis no farai vilanatge.

VI

Ja no m'aya cor felo ni sauvatge, 

Ni contra me mauvatz cosselh no creya, 
Qu'eu sui sos om liges, on que m'esteya, 
Si que de sus del chap li ren mo gatge ! 
Mas mas jonchas li venh a so plazer, 

E ja no.m volh mais d'a sos pes mover, 
Tro per merce.m meta lai o.s despolha.

VII 

L'aiga del cor, c'amdos los olhs me molha, 
M'es be guirens qu'eu penet mo folatge , 
E conosc be, midons en pren damnatge 
S'ela tan fai que perdonar no.m volha. 
Pois meus no sui et ilh m'a en poder, 
Mais pert ilh qu'eu en lo meu dechazer ! 
Per so l'er gen s'ab son ome plaideya.

VIII

Mo messatger man a mo Bel-Vezer, 
Que cilh que.m tolc lo sen e lo saber, 
Me tol midons e leis , que no la veya.

IX

Amics Tristans, car eu no.us posc vezer, 
A Deu vos do, cal que part que m'esteya.

 
 

XXXIX : Ab joi mou lo vers e.l comens - l'Amour doit rester secret - Avec joie je façonne les vers et les commence - A01 B39

Ab joi mou lo vers e.l comens

I

Ab joi mou lo vers e.l comens 

Et ab joi reman e fenis! 
E sol que bona fos la fis, 
Bos tenh qu'er lo comensamens. 
Per la bona comensansa 
Me ve jois et alegransa ! 
E per so dei la bona fi grazir, 
Car totz bos faihz vei lauzar al fenir.

II

Si m'apodera jois e.m vens: 
Meravilh' es com o sofris 
Car no dic e non esbruis 
Per cui sui tan gais e jauzens ! 
Mas greu veiretz fin' amansa 
Ses paor e ses doptansa , 
C'ades tem om vas so c'ama, falhir, 

per qu'eu no.m aus de parlar enardir.

III 

D'una re m'aonda mos sens 
qu'anc nulhs om mo joi no.m enquis 
qu'eu volonters no l'e, mentis 
car no.m par bos essenhamens, 
Ans es foli' et efansa 
Qui d'amor a benanansa 
Ni.n vol so cor ad autre descobrir, 
Si no l'en pot o valer o servir.

IV

Non es enois ni falhimens 
Ni vilania, so m'es vis, 
Mas d'ome can se fai devis 
D'autrui amor ni conoissens. 
Enoyos e que.us enansa, 
Si.m faitz enoi ni pesansa 
Chascus se vol de so mestier formir! 
Me cofondetz, e vos no.n vei jauzir. 

 

V

Ben estai a domn' ardimens 
Entr' avols gens e mals vezis ! 

E s'arditz cors no l'afortis, 
Greu pot esser pros ni valens ! 
Per qu'eu prec, n'aya membransa 
La bel'en cui ai fiansa, 
Que no.s chamje per paraulas ni.s vir, 
Qu'enemics c'ai, fatz d'enveya morir.

VI

Anc sa bela bocha rizens 

Non cuidei, baizan me trais, 
Car ab un doutz baizar m'aucis, 
Si ab autre no m'es guirens ! 
C'atretal m'es per semblansa 
Com de Pelaus la lansa, 
Que del seu colp no podi' om garir, 
Si autra vetz no s'en fezes ferir.

VII

Bela domna, .l vostre cors gens 
E.lh vostre belh olh m'an conquis, 
E.l doutz esgartz e lo clars vis, 
E.l vostre bels essenhamens, 
Que, can be m'en pren esmansa, 
De beutat no.us trob egansa : 
La genser etz c'om posch' el mon chauzir, 
O no i vei clar dels olhs ab que.us remir.

VIII

Bels Vezers, senes doptansa 
Sai que vostre pretz enansa, 
Que tantz sabetz de plazers far e dir: 
De vos amar no.s pot nuls om sofrir.

IX

Ben dei aver alegransa, 
Qu'en tal domn' ai m'esperansa, 
Que, qui.n ditz mal, no pot plus lag mentir, 
E qui.n ditz be, no pot plus bel ver dir.

 
 

XL : Lo rossinhols s'esbaudeya - l'Amoureux obéit à sa Dame comme la feuille au vent - le rossignol laisse éclater sa joie - A29 B40

Lo rossinhols s'esbaudeya

I

Lo rossinhols s'esbaudeya 
Josta la flor el verjan, 
E pren m'en tan grans enveya 
Qu'eu no posc mudar, no chan! 

Mas no sai de que ni de cui, 
Car eu non am me ni autrui , 
E fatz esfortz, car sai faire 
Bo vers, pois no sui amaire.

II

Mais a d'Amor que domneya 
Ab orgolh et ab enjan 
Que cel que tot jorn merceya 
Ni.s vai trop umilian ! 
C'a penas vol Amors celui 
Qu'es francs e fis, si com eu sui. 
So m'a tout tot mon afaire 
C'anc no fui faus ni trichaire.

III

C'aissi com lo rams si pleya 
Lai o.l vens lo vai menan, 
Era vas lei que.m guerreya, 
Aclis per far so coman. 
Per aisso m'afol' e.m destrui, 
Don a mal linhatge redui ! 
C'ams los olhs li don a traire, 
S'autre tort me pot retraire.

