Pourquoi là-bas à Meyras Ventadour et pas ici à Ventadour ?

Tribune : La découverte de la splendide reconstruction de la forteresse de Meyras-Ventadour par son Ventad copiepropriétaire, que nous présentons largement dans ce site, nous laisse bien songeurs sur l'absence de véritable projet et de réflexion ambitieuse faite ici, pour ne serait-ce qu'envisager un minimum de rénovation, en dehors de la "vitrification" à grand frais et, selon nous, très limitée de ce qui était le plus solide. Jamais il ne fut, hélas, question de remonter quoi que ce soit d'envergure ! Les crédits pour lesquels nous-nous sommes tant battus furent après obtention (et pas mal de péripéties) assez mal utilisés (c'est notre opinion) pour bien peu de résultats. Si ces sommes très significatives et renouvelées avaient été gérées autrement et avec plus d'économie dynamique, dans un esprit d'investissement productif, le résultat eut été bien plus appréciable selon notre analyse. Nous aurions proposé que ces sommes soient remises à nos petites équipes de maçons traditionnels sachant maçonner, sans toutes les lourdeurs et excès des administrations. Ces travers très bien connus d'une grande partie des rénovateurs privés, les conduisent toujours à gérer différemment leurs fonds, dans le respect bien entendu des réglementations. Madame Grosso, célèbre rénovatrice de Beynac en Dordogne, qu'elle reconstruisit avec son époux pendant des décennies, se plaisait à dire que si l'Etat s'était occupé du château rien n'aurait été fait, les crédits ayant servis aux salaires de nombreux fonctionnaires en charge de la gestion de ruines en l'état. (cf JT.TF1)

Que serait devenu Meyras-Ventadour avec les mêmes méthodes utilisées à "notre" Ventadour ? Des ruines restées des ruines... vaguement "vitrifiées" pour un court temps car cela ne dure guère. Ce terme technocratique de vitrification n'est qu'un cache misère derrière l'argument pseudo scientifique. Si ce principe de non reconstitution avait été appliqué partout, Viollet le Duc eut été inconnu, Carcassonne laissé en ruine et Beynac aussi, tout comme le Haut Koniegsbourg en Alsace (mais ceci fut initié grace à l'Empereur Guillaume II...!). En revanche, si les efforts consentis par l'extraordinaire Pierre Pottier à Meyras avaient été mis en oeuvre ici, certainement Ventadour eut été reconstruit, remonté, rénové comme à l'origine et peut-être pour bien moins cher... ! Hélas nos propositions de créer des chantiers de jeunes européens, de faire programmer des tranches régulières de réhabilitation étalées sur plusieurs années, ou même plusieurs décennies, après des fouilles complètes et ambitieuses, de chercher des mécènes puissants comme nous avions commencé auprès de certaines entreprises, en somme de faire ce qui a été fait à Meyras et ailleurs en France en bien des endroits, n'ont jamais été ni écoutées ni retenues par ceux qui ont voulu gérer le dossier seuls et souverains. Un silence certainement voulu méprisant nous fut opposé. Un "politique" élu sur ces malheureuses terres isolées, ne nous déclara-t-il pas un jour, peu après la donation par nous portée, que Ventadour n'avait de toute façon qu'un "intérêt médiocre en terme architectural". C'était certainement pour nous faire comprendre l'insignifiance à ses yeux de notre action. Même le site merveilleux bien qu'abandonné ne semblait pas l'émouvoir. Avant même d'avoir commencé il avait déjà abdiqué toute volonté d'action significative. Savait-il pourtant combien de générations d'enfants d'Egletons y révêrent depuis des siècles, depuis Bernard notre troubadour ? N'avait-il jamais vu des sites médiévaux restaurés ? Pourquoi diantre voulait-il alors s'occuper d'un site médiocre, lui qui se sentait tellement un esprit supérieur ? Désormais on nous suggère que son passé n'est pas si digne d'intérêt que l'on dit et que les Ventadour n'y auraient peut-être pas résidé plus d'un siècle, contre toute évidence...

De quoi presque regretter notre geste... Mais il faut toujours rester optimiste dans les hommes et leurs idées.

Peut être, certainement même, un jour Ventadour aura-t-il la chance de recevoir l'attention de gens de bien et passionnés, qui voudront s'investir totalement pour sa véritable renaissance.

Auzor Ventadorn !

×