IV

Soven me rept' e.m plaideya 
E.m vai ochaisos troban ! 
E can ilh en re feuneya, 
Vas me versa tot lo dan. 
Gen joga de me e.s desdui, 
Que d'eus lo seu tort me conclui. 
Mas ben es vertatz que laire 
Cuida, tuih sion sei fraire 

 

V

Om no la ve que no creya 
Sos bels olhs e so semblan, 
E no cre qu'ilh aver deya 
Felo cor ni mal talan ! 
Mas l'aiga que soau s'adui, 
Es peyer que cela que brui. 
Enjan fai qui de bon aire 
Sembla e non o es gaire.

VI

De tot loc on ilh esteya, 
Me destolh e.m vau lonhan, 
E per so que no la veya 
Pas li mos olhs claus denan. 
Car cel sec Amors que.s n'esdui 
E cel l'enchaussa qu'ela fui . 
Ben ai en cor del estraire 
Tro que vas midons repaire.

VII

Ja non er, si tot me greya, 

Qu'enquer fin e plaih no.lh man ! 
Que greu m'es c'aissi.m recreya 
Ni perda tan lonc afan. 
A sos ops me gart e.m estui , 
E si non em amic amdui, 
D'autr' amor no m'es veyaire 
Que ja mais mos cors s'esclaire.

VIII

Enaissi fos pres com eu sui 
Mos Alvernhatz, e foram dui, 
Que plus no.s pogues estraire 
D'En Bel Vezer de Belcaire.

IX

Tristan, si no.us es veyaire, 
Mais vos am que no solh faire .

 
 

XLI : Ben m'an perdut lai enves Ventadorn - la flamme de l'Amour brûle plus fort que le feu du four - Ils m'ont bien perdu là-bas du côté de Ventadour - A12 B41

Ben m'an perdut lai enves Ventadorn

I

Ben m'an perdut lai enves Ventadorn 

Tuih mei amic, pois ma domna no m'ama! 
Et es be dreihz que ja mais lai no torn, 

C'ades estai vas me salvatj' e grama. 
Ve.us per que.m fai semblan irat e morn: 
Car en s'amor me deleih e.m sojorn 
Ni de ren als no.s rancura ni.s clama

II 

Aissi co.l peis qui s'eslaiss' el cadorn 
E no.n sap mot, tro que s'es pres en l'ama, 
M'eslaissei eu vas trop amar un jorn , 
C'anc no.m gardei, tro fui en mei la flama, 
Que m'art plus fort, no.m feira focs de forn! 
E ges per so no.m posc partir un dorn, 
Aissi.m te pres d'amors e m'aliama.

III

No.m meravilh si s'amors me te pres, 

Que genser cors no crei qu'el mon se mire: 
Bels e blancs es, e frescs e gais e les 
E totz aitals com eu volh e dezire. 
No posc dir mal de leis, que non i es! 
Qu'e.l n'agra dih de joi, s'eu li saubes! 
Mas no li sai, per so m'en lais de dire.

 

IV

Totz tems volrai sa onor e sos bes 
E.lh serai om et amics e servire, 
E l'amarai, be li plass' o be.lh pes, 
C'om no pot cor destrenher ses aucire. 

No sai domna, volgues o no volgues, 
Si.m volia, c'amar no la pogues. 
Mas totas res pot om en mal escrire.

V

A las autras sui aissi eschazutz ! 
La cals se vol me pot vas se atraire, 
Per tal cove que no.m sia vendutz 

L'onors ni.l bes que m'a en cor a faire! 
Qu'enoyos es preyars, pos er perdutz! 
Per me.us o dic, que mals m'en es vengutz, 
Car trait m'a la bela de mal aire.

VI

En Proensa tramet jois e salutz 
E mais de bes c'om no lor sap retraire! 
E fatz esfortz, miracles e vertutz, 
Car eu lor man de so don non ai gaire, 
Qu'eu non ai joi, mas tan can m'en adutz 
Mos Bels Vezers e'n Fachura, mos drutz, 
E'n Alvernhatz, lo senher de Belcaire.

VII

Mos Bels Vezers, per vos fai Deus vertutz 
Tals c'om no.us ve que no si' ereubutz 
Dels bels plazers que sabetz dir e faire .

Ils m'ont bien perdu la-bas du côté de Ventadour

I

Ils m'ont bien perdu là-bas du côté de Ventadour 
tous mes amis puisque ma dame ne m'aime pas 
et il est juste que je n'y retourne jamais 
car elle est envers moi toujours sauvage et dure. 
Voici pourquoi elle me fait la mine sombre et contrariée 
car en son amour je persiste {à croire) et demeure 
et qu'elle ne se lamente ni se plaint de rien d'autre.

II

Ainsi que le poisson qui s'élance sur l'appât 
et ne sait rien jusqu'à ce qu'il ne soit pris à l'hameçon 
je me suis élancé un jour vers un amour trop grand 
sans y prendre garde jusqu'à ce qu'il m'enflamme 
qu'il me consume plus fortement que ne le ferait le feu du four 
et malgré cela je ne puis m'en éloigner d'un pouce 
ainsi elle me tient prisonnier d'amour et elle m'enchaine.

III

Je ne m'étonne pas que son amour me retienne 
car je crois qu' un corps plus noble ne peut se voir au monde 
il est beau et blanc, jeune, plaisant et lisse 
et tout à fait comme je l'aime et le désire. 
Je ne puis dire de mal d'elle, car elle n'a pas de défauts 
j'en aurais parié avec joie si je lui en connaissais 
mais je ne lui en sais pas donc je m'abstiens d'en parler.

 

 

IV

Je voudrai toujours son honneur et son bien 
et je serai son homme(-lige) son ami et son serviteur 
je i'aimerai s'il lui plaisait bien ou que cela lui pèse 
car on ne peut forcer un cœur sans le tuer. 
Je ne connais de femme qu'elle le veuille ou non 
que je ne puisse aimer si je voulais 
mais toute chose on peut l'inscrire en mal. 

V

Aux autres femmes je suis ainsi destiné 
celle qui veut peut m'attirer à elle 
pour autant que ne me soit pas vendu 
le bien et l'honneur que j'ai à répandre en cour 
car il est ennuyeux d'implorer quand ce sera en vain 
je vous le dis par expérience, il m'en est venu grand mal 
car elle m'a trahi la belle perfide.

VI

J'envoie en Provence joie et saluts 
et plus de bien qu'on ne saurai leur raconter 
je m'évertue, je fais des efforts et des miracles 
car je leur envoie ce dont je n'ai guère moi-même 
car je n'ai de joie sinon que m'accorde 
mon Bel Vezer et Fachura mon ami 
et Alvemhatz le seigneur de Beaucaire.

VII

Mon Bel Vezer pour vous Dieu fait des miracles 
au point que personne ne peut vous voir sans être ravi 
des choses plaisantes que vous savez dire et faire. 

XLII : ab gran joi mou maintas vetz e comensa -L'amour est difficilement fidèle - Avec grande joie je fais maintes fois et je commence - A6B b42

Chanso notée par L. BILLET ne figurant pas chez C. APPEL  - en cours d'analyse

Habituellement attribuée à PEIROLS 

XLIII : Ja mos chantars no m'er onors - l'Amour courtois requiert l'humilité et la discrétion - Jamais mes chants ne me furent un honneur - A22 B43

Ja mos chantars no m'er onors

I

Ja mos chantars no m'er onors 
Encontral gran joi c'ai conques, 

C'ades m'agr' ops, si tot s'es bos, 
Mos chans fos melher que non es. 

Aissi com es l'amors sobrana, 
Per que mos cors melhur' e sana, 
Deuri' esser sobras lo vers qu'eu fatz 
Sobre totz chans, e volgutz e chantatz.

II

Ai Deus can bona for' amors 
De dos amics, s'esser pogues 
Que ja us d'aquestz enveyos 
Lor amistat no conogues !
Cortezia, mout etz vilana 
C'az aquesta fausa gen vana 
Fatz conoisser semblans ni amistatz, 
C'ar' es cortes lo plus mal essenhatz !

III

Per merce prec als amadors, 
Chascus per se cossir e pes 
Del segle com es enoyos 
E can pauc n'i a de cortes 
C'amors, pois om per tot s'en vana, 
Non es amors, mas es ufana, 
Et es enois, vilani' e foudatz, 
Qui no gara cui deu esser privatz .

IV

Si tot m'es vergonh' e paors, 
Blasmat m'er d'Amor! mas be.m pes, 
Car aquest lauzars no m'es pros 
E pois mos conortz no.n es res! 
Qu'eu vei que de nien m'apana 
Cilh que no.m vol esser umana, 
E car no.n posc aver joi ni solatz, 

Chan per conort cen vetz que sui iratz.

 

V

Chauzit ai entre las melhors 
La melhor qued anc Deus fezes! 
Mas tan a va cor e doptos 
Qu'er' ai leis, era no.n ai ges . 
Que val aitals amors aurana, 
Can ges no pot una setmana 
Us bos amics ab l'autr' estar en patz 
Ses grans enois e ses enemistatz ?

VI

Tostems sec joi ir' e dolors 
E tostems ira jois e bes 
Et eu no cre, si jois no fos, 
C'om ja saubes d'ira que.s es. 
Qu'eu pert per falsa laus umana 
Tal joi de fin' amor certana 
Que, qui.m mezes tot lo mon ad un latz, 
Eu preira.l joi per cui sui enjanatz.

VII

Bela domna, vostre socors 
M'auria mester, se.us plagues, 
Que molt m'es mal' aquist preizos, 
En c'Amors m'a lassat e pres. 
A Deus can malamen m'afana, 
Can so que.m trais e m'enjana 
M'aven amar, si tot me pez' o.m platz 
Era sai eu qu'eu sui apoderatz.

VIII

Mas d'aisso fai trop que vilana 
Ma dona, qar aissi.m soana, 
Car de l'afan no me val amistatz 
Tan qu'eu disses que sui malhs sos privatz.

IX

Messatger, vai t'en via plana 
A mon Romeu, lai vas Viana, 
E digas li qu'eu lai fora tornatz, 
Si mos De-Cor m'agues salutz mandatz.

 
 

XLIV : A ! tantas bonas chansos - L' Amour doit rester secret - Ah ! Tant de bonnes chansons - A08 B44

A ! tantas bonas chansos

I

A ! tantas bonas chansos 
E tan bo vers aurai faih, 
Don ja no.m mezer' en plaih , 

Domna, si.m pesses de vos 
Que fossetz vas me tan dura. 
Aras sai qu'e.us ai perduda 
Mas sivals no m'etz tolguda 
En la mia forfachura.

II

Vers es que manhtas sazos 
M'era be dih e retraih 
Que m'estara mal e laih 
C'ames et amatz no fos. 
Mas lai on Amors s'atura, 
Er greu forsa defenduda, 
Si so coratge no muda 
Si c'alhors meta sa cura.

III

Mas era sui tan joyos 
Que no.m sove del maltraih. 
D'ira e d'esmai m'a traih 
Ab sos bels olhs amoros, 
De que.m poizon' e.m fachura, 
Cilh que m'a joya renduda, 
C'anc pois qu'eu l'agui veguda, 
Non agui sen ni mezura.

IV

Mout i fetz Amors que pros, 
Car tan ric joi m'a pertraih. 
Tot can m'avia forfaih, 
Val ben aquest guizerdos. 
Aissi.l fenis ma rancura, 
Que sa valors e s'ayuda 
M'es a tal cocha venguda : 
Totz sos tortz i adrechura.

 

V

Qui ve sas belas faissos, 
Ab que m'a vas se atraih, 
Pot be saber atrazaih 
Que sos cors es bels e bos 
E blancs sotz la vestidura 
--Eu non o dic mas per cuda -- 
Que la neus, can ilh es nuda , 
Par vas lei brun' et escura.

VI

Domna, si' st fals enveyos, 
Que mainh bo jorn m'an estraih, 
S'i metion en agaih 
Per saber com es de nos, 
Per dih d'avol gen tafura 
Non estetz ges esperduda: 
Ja per me non er saubuda 
L'amors! be.n siatz segura !

VII

Bels Vezers, un'aventura 
Avetz, et es ben saubuda: 
Qued om que.us aya veguda, 
De vos no fara rancura.

VIII

Chanso, vai t'en a La Mura 
Mo Bel Vezer me saluda. 
Qui c'aya valor perduda, 
La sua creis e melhura.

 

 
 

XLV : Anc no gardei sazo ni mes - Tourments et joie de l'amour - Jamais je ne pris garde à la saison et au mois - A05 B45

Anc no gardei sazo ni mes 

I

Anc no gardei sazo ni mes 

Ni can flors par ni can s'escon 

Ni l'erba nais delonc la fon, 
Mas en cal c'oras m'avengues 
D'amor us rics esjauzimens, 
Tan me fo bels comensamens 
Qu'eu cre c'aquel tems senhorei ;

II

Be l'agra per fol qui.m disses 

Tro aras, qu'en sui tan prion, 
Que ja.m tengues tan deziron 
Amors qu'eu morir en pogues ! 

Mas aras sen e sui sabens 
Que totz autres mals es niens 
Vas lo dezir ab pauc d'esplei.

III

A tan doussetamen me pres 
La bela qui.m te jauzion, 
Qued eu no.m posc saber vas on 
Re mais tan ben amar pogues ! 

Car, on plus l'esgar, plus me vens 
S'amors, e.m dobla mos talens 
On eu mais d'autras domnas vei.

 

IV

Depus anc la vi m'a conques, 
Per que no l'er gen si.m cofon, 
Car volh mais perdre.ls olhs del fron 
Qu'eu ja re fassa c'a leis pes. 
D'aitan com poira, 'n essiens 
No volh que.m si' adiramens, 
Que Deus aya faih de mi rei.

V

Tota gens ditz que Vianes 
Es la melher terra del mon 
E las melhors domnas i son ! 
Doncs sabon tuih c' aisso vers es 
C'aicestas son las plus valens, 
E midons, que totas las vens, 
Es la melher qued el mon sei !

Jamais je ne pris garde à la saison et au mois

Jamais je ne pris garde à la saison et au mois        Ni au moment où les fleurs paraîssent ou disparaîssent                                                               Ni à l'herbe qui pousse autour de la fontaine 

 

XLVI : Per melhs cobrir lo mal pes e.l cossire - Tourments et joies de l'Amour - Pour mieux cacher les pénibles pensées et les soucis - A35 B46

Per melhs cobrir lo mal pes e.l cossire

I

Per melhs cobrir lo mal pes e.l cossire 
Chan e deport et ai joi e solatz ! 

E fatz esfortz car sai chantar ni rire, 
Car eu me mor e nul semblan no.n fatz! 
E per Amor sui si apoderatz, 
Tot m'a vencut a forsa e a batalha .

II

Anc Deus no fetz trebalha ni martire, 

Ses mal d'amor, qu'eu no sofris en patz! 
Mas d'aquel sui, si be.m peza, sofrire, 
C'Amors mi fai amar lai on li platz! 
E dic vos be que s'eu no sui amatz, 
Ges no reman en la mia nualha.

III

Midons sui om et amics e servire, 

E no.lh en quer mais autras amistatz 
Mas c'a celat los seus bels olhs me vire, 
Que gran be.m fan ades can sui iratz! 
E ren lor en laus e merces e gratz, 

Qu'el mon non ai amic que tan me valha.

IV

Molt me sap bo lo jorn qu'eu la remire: 
La boch' e.ls olhs e.l fron e.ls mas e.ls bratz 
E l'autre cors, que res no.n es a dire 
Que no sia belamen faissonatz. 
Gensor de leis no poc faire Beltatz, 

Per qu'eu m'en ai gran pen' e gran trebalha. 

 

V

A mo talen volh mal, tan la dezire, 
E pretz m'en mais, car eu fui tan auzatz 
Qu'en tan aut loc auzei m'amor assire, 
Per qu'eu m'en sui conhdes et ensenhatz. 
E can la vei, sui tan fort envezatz: 
Veyaire m'es que.l cors al cel me salha.

VI

Dins en mo cor me corrotz e.m azire, 

Car eu sec tan las mias volontatz.

 Mas negus om no deu aital re dire, 
C'om no sap ges com s'es aventuratz. 

Que farai doncs dels bels semblans privatz 
Falhirai lor mais volh que.l mons me falha

VII

Ab lauzengers non ai ren a devire, 
Car anc per lor no fo rics jois celatz. 

E dic vos tan que per mon escondire 
Et ab mentir lor ai chamjatz los datz .

 Ben es totz jois a perdre destinatz 
Quez es perdutz per la lor devinalha.

VIII

Corona, man salutz et amistatz,

E prec midons que m'ayut e me valha.

IX 


E que.m volha, sia sens o foudatz, 

No.m pot esser ni afans ni trebalha.

 
 

XLVII : La dousa votz ai auzida - Compter sur la dame infidèle est une espérance "bretonne" - La douce voix j'ai entendue - A23 B47

La dousa votz ai auzida

I

La dousa votz ai auzida  
Del rosinholet sauvatge, 
Et es m'ins el cor salhida 
Si que tot lo cosirer 
E.ls mals traihz qu'amors me dona, 
M'adousa e m'asazona. 
Et auria.m be mester 
L'autrui jois al meu damnatge.

II

Ben es totz om d'avol vida 
C'ab joi non a son estatge 
E qui vas amor no guida 
So cor e so dezirer ! 
Car tot can es s'abandona 
Vas joi e refrim' e sona : 
Prat e deves e verger, 
Landas e pla e boschatge.

III

Eu, las cui Amors oblida, 
Que sui fors del dreih viatge, 
Agra de joi ma partida, 
Mas ira.m fai destorber! 
E no sai on me repona 
Pus mo joi me desazona! 
E no.m tenhatz per leuger 
S'eu dic alcu vilanatge.

IV

Una fausa deschauzida 
Trairitz de mal linhatge 
M'a trait et es traida, 
E colh lo ram ab que.s fer ! 
E can autre l'arazona, 
D'eus lo seu tort m'ochaizona ! 
Et an ne mais li derrer 
Qu'eu, qui n'ai faih lonc badatge. 

 

V

Mout l'avia gen servida 
Tro ac vas mi cor volatge !

 E pus ilh no m'es cobida, 
Mout sui fols, si mais la ser. 
Servirs c'om no gazardona, 
Et esperansa bretona 
Fai de senhor escuder 
Per costum e per usatge.

VI

Pois tan es vas me falhida, 
Aisi lais so senhoratge, 
E no volh que.m si'aizida 
Ni ja mais parlar no.n quer. 
Mas pero qui m'en razona, 
La paraula m'en es bona, 
E m'en esjau volonter 
E.m n'alegre mo coratge.

VII

Deus li do mal' escharida 
Qui porta mauvais mesatge, 
Qu'eu agra amor jauzida, 
Si no foso lauzenger . 
Fols es qui ab sidons tensona, 
Qu'e.lh perdo s'ela.m perdona, 
E tuih cilh son mesonger 
Que.m n'an faih dire folatge

VIII

Lo vers mi porta, Corona, 
Lai a midons a Narbona, 
Que tuih sei faih son enter, 
C'om no.n pot dire folatge .

 
 

XLVIII : A! s'ieu pogues m'aventura saber - Le feu de l'Amour me fait mourir et vivre - Ah si je pouvais savoir ma chance - B48

Chanso notée par L. BILLET ne figurant pas chez C. APPEL  - en cours d'analyse

Habituellement attribuée à Bernartz de Prades

XLIV : en Amor trob tant de mal seignoratge - Toutes les femmes sont filles d'Eve - En Amour je trouve tellement de mauvaise seigneurie B49

Chanso notée par L. BILLET ne figurant pas chez C. APPEL  - en cours d'analyse

Habituellement attribuée à Daude de Prades 

L : Bel m'es qu'eu chan en aquel mes - Je sais bien que je mourrai d'Amour - Il me plaît de chanter en ce mois - A10 B50

Bel m'es qu'eu chan en aquel mes

I

Bel m'es qu'eu chan en aquel mes  
Can flor e folha vei parer, 
Et au lo chan doutz pel defes 
Del rossinhol matin e ser. 
Adoncs s'eschai qu'eu aya jauzimen 
D'un joi verai en que mos cors s'aten, 
Car eu sai be que per amor morrai.

II

Amors, e cals onors vos es 
Ni cals pros vo.n pot eschazer, 
S'aucizetz celui c'avetz pres, 
Qu'enves vos no s'auza mover 
Mal vos estai car dols de me no.us pren, 
C'amat aurai en perdos lonjamen 
Celei on ja merce no trobarai !

III

Pois vei que preyars ni merces 
Ni servirs no.m pot pro tener.

Per amor de Deu me fezes 
Ma domna cal que bo saber !
Que gran be fai us paucs de jauzimen 
A cel que trai tan gran mal com eu sen ;
E s'aissi mor, requisitz li serai.

IV

Garit m'agra si m'aucizes, 
C'adoncs n'agra faih son voler. 
Mas eu no cre qu'ela fezes 
Re c'a me tornes a plazer. 
Agra.n esglai e penedera s'en ?

Ja no creirai, no m'am cubertamen, 

Mas cela s'en vas me per plan essai !
 

 

V

Del major tort qu'eu anc lh'agues, 
Vos dirai, si.us voletz, lo ver: 
Amara la, s'a leis plagues, 
E servira.lh de mo poder. 
Mas no s'eschai qu'ilh am tan paubraman ! 
Pero be sai c'assatz for' avinen , 
Que ges amors segon ricor no vai.

VI

Gran mal m'a faih ma bona fes, 
Que.m degra vas midons valer! 
E s'eu ai falhit ni mespres 
Per trop amar ni per temer, 
Doncs, que farai ai las, chaitiu dolen !

C'a totz es mai de bel aculhimen, 
Mas me tot sol azira e dechai.

VII

El mon non es mas una res 
Per qu'eu joya pogues aver! 
E d'aquela no.n aurai ges, 
Ni d'autra no.n posc ges voler. 
Pero si ai per leis valor e sen, 

E.n sui plus gai e.n tenc mo cors plus gen, 
Car s'ilh no fos, ja no m'en meir' en plai !

VIII

Messatger, vai, e porta me corren 
Ma chanso lai, Mo Frances, part Mauren! 
E digas li.m que breumen lo verai .

 
 

LXXI : Bels Monruels aicel qui s'part de vos - A11 B71

Chanso notée par L. BILLET ne figurant pas chez C. APPEL  - en cours d'analyse

Habituellement attribuée à anonyme pouvant provenir d'un auteur italien Lanfrancs Cigalas selon Alain PONS

LXXII Eram cosselhatz - De deux maux, l'amoureux doit choisir le moindre - Maintenant conseillez-moi, seigneur - A06 B21

Era'm cosselhatz, senhor

I

Era'm cosselhatz, senhor, 
Vos c'avetz saber e sen : 
Una domna.m det s'amor, 
C'ai amada lonjamen! 
Mas eras sai de vertat 
Qu'ilh a autr' amic privat, 
Ni anc de nul companho 
Companha tan greus no.m fo.

II

D'una re sui en error 
E.n estau en pensamen : 
Que m'alonje ma dolor, 
S'eu aquest plaih li cossen, 
E s'aissi.l dic mon pessat, 
Vei mo damnatge doblat. 
Cal que.n fassa o cal que no, 
Re no posc far de mo pro.

III

E s'eu l'am a dezonor, 
Esquerns er a tota gen ! 
E tenran m'en li pluzor 
Per cornut e per sofren. 
E s'aissi pert s'amistat, 
Be.m tenh per dezeretat 
D'amor, e ja Deus no.m do 
Mais faire vers ni chanso.

IV

Pois voutz sui en la folor, 
Be serai fols, s'eu no pren 
D'aquestz dos mals lo menor! 
Que mais val, mon essien, 
Qu'eu ay' en leis la meitat 
Que.l tot perda per foldat, 
Car anc a nul drut felo 
D'amor no vi far son pro.

 

 

V

Pois vol autre amador 
Ma domn', eu no lo.lh defen! 
E lais m'en mais per paor 
Que per autre chauzimen! 
E s'anc om dec aver grat 
De nul servizi forsat, 
Be dei aver guizerdo 
Eu, que tan gran tort perdo.

VI

Li seu belh olh traidor, 
Que m'esgardavon tan gen, 
S'atressi gardon alhor, 
Mout i fan gran falhimen ! 
Mas d'aitan m'an mout onrat 
Que, s'eron mil ajostat, 
Plus gardon lai on eu so, 
C'a totz aicels d'eviro.

VII

De l'aiga que dels olhs plor, 
Escriu salutz mais de cen, 
Que tramet a la gensor 
Et a la plus avinen. 
Manhtas vetz m'es pois membrat 
De so que.m fetz al comjat: 
Que.lh vi cobrir sa faisso, 
C'anc no.m poc dir oc ni no.

VIII

Domna, a prezen amat 
Autrui, e me a celat, 
Si qu'eu n'aya tot lo pro 
Et el la bela razo.

IX

Garsio, ara.m chantat 
Ma chanso, e la.m portat 
A mo Messager, qu'i fo, 
Qu'e.lh quer cosselh qu'el me do .

 Maintenant conseillez-moi, seigneur

I

Maintenant conseillez-moi, seigneur 
vous qui avez savoir et bon sens: 
une dame me donna son amour 
je l'ai aimée longtemps 
mais je sais maintenant en vérité 
qu'elle a un autre ami intime 
jamais de nul compagnon 
la compagnie ne me fut plus pénible.

II

Sur une chose je suis dans l'erreur 
et je ne cesse d'y penser 
que je prolonge ma peine 
si je lui donne mon accord pour cette affaire 
et si je lui dis ce que j'en pense 
je vois doubler mon dommage 
quoi que je fasse ou ne fasse pas 
rien ne peut servir à mon profit.

III

Si je l'aime dans le déshonneur 
je serai la risée de tout le monde 
et la plupart me tiendront 
pour cornu et tolérant. 
et si je perds son amitié 
je me tiendrai pour un déshérité 
par l'amour et que désormais Dieu me garde 
de composer encore vers et chansons.

IV

Puisque prostré je suis dans la folie 
je serai réellement fou si je ne prends 
de ces deux maux le moindre 
M vaut mieux à mon avis 
que j'ai la moitié d'elle 
plutôt que de la perdre toute par folie 
car je n'ai jamais vu un amant félon 
tirer profit de l'amour.

 

 

V

Puisqu'elle veut un autre amoureux 
ma dame je ne le lui défends pas 
et si je le tolère c'est plus par crainte 
que pour tout autre égard 
si jamais quelqu'un doit être remercié 
d'un service rendu contre son gré 
je dois être bien récompensé 
moi qui pardonne un si grand tort.

VI

Ses beaux yeux trompeurs 
qui me regardaient si gracieusement 
maintenant se portent ailleurs 
et commettent une grande faute 
mais ils m'ont ainsi plus honoré 
que si devant mille personnes assemblées 
ils eussent regardé davantage là où je suis 
que sur tous ceux d'alentour.

VII

Avec l'eau que pleurent mes yeux 
j'écris plus de cent saluts 
que je transmets à la plus gracieuse 
et à la plus avenante 
maintes fois depuis je me suis rappelé 
ce qu'elle me fit en prenant congé de moi 
je la vis cacher son visage 
sans pouvoir me dire ni oui, ni non.

VIII

Dame, à présent aimez 
un autre et moi en secret 
pourvu que j'en ai tout le profit 
et lui les beaux discours.

IX

Garsio maintenant chantez 
ma chanson et portez-la moi 
à mon messager à qui est là-bas 
je le requiers de me donner un conseil.

LXXIII Gaucelm, no'm puesc estener - Tenso A- B05

Gausselm, no.m puesc estener

I

Gausselm, no.m puesc estener
C'ab vos, iratz, no contenda!
Que talan ai qu'ieu defenda
Las donas a mon poder,
Que vos aug descaptener!
C'una.m ren cortez' esmenda,
Que m'avia fag doler!
Per qu'ieu, en lor captener,
Tanh que mos bels ditz despenda.

II

Bernart, be sapchatz de ver,
Que non vezem que ben prenda
A nulh qu'en dona s'entenda --
Per qu'ie.us fatz enans saber
Que fols vos fassatz tener,
Ni qu'ela s'amor vos venda,
E no.i metatz vostr' aver
Que ben poiriatz dechazer
S'aviatz mil marcx de renda

III

Gauselm, no.us detz plus paor
De mi qu'ieu eis, ni temensa!
Qu'en tal don' ai m'entendensa,
Cui sierf e prec et aor,
E sap valer part valor!
Mas vos i fatz gran falhensa
Car descaptenetz amor,
C'Amors melhura.l melhor,
E l'aut auss' e .l gensor gensa.

IV

Bernart, per so n'ai temor,
Car conosc la meins valensa
Qu'elas, ab bela parvensa,
Fan lo for del brezador
E tornon hom en folor!
E quan l'an en lor tenensa
-- segon que dizon l'auctor --
Meton l'en tan gran error
Don ja non aura guirensa.

 

V

Gausselm, e com auzatz dir
Q'enjans si' en amor fina,
Vas cui totz lo mons aclina
Qu'ela fai gent esbaudir
L'irat, e.l paubr' enrequir,
Ab una cuenda metzina --
Que ja pueis, al meu albir,
Hom no pot dolor sentir
Mas ela.l sia vezina.

VI

Bernart, gardatz de trair
D'esta vostr' amor frairina,
En cui malvestatz s'aizina,
Mas si.l voletz ben servir
Ni sos talans ademplir,
Corba.ill be soven l'esquina
E gardatz vos, al partir,
Que no.us puesca escarnir
Qu'ela sap trop de rapina.

VII

Gauselm, en vos non taina
Vilas motz ni lagz a dir,
Per qu'ieu vuelh aisi fenir
Ma razo, qu'es bon' e fina.

VIII

Bernart, anc d'amor canina
No vim nuill home jauzir,
E si no.us voletz gequir
Tira.us lo cat per l'esquina.

 
 

LXXIV Peirol, com avetz tan estat -Tenso A32 B02

Peirol, com avetz tan estat

I

Peirol, com avetz tan estat 
Que no fezetz vers ni chanso 
Respondetz me, per cal razo 
Reman que non avetz chantat, 
S'o laissatz per mal o per be, 
Per ir' o per joi o per que, 
Que saber en volh la vertat.

II

Bernart, chantars no.m ven a grat 
Ni gaire no.m platz ni.m sap bo! 
Mas car voletz nostra tenso, 
N'ai era mon talan forsat. 
Pauc val chans que dal cor no ve ! 
E pois jois d'amor laissa me, 
Eu ai chan e deport laissat.

III

Peirol, mout i faitz gran foudat, 
S'o laissatz per tal ochaizo. 
S'eu agues agut cor felo, 
Mortz fora, un an a passat, 
Qu'enquer no posc trobar merce. 
Ges per tan de chan no.m recre, 
Car doas perdas no m'an at.

IV

Bernart, ben ai mon cor mudat, 
Que totz es autres c'anc no fo. 
No chantarai mais en perdo 
....................................... 
Mas de vos volh, chantetz jasse 
De celei qu'en grat no.us o te, 
E que perdatz vostr' amistat.

 

 

V

Peirol, manh bo mot n'ai trobat 
De leis, c'anc us no m'en tenc pro. 
E s'ilh serva cor de leo , 
No m'a ges tot lo mon serrat, 
Qu'e.n sai tal una, per ma fe, 
C'am mais, s'un baizar me cove, 
Que de leis, si.l m'agues donat.

VI

Bernart, ben es acostumat, 
Qui mais no.n pot, c'aissi perdo. 
E la volps al sirieir dis o 
Can l'ac de totas partz cerchat, 
Las sirieias vi lonh de se, 
E dis que no valion re. 
Atressi m'avetz vos gabat.

VII

Peirol, sirieias son o be, 
Mas mal aya eu,si ja cre 
Que la volps no.n aya tastat.

VIII

Bernart, no.m n'entramet de re, 
Mas peza.m de ma bona fe, 
Car no.n i ai re gazanhat.

 
 

LXXII Amics Bernartz de Ventadorn - Tenso A02 B01

Amics Bernartz de Ventadorn

I

Amics Bernartz de Ventadorn, 
Com vos podetz de chant sofrir, 
Can aissi auzetz esbaudir 
Lo rossinholet noih e jorn 
Auyatz lo joi que demena 
Tota noih chanta sotz la flor, 
Melhs s'enten que vos en amor.

II

Peire, lo dormir e.l sojorn 
Am mais que.l rossinhol auvir! 
Ni ja tan no.m sabriatz dir 
Que mais en la folia torn. 
Deu lau, fors sui de chadena, 
E vos e tuih l'autr' amador 
Etz remazut en la folor.

III

Bernartz, greu er pros ni cortes 
Que ab amor no.s sap tener! 
Ni ja tan no.us fara doler 
Que mais no valha c'autre bes, 
Car, si fai mal, pois abena . 
Greu a om gran be ses dolor! 
Mas ades vens lo jois lo plor.

IV

Peire, si fos dos ans o tres 
Lo segles faihz al meu plazer , 
De domnas vos dic eu lo ver: 
Non foran mais preyadas ges, 
Ans sostengran tan greu pena 
Qu'elas nos feiran tan d'onor 
C'ans nos prejaran que nos lor.

 

 

V

Bernartz, so non es d'avinen 
Que domnas preyon! ans cove 
C'om las prec e lor clam merce! 
Et es plus fols, mon escien, 
Que cel qui semn' en l'arena , 
Qui las blasma ni lor valor! 
E mou de mal ensenhador.

VI

Peire, mout ai lo cor dolen, 
Can d'una faussa me sove, 
Que m'a mort, e no sai per que, 
Mas car l'amava finamen. 
Faih ai lonja carantena , 
E sai, si la fezes lonhor, 
Ades la trobara pejor.

VII

Bernartz, foudatz vos amena, 
Car aissi vos partetz d'amor, 
Per cui a om pretz e valor.

VIII

Peire, qui ama, desena, 
Car las trichairitz entre lor 
An tout joi e pretz e valor .

 
 

LXXVI Bernart de Ventadorn, del chan - Tenso - A- B04

Bernart de Ventadorn, del chan  

I

Bernart de Ventadorn, del chan 
Vos sui sai vengutz assalhir. 
Car vos vei estar en cossir, 
No posc mudar que no.us deman 
Co.us vai d'amor. avetz-en ges 
Be par que no.us en venha bes.

II

Lemozi, no.us posc en chantan 
Respondre, ne i sai avenir . 
Mos cors me vol de dol partir. 
Bels amics, a Deu vos coman, 
Que mort m'a una mala res, 
C'anc no.n me valc Deus ni merces.

 

III

Bernart, s'anc no.us fetz bel semblan, 
Enquera.s pot esdevenir. 
No.s tanh c'om ab amor s'azir 
Can la troba de son talan ! 
Pauc gazanha drutz d'ira ples, 
Car per un dol n'a dos o tres.

IV

Lemozi, mout fetz gran enjan 
La bela qui.m pogr' enrequir, 
Que, can mi poc de se aizir, 
Et ela.m tornet en soan. 
No i a conort qui fort no.m pes, 
Car o ilh es, cosselh no.n pres.

V

Bernart, totz om deu aver dan, 
S'a la cocha no sap sofrir! 
C'amors se vol soven servir! 
E si so tenetz ad afan, 
Tot es perdut, s'anc re.us promes, 
Si n'eran plevidas mil fes